2 min de lecture États-Unis

Charlottesville : Trump "condamne" finalement tous les groupes extrémistes

Dans un premier temps, le président américain avait renvoyé dos à dos les groupuscules d'extrême droite et leurs opposants après les violents affrontements constatés la veille dans cette petite ville de Virginie.

Donald Trump
Donald Trump Crédit : Brendan Smialowski / AFP
109127536140888961261
Ludovic Galtier
et AFP

Sa première réaction aux violences qui ont déchiré Charlottesville samedi 12 août avait suscité une vague d'indignations aux États-Unis. Accusé d'indulgence vis-à-vis des mouvements d'extrême droite après les violences qui ont endeuillé l'un de leurs rassemblements dans cette ville de l'État de Virginie, Donald Trump, via la Maison Blanche, a condamné "toutes les formes de violence" y compris "bien sûr" celles des suprémacistes blancs et des néo-nazis". "Le président a dit avec force hier [samedi 12 août, ndlr] qu'il condamnait toutes les formes de violence, d'intolérance et de haine. Cela inclut, bien sûr, les suprémacistes blancs, le KKK, les néo-nazis et tous les groupes extrémistes", a indiqué ce porte-parole.

Dans un premier temps, le président américain avait renvoyé l'extrême droite, qui se réunissait pour dénoncer le projet de la mairie de retirer d'un jardin municipal la statue d'un général sudiste favorable à l'esclavage, et les militants antiracistes dos à dos, en pointant une "violence venant de diverses parties". "Nous condamnons dans les termes les plus forts possibles cette énorme démonstration de haine, de sectarisme et de violence venant de diverses parties", a-t-il déclaré depuis Bedminster (New Jersey), où il passe ses vacances. "Cela fait longtemps que notre pays connaît cela. Ce n'est pas Donald Trump, ce n'est pas Barack Obama, cela se passe depuis très longtemps", a-t-il assuré. "Je pensais, comme tout le monde, que les blessures de notre pays allaient guérir, et elles vont guérir", a-t-il également déclaré.

Une femme de 32 ans est décédée et 19 ont été blessées après qu'une voiture a foncé sur la foule de contre-manifestants venus dénoncer la présence de groupuscules identitaires et néo-nazis. Un homme de 20 ans, originaire de l'Ohio, a été arrêté.

À lire aussi
Lilly Biagini, 10 ans et amputée, reçoit des leçons de surf des neiges États-Unis
VIDÉO - Californie : une fillette amputée reçoit des leçons de surf des neiges

Trump contesté dans son propre camp

Face à la polémique qui a enflé dans tout le pays, Ivanka Trump, fille et conseillère de Donald Trump, a souhaité se démarquer de son père en dénoncant "le racisme, la suprématie blanche et les néo-nazis", assurant qu'il n'y avait "pas de place dans la société" pour de telles idées. L'indulgence supposée de Donald Trump, qu'il cultiverait à l'égard de ces groupes d'extrême droite depuis le lancement de sa campagne, a été perçue au sein même des Républicains, à l'image de Marco Rubio. Le sénateur de Floride a souhaité "entendre le président décrire les événements de Charlottesville pour ce qu'ils sont, une attaque terroriste menée par des suprémacistes blancs".

"Si j'étais président des États-Unis et que ces personnes témoignaient leur sympathie vis-à-vis de ma personne et de mon programme, cela me poserait problème", a commenté de son côté Lindsey Graham, un sénateur qui s'inscrit de plus en plus dans l'opposition interne à Donald Trump au sein de la famille républicaine. 

Côté Démocrates, Hillary Clinton a critiqué Donald Trump sans le nommer. "Chaque minute où nous permettons à cela de se poursuivre par un encouragement tacite ou par inaction est une honte et un danger pour nos valeurs", a-t-elle tweeté. L'ex-président Barack Obama est lui sorti de sa réserve en citant Nelson Mandela : "Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de ses origines, ou de sa religion".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Violences Racisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789706129
Charlottesville : Trump "condamne" finalement tous les groupes extrémistes
Charlottesville : Trump "condamne" finalement tous les groupes extrémistes
Dans un premier temps, le président américain avait renvoyé dos à dos les groupuscules d'extrême droite et leurs opposants après les violents affrontements constatés la veille dans cette petite ville de Virginie.
http://www.rtl.fr/actu/international/charlottesville-trump-condamne-finalement-tous-les-groupes-extremistes-7789706129
2017-08-13 19:44:00
http://media.rtl.fr/cache/2z63wEMFDgJnw3h4Lr2gLw/330v220-2/online/image/2017/0414/7788131599_trump.jpg