3 min de lecture Paris Saint-Germain

PSG : Angel Di Maria est-il le vrai problème du jeu parisien ?

DÉCRYPTAGE - Le milieu argentin du PSG a un rôle qui n'est pas forcément celui où il est le plus utile et efficace pour le jeu du PSG.

L'Argentin Angel Di Maria sous les couleurs du PSG en septembre 2016
L'Argentin Angel Di Maria sous les couleurs du PSG en septembre 2016 Crédit : Stephane Allaman/SIPA
102907340309617434926
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

Le Paris Saint-Germain s'est imposé mercredi 28 septembre à Sofia face à Ludogoerts Razgrad. Une victoire 3-1 acquise au terme d'un match encore une fois poussif de la part des parisiens, sauvés par un Cavani efficace. Après avoir été menés au score, les hommes d'Unai Emery ont eu du mal à revenir et surtout à développer un jeu séduisant et conquérant. Supérieurs aux Bulgares, les joueurs du PSG ont remporté une victoire logique mais des questions restent en suspend, notamment celles concernant le rendement d'Angel Di Maria, le joueur le plus cher de l'effectif

Champion d'Europe avec le Real en 2014, vice-champion du monde avec l'Argentine la même année au terme d'une saison qu'il a mené tambour battant sous les deux maillots, Di Maria a ensuite connu une saison compliquée avec Manchester United avant de venir au PSG pour retrouver forme et influence dans le jeu d'une équipe de top niveau européen. Néanmoins, après une année au sein du club, des doutes concernant son placement et sa capacité à tirer l'équipe vers le haut persistent. 

Un milieu relayeur décalé sur une aile

Angel Di Maria s'est révélé à l'Europe au sein du Benfica, sur son côté droit il percutait et provoquait avec une activité incessante. Transféré au Real Madrid à 23 ans, il est devenu pour les socios de la Maison Blanche le "pollo sin cabeza", c'est à dire un "poulet sans tête". Une référence à son activité débordante mais à un sens tactique limité et une efficacité insuffisante. Un surnom peu flatteur effacé lorsque Carlo Ancelotti, obligé d'aligner le très onéreux Gareth Bale et de décaler ainsi l'actif Di Maria dans le cœur du jeu. Une révélation. 

À lire aussi
Cavani et Sakai en octobre 2017, Depay et Pierre-Gabriel en novembre 2017 médias
Ligue 1 : pourquoi PSG-OM et Lyon-ASSE ont lieu le même jour

Le volume de jeu de l'Argentin allait rééquilibrer une équipe très offensive. Présent à la récupération, capable de remonter les ballons, il a montré aussi une capacité à offrir des ballons aux attaquants de la BBC naissante. Mais le poste ne semblait pas plaire au joueur qui a quitté le Real après la meilleure saison de sa carrière. Au-delà d'une question de salaire, c'est son rôle que Di Maria appréciait peu au sein de l'équipe,il voulait évoluer plus près des attaquants. Un rôle qu'il tient actuellement au PSG, en étant aligné sur une aile mais où finalement il ne reste jamais. Angel Di Maria ne déborde pas, ne centre plus vraiment, et passe ses matches à revenir dans l'axe pour jouer quasiment en numéro 10. 

Changer son poste ou changer de schéma de jeu

La saison passée, dans le jeu, on voyait le PSG passer par la force des choses en "4-4-2 losange", avec un milieu Rabiot-Motta-Matuidi et Di Maria plus haut dans l'axe derrière Ibrahimovic et Cavani. Un schéma forcé par les préférences des uns et des autres plus que par les choix de l'entraîneur. Di Maria a régalé en passes décisives et en buts (10) en championnat mais la Ligue des champions l'a vu toucher ses limites à ce poste bâtard entre ailier et meneur de jeu. Aligné comme un ailier avec les responsabilités qui en découlent, son dézonnage laissait son aile libre pour le latéral adverse, forçant Matuidi ou Rabiot à contrôler un espace plus important. Contrairement à Cavani qui n'oublie jamais ses tâches ingrates, l'Argentin laisse quelques largesses. Une carence qui aujourd'hui pose problème dans le jeu demandé par Unai Emery. 

L'entraîneur basque demande aux ailiers de presser à la perte du ballon et des courses sans cesse afin de verticaliser le jeu, et enchaîner vite dans la transition défense/attaque. Or, le PSG ronronne encore à l'image du rythme de l'époque Laurent Blanc et seuls Cavani et Lucas apportent du jeu direct vers l'avant. Face à Ludogorets, Cavani a même dû souvent aller côté gauche pour donner des solutions, là où Di Maria aurait dû se trouver. Face à Arsenal, pour s'assurer un couloir bien occupé et verrouillé, Emery a placé Blaise Matuidi sur la gauche et mis Di Maria à droite, Serge Aurier ayant l'abattage pour boucler le couloir droit. Angel Di Maria est donc un vrai problème tactique. La meilleure configuration pourrait bien être un milieu Krychowiak-Verratti-Di Maria, avec un trio offensif Cavani-Lucas-Pastore, ce dernier étant plus discipliné sur un côté, bien que ce ne soit pas la panacée. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Paris Saint-Germain Angel Di Maria Unai Emery
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785045912
PSG : Angel Di Maria est-il le vrai problème du jeu parisien ?
PSG : Angel Di Maria est-il le vrai problème du jeu parisien ?
DÉCRYPTAGE - Le milieu argentin du PSG a un rôle qui n'est pas forcément celui où il est le plus utile et efficace pour le jeu du PSG.
http://www.rtl.fr/sport/football/psg-angel-di-maria-est-il-le-vrai-probleme-du-jeu-parisien-7785045912
2016-09-30 08:00:00
http://media.rtl.fr/cache/JJ0__2HQTdPH2CMRQnel9g/330v220-2/online/image/2016/0928/7785035288_lk-argentin-angel-di-maria-sous-les-couleurs-du-psg-en-septembre-2016.jpg