3 min de lecture États-Unis

États-Unis : 3 questions pour comprendre les mails du fils de Donald Trump

ÉCLAIRAGE - Donald Trump Jr. a rendu public des mails attestant d'une entrevue avec une avocate, dans le but de faire tomber Hillary Clinton.

Donald Trump Jr, à Vancouver le 28 février 2017
Donald Trump Jr, à Vancouver le 28 février 2017
JulienAbsalon1
Julien Absalon
et AFP

Ce sont des mails explosifs. Par le biais d'une publication sur son compte Twitter, Donald Trump Jr., fils aîné du président américain, reconnaît avoir rencontré une avocate qui lui avait été présentée comme une émissaire du gouvernement russe. L'entrevue fait désordre, alors que subsistent les soupçons d'ingérence russe à l'occasion de l'élection présidentielle américaine.

Quatre pages de courriels échangés en juin 2016 ont été publiés sur Internet dans la journée du 11 juillet. Ces mails concernent directement un intermédiaire britannique nommé Rob Goldston et un agent représentant le chanteur Emin Agalarov, qui connaît Donald Trump.

À lire aussi
États-Unis : un enfant de 7 ans reste endormi 11 jours d'affilée mystère
Mystère au États-Unis : un enfant de 7 ans reste endormi pendant 11 jours

Son père, Aras Agalarov, un milliardaire russe ayant fait fortune dans l'immobilier, avait organisé le concours Miss Univers, détenu par l'Américain, en 2013 à Moscou, et il a eu un projet de construction de Trump Tower dans la capitale russe, finalement tombé à l'eau.

1. Qu'est-il reproché au fils aîné de Donald Trump ?

Donald Trump Jr. est soupçonné d'avoir sciemment voulu obtenir des éléments, qui émaneraient du Kremlin, pouvant nuire à la campagne présidentielle d'Hillary Clinton. Dans un message daté du 3 juin, il a été informé que le procureur général de Russie était prêt à fournir, par le biais d'un intermédiaire, des "informations et documents officiels qui incrimineraient Hillary et ses transactions avec la Russie". L'auteur de ce mail précise que cette démarche s'inscrit dans le "soutien de la Russie et de son gouvernement" pour Donald Trump.

Le 9 juin, un rendez-vous à la Trump Tower est organisé avec Natalia Veselnitskaya, une avocate russe venue de Moscou et présentée comme étant une "avocate du gouvernement russe". Le gendre de l'actuel président, Jared Kushner, et son directeur de campagne Paul Manafort, sont présents à cette entrevue et traduisent ainsi un intérêt tout particulier du clan Trump. Natalia Veselnitskaya a nié être liée au gouvernement russe et déclaré, dans une interview à NBC, qu'elle n'avait pas les informations recherchées par le trio. "Ils les voulaient vraiment", a-t-elle dit. Le Kremlin a pour sa part démenti la connaître. 

Pour les démocrates du Congrès, c'est le principe même d'avoir accepté une offre de renseignements présentés comme émanant du pouvoir russe qui est problématique, quelle qu'ait été la réalité des informations évoquées ou des liens de l'avocate. "Toute personne normale tirerait le signal d'alarme et appellerait les forces de l'ordre", a déclaré le sénateur démocrate Tim Kaine, ancien colistier d'Hillary Clinton. En outre, l'attitude de Donald Jr. renforce les soupçons. Avant de tout déballer, il expliquait que son rendez-vous avait pour seul sujet la suspension des adoptions d'enfants russes par des familles américains.

2. Que risque-t-il théoriquement ?

En publiant lui-même les emails échangés sur ce dossier, afin de devancer une publication du New York Times qui s'apprêtait à révéler ces informations, Donald Trump Jr. semble avoir affaibli sa défense. Désormais, il peut lui être clairement reproché d'avoir violé la loi électorale fédérale interdisant, depuis le Watergate, à tout étranger de contribuer directement ou non, et de quelconque manière, à une élection américaine.

Par ce biais, l'homme de 39 ans pourrait être inquiété pour "conspiration" en vue de commettre un crime. "Il n'y a pas besoin d'avoir commis un crime, avoir essayé suffit", précise Brandon Garrett, professeur de droit à l'Université de Virginie, auprès de l'AFP. Daniel Tokaji, expert en droit électoral à l'Université de l'Etat de l'Ohio, apporte cependant une nuance. "Il y a de vrais problèmes de liberté d'expression là-dedans", considère-t-il. En revanche, le motif de "trahison" ne pourrait vraisemblablement pas être retenu car la Russie n'est pas considérée comme un "ennemi" de temps de guerre.

La Commission électorale fédérale, composée à égalité par des membres républicains et démocrates, pourrait se saisir de l'enquête. Le procureur fédéral de Manhattan serait lui aussi habilité à ouvrir un dossier. Surtout, une investigation pourrait être menée par  l'ex-directeur du FBI Robert Mueller, qui n'est autre que le procureur spécial chargé de l'enquête sur les liens supposés de l'équipe Trump avec la Russie.

3. Qu'en disent Washington et Moscou ?

Le Kremlin a démenti mercredi toute implication dans cette affaire et estime que ce "feuilleton dure depuis trop longtemps". Dmitri Peskov, porte-parole du pouvoir russe, a ajouté : "Nous avons déjà dit que nous ne sommes absolument pas au courant de toute cette histoire. Nous n'avons jamais été en contact avec cette avocate et nous n'avons rien à dire sur cette histoire".

Quant à Donald Trump, il défend son fils en affirmant qu'il est "innocent". "Mon fils Donald a fait du bon travail hier soir", a tweeté le président, faisant référence à l'entretien de son fils mardi soir sur Fox News. "Il a été ouvert, transparent et innocent. C'est la plus grande chasse aux sorcières de l'histoire politique. Triste !", a estimé le président, répétant une accusation qu'il a déjà émise à plusieurs reprises concernant l'affaire russe. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Russie Diplomatie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789319842
États-Unis : 3 questions pour comprendre les mails du fils de Donald Trump
États-Unis : 3 questions pour comprendre les mails du fils de Donald Trump
ÉCLAIRAGE - Donald Trump Jr. a rendu public des mails attestant d'une entrevue avec une avocate, dans le but de faire tomber Hillary Clinton.
http://www.rtl.fr/actu/international/etats-unis-3-questions-pour-comprendre-les-mails-du-fils-de-donald-trump-7789319842
2017-07-13 09:01:00
http://media.rtl.fr/cache/xmnjmiQefPmQekFNayktqw/330v220-2/online/image/2017/0712/7789321796_donald-trump-jr-a-vancouver-le-28-fevrier-2017.jpg