3 min de lecture Mort de Johnny Hallyday

Mort de Johnny Hallyday : l'hommage unanime de la presse à "un monument national"

REPLAY - Le décès de Johnny Hallyday, annoncé cette nuit, fait la une de la presse ce mercredi matin. "On a tous en nous quelque chose de Johnny", écrit par exemple "Le Figaro".

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Télécharger Mort de Johnny Hallyday : l'hommage unanime de la presse à "un monument national" Crédit Image : Eric Feferberg / AFP | Crédit Média : Amandine Begot | Durée : | Date : La page de l'émission
Amandine Begot
Amandine Begot

La presse rend bien sûr très largement hommage à Johnny Hallyday ce mercredi 6 décembre. Et s'il y a un papier à lire ce matin, c'est d'abord l'édito d'Alexis Brézet sur le site du Figaro. "On a tous en nous quelque chose de Johnny", écrit le patron du journal. Écho bien sûr à Quelque chose de Tennessee. Écho aussi au communiqué d'Emmanuel Macron publié cette nuit à 3h40.

"Il est né d'un père belge, poursuit le journaliste. Il portait un pseudonyme américain, il vivait entre la Suisse et la Californie, et pourtant il était le plus français des artistes français. Il n'était pas un musicien extraordinaire, pas un beau parleur ni un phare de la pensée. Et pourtant, jamais ses idées n'ont paru ridicules : même les Guignols, rappelle Alexis Brézet, ont renoncé à le brocarder." 

"Son génie, poursuit-il, fut d'inspirer aux plus grands 'l'envie d'avoir envie'." "L'envie d'avoir envie de lui, écrit l'éditorialiste. De Duras à Godard, de Sagan à Rondeau, pourquoi a-t-il autant fasciné les intellectuels ? Sans doute parce qu'il avait ce qu'ils n'ont jamais eu : cette faculté quasi surnaturelle d'instaurer avec son public une communication qui se passe de mots." "Que l'on soit fan ou pas du chanteur, on a en effet tous, écrit Paris Match, fredonné quelques notes de Johnny."

À lire aussi
Johnny Hallyday à Los Angeles en mars 2017 Mort de Johnny Hallyday
Johnny Hallyday : pourquoi le chanteur s'était installé à Los Angeles

Des obsèques nationales ?

"Johnny, c'est le Victor Hugo de la rengaine, disait de lui son copain Carlos. S'il meurt, c'est la France qui s'arrête." C'est le site des Échos qui ressort ce matin cette petite phrase qui dit tout. "Il n'est pas sûr que l'on tire 21 coups de canon depuis les Invalides, écrit le journal, ni que son cercueil drapé de noir repose sous l'Arc de triomphe comme pour l'auteur des Misérables mais il pourrait y avoir autant de monde dans les rues. Deux millions de personnes comme ce 1er juin 1885."

"Johnny, le rocker qui a écrit la bande originale de la vie des Français", titre Le Parisien. Le journal évoque cette interview que lui avait accordée la star en 2007. "Que restera-t-il de ma voix devant l’éternel ? Que restera-t-il de moi ?", se demandait-il à l'époque. "On connaît déjà la réponse, dit ce matin le quotidien, même si on ne mesure pas encore l’onde de choc provoquée par sa disparition". 

En 2009, à l’époque où il se trouvait dans le coma, l’Élysée avait commencé à envisager des obsèques nationales et une descente du cercueil sur les Champs-Élysées. Beaucoup de fans espèrent au moins ça pour rendre un dernier hommage à leur idole. Un monument.

C'était un mythe français

Yann Moix, dans "Le Figaro"
Partager la citation

Monument, c'est sans aucun doute le mot qui revient le plus dans la presse ce matin. "En un demi-siècle, écrit ainsi Serge Raffy dans l'Obs, le showman était devenu un monument national. Entre De Gaulle, BB et la tour Eiffel." L'Obs qui titre "le roi est mort"

"Johnny est mort, le peuple est triste", ça c'est ce qu'on peut lire ce matin sur le site internet du Monde. "Avec lui, c'est une part de l'histoire française qui se fragmente", écrit le journal. "Johnny a tellement duré qu'il nous semblait continu, ajoute Yann Moix sur le site du Figaro. C'était un mythe français. Tous les présidents de la Ve République l'auront été sous Johnny Hallyday. Il avait, poursuit-il, inventé une époque qui, comme ses fans, semblait ignorer les années, les dates, le temps."

À propos du temps qui passe justement, cette phrase signée Johnny nous rappelle ce matin le site du Télégramme : "Durer, c'est quasiment impossible", voilà ce qu'il déclarait en 2003. "Ça demande beaucoup de temps, beaucoup de soi-même, beaucoup de blessures, beaucoup de sacrifices". 

Et l'hommage de la presse dépasse les frontières de la France. Sa photo fait déjà ce matin les unes du Journal de Montréal et du Journal du Québec. Le très prestigieux New York Times salue le "french Elvis", l'Elvis français. Elvis, Johnny l'aura souvent chanté mais jamais rencontré. Les voilà aujourd'hui réunis.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Mort de Johnny Hallyday Johnny Hallyday Décès
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791279434
Mort de Johnny Hallyday : l'hommage unanime de la presse à "un monument national"
Mort de Johnny Hallyday : l'hommage unanime de la presse à "un monument national"
REPLAY - Le décès de Johnny Hallyday, annoncé cette nuit, fait la une de la presse ce mercredi matin. "On a tous en nous quelque chose de Johnny", écrit par exemple "Le Figaro".
http://www.rtl.fr/culture/medias-people/mort-johnny-hallyday-hommage-presse-a-un-monument-national-7791279434
2017-12-06 10:41:20
http://media.rtl.fr/cache/DvHQxJk4tcaMWkDExdt0nQ/330v220-2/online/image/2017/1116/7790996609_johnny-hallyday-sur-le-plateau-du-grand-journal-en-2012.jpg