L'affaire Fualdès

REPLAY - Retour, dans l'Heure du Crime, sur la plus grande affaire judiciaire du XIXe : l'assassinat, en mars 1817, de l'ancien procureur impérial Fualdès.

>
L'affaire Fualdes Crédit Média : Jacques Pradel Télécharger

Vous pouvez à tout moment soumettre une affaire à Jacques Pradel. Laissez votre message avec les principales informations nécessaires à l'équipe de l'émission pour programmer, peut-être prochainement, ce fait-divers dans L'Heure du Crime.

Crédit : Elodie Grégoire
Jacques Pradel

L'édito de Jacques Pradel

A la Une de l’Heure du Crime aujourd’hui, un des plus grands mystères criminels du 19ème siècle, peut-être enfin élucidé ! Au petit matin du jeudi 20 mars 1817, le corps d'Antoine Bernardin Fualdès, ancien procureur impérial de Napoléon, est découvert, non loin de Rodez, flottant dans l'Aveyron.  Ce notable très connu dans toute la région, a été sauvagement égorgé dans la nuit, à l'autre bout de la ville. Ses assassins ont ensuite jeté son corps dans la rivière. L’enquête va rapidement se diriger vers les habitants d’une maison mal-famée, la maison Bancal, située près du domicile de Fualdès. Sous la pression populaire, deux procès successifs aboutiront à 3 condamnations à mort et deux à perpétuité. Parmi eux, deux amis proches de la victime. Cette affaire sordide et atroce sera suivie par la France toute entière, mais aussi par l’Europe, et même par l’Amérique. Pour la première fois, en effet, les lecteurs peuvent suivre les péripéties des audiences pratiquement au jour le jour dans la presse à sensation. On sait maintenant qu’elle constitue aussi une terrible erreur judiciaire. Mais alors, qui a tué Fualdès, et pourquoi ? C’est ce que nous allons vous raconter dans un instant avec mon invité.

Les lettres de Blaise Carrère, libraire à Rhodez en 1790

C'est la découverte d'une caisse remplie de vieilles lettres, dans un grenier, qui a été le point de départ de l'enquête de Philippe Méraux sur l'affaire Fualdès. Une correspondance entière d'un libraire de Rhodez, Blaise Carrère, et de son cousin parisien, Baptiste Rousse. Entre 1817 et 1840, le libraire va raconter à son cousin toute l'affaire Fualdes, lui faire part de ses doutes, de ses critiques, de son analyse à chaud. Des documents incroyables, que Philippe Méraux nous a ramené en studio ! 

Une des lettres de Blaise Carrère

Clarisse, un témoin gênant

Clarisse est l'héroïne du livre de Philippe Méreaux. Elle a aussi été le témoin le plus important et le plus médiatisé du procès Fualdès. Elle était connue pour s'évanouir dès qu'on lui posait une question gênante. C'est aussi elle qui sèmera le doute, et la panique dans la cour d'Assises en criant : 

Tous les meurtriers ne sont pas sous les fers !

Différents portraits de Clarisse, parus dans les journaux de l'époque

Notre invité

Philippe Méraux, professeur de français dans le Val-d'Oise et membre de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron. Auteur du livre  Clarisse et les égorgeurs  (Editions Rouergue – 1999)

par Laure Broulard
Suivez Laure Broulard sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7778373239
L'affaire Fualdès
L'affaire Fualdès
REPLAY - Retour, dans l'Heure du Crime, sur la plus grande affaire judiciaire du XIXe : l'assassinat, en mars 1817, de l'ancien procureur impérial Fualdès.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/l-affaire-fualdes-7778373239
2015-05-15 11:39:00
http://media.rtl.fr/cache/7O5F3XkoSIeD1x4IovNeFA/330v220-2/online/image/2014/0516/7772033097_jacques-pradel-et-un-invite-de-l-heure-du-crime-credit-elodie-gregoire-2.JPG