Des stagiaires maltraitent des pensionnaires d'une maison de retraite et postent les vidéos

Après la mise en examen de trois jeunes filles pour avoir diffusé sur le réseau social Snapchat des vidéos de brimades, les associations dénoncent le manque d'encadrement des stages.

Une pensionnaire d'une maison de retraite (illustration)
Crédit : ERIC CABANIS / AFP
Une pensionnaire d'une maison de retraite (illustration)

Les trois jeunes filles âgées de 16 à 17 ans devaient faire un stage d'apprentissage professionnel d'une semaine dans une maison de retraite d'Annet-sur-Marne en Seine-et-Marne. Cette formation courte a démarré lundi 18 janvier mais a été vite interrompue à la suite d'alertes lancées par certains de leurs camarades de classe. Ces derniers ont été choqués par la violence de films courts postés par les stagiaires sur le réseau social Snapchat. 

Scandalisées, les associations dénoncent le manque d'encadrement des stagiaires par le personnel soignant : "Cela paraît énorme que des jeunes filles en stage en arrivent à violenter des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer", a réagi Joëlle Le Gall, présidente honoraire de la Fédération nationale des associations de personnes âgées et de leurs familles (Fnapaef). "Si le personnel de l'établissement, aides soignants, infirmiers, médecins coordinateurs ne sont pas en capacité de bien encadrer les stagiaires, de prendre du temps pour les former, c'est un véritable problème", a-t-elle poursuivi. "Les moyens dans les EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) sont très largement insuffisants et c'est là le problème", a souligné la représentante d'associations.

En tout, les trois jeunes filles ont partagé 33 vidéos sur la plateforme, "montrant des personnes handicapées ou atteintes de maladies type Alzheimer", indique la gendarmerie. Des brimades, moqueries et attaques physiques qui ont été rapportées à leurs professeurs qui ont immédiatement mis fin à la formation en milieu de semaine et averti la direction de l'établissement de santé.

En garde à vue

Les trois mineures ont été interpellées par les gendarmes et placées en garde à vue en fin de semaine. Le parquet de Meaux a annoncé qu'elles avaient été mises en examen pour violences en réunion avec préméditation, diffusion sur internet de scènes de violence et atteinte à la vie privée, et placées sous contrôle judiciaire. 

L'application Snapchat permet de partager des vidéos courtes qui ont une durée de vie limitée sur le réseau social. Cette affaire ressemble étrangement à un scandale similaire découvert il y a quelques semaines aux États-Unis. Le site internet ProPublica a révélé que de 2012 à 2015, plus de 35 cas de photos ou films de violences sur personnes âgées commises par des employés de maisons de retraite avaient été partagés sur les réseaux sociaux, dont 16 sur la plateforme Snapchat.

La rédaction vous recommande
par Nicolas Ledain
Suivez Nicolas Ledain sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781522927
Des stagiaires maltraitent des pensionnaires d'une maison de retraite et postent les vidéos
Des stagiaires maltraitent des pensionnaires d'une maison de retraite et postent les vidéos
Après la mise en examen de trois jeunes filles pour avoir diffusé sur le réseau social Snapchat des vidéos de brimades, les associations dénoncent le manque d'encadrement des stages.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/seine-et-marne-en-stage-dans-une-maison-de-retraite-elles-maltraitent-les-residents-et-postent-les-videos-sur-internet-7781522927
2016-01-24 03:06:00
http://media.rtl.fr/cache/2mmnCcqQ3pX6JBL3eqPqgQ/330v220-2/online/image/2015/0612/7778701647_une-pensionnaire-d-une-maison-de-retraite-illustration.jpg