6 min de lecture Élections municipales à Paris

Municipales à Paris : Griveaux, Philippe, Royal, Gantzer... De futurs candidats ?

DÉCRYPTAGE - Ils ne sont pas encore officiellement candidats, mais c'est tout comme. Ces personnalités politiques multiplient les signaux en vue des élections municipales de 2020.

Gaspard Gantzer, Ségolène Royal, Benjamin Griveaux et Édouard Philippe
Gaspard Gantzer, Ségolène Royal, Benjamin Griveaux et Édouard Philippe Crédit : RTL.fr
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Déjà la tête dans les élections municipales. L'échéance électorale a lieu dans deux ans, en en 2020. Pourtant cela n'empêche pas de dessiner certaines stratégies, surtout à Paris. La prudence est néanmoins de mise : personne n'a dévoilé ses cartes en affirmant être candidat pour la tête de la capitale. Le jeu politique consiste, pour l'instant, à placer ses pions et tâter le terrain en vue d'une éventuelle candidature.

Selon un sondage publié dans Le Journal du Dimanche, 26% des personnes interrogées se disent "plutôt mécontents" du mandat de l'actuel maire de Paris, Anne Hidalgo. 32%, eux, sont "très mécontents". Cela représente une chute de dix points par rapport à l'année dernière, à la même période.

Ce résultat ouvre donc les possibilités concernant le premier tour du scrutin. Quel candidat ? Quel poids ? Quelles alliances ? Si cette élection se déroulait actuellement et que Benjamin Griveaux se présentait pour La République En Marche, il "prendrait une courte tête avec 32% contre 29% à Anne Hidalgo", note l'AFP. Du côté des Républicains, ce serait une hypothétique candidature de Florence Berthout, présidente du groupe au Conseil de Paris.

À lire aussi
Une vue de la cour intérieure de la mairie de Paris confidentiels politique
Municipales 2020 : comme un trop-plein de prétendants à la mairie de Paris

Gaspard Gantzer : "Parisiennes, Parisiens"

Il a fait un pas supplémentaire vers une candidature à Paris. L'ancien conseiller en communication de François Hollande a lancé, "avec un groupe de Parisiens de tous horizons", un mouvement baptisé "Parisiennes, Parisiens". Il a pour vocation de "débattre de la vie quotidienne des Parisiens et de l'avenir de la capitale", a-t-il expliqué. 
 
Mais quand on lui demande si cela à un rapport avec les élections municipales, Gaspard Gantzer affirme que "tout ce qu'il y a, c'est le lancement d'un mouvement par un groupe de Parisiens de tous horizons, des commerçants, des artisans, des militants associatifs, des demandeurs d'emploi, des étudiants, des avocats, des fonctionnaires, etc..".  

Selon Le Monde, l'expression "Parisiennes, Parisiens" était "une figure imposée des discours de l'ancien maire de Paris Bertrand Delanoë, dont Gaspard Gantzer fut le porte-parole, lorsqu'il s'adressait à ses administrés ou parlait d'eux".

Benjamin Griveaux : "Calibré pour le job" ?

Autre nom qui fait l'objet de paris sur une éventuelle candidature : Benjamin Griveaux. Le porte-parole du gouvernement a été élu député de la 5ème circonscription de Paris lors des dernières législatives. Selon Le Parisien, Emmanuel Macron commence déjà à penser sa stratégie pour les élections municipales mais sans pour autant "s'enfermer à l'avance dans un schéma prédéfini dont on devient l'otage", note le journal.

Mais la prudence est de mise. Un proche du président de la République souligne au quotidien que "c'est d'une complexité inouïe. Il y a des marcheurs dans la majorité municipale et des députés La République En Marche sans aucun passé avec Anne Hidalgo, il est trop tôt pour ouvrir le capot".

D'ailleurs, "un séminaire programmatique" a eu lieu en janvier dernier, raconte Pauline de Saint-Rémy journaliste politique chez RTL. Mais si certaines questions et démarches se posent dès maintenant, c'est parce que le scrutin a lieu deux ans avant la prochaine présidentielle. Son résultat pourrait être un premier indicateur. 

Je pense que Benjamin Griveaux ferait un très bon maire de Paris

Gabriel Attal, au Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI
Partager la citation

Pourquoi l'hypothèse Griveaux revient-elle ? Dès septembre 2017, ce proche d'Emmanuel Macron déclarait lors d'un déplacement à Londres : "Je veux que Paris devienne la première place financière d'Europe continentale dans les dix ans". Une déclaration qui ne laisse pas de doute, d'après Paris Match, le membre du gouvernement veut "détrôner Anne Hidalgo". Le député de la majorité, Stanislas Guerini, confiait au magazine qu'il était "calibré pour le job. il n'a pas froid aux yeux, c'est un fonceur !".

Invité au Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI, le porte-parole de La République En Marche, Gabriel Attal, a indiqué à propos du marcheur : "C'est un ami, un marcheur de la première heure, c'est un vrai parisien, élu à Paris, qui connait parfaitement la capitale. Je pense que Benjamin Griveaux ferait un très bon maire de Paris".

Ségolène Royal : si et seulement si Anne Hidalgo n'y va pas

Selon les informations du ParisienSégolène Royal pourrait jeter son dévolu sur Paris. "Et pourquoi pas", dit le journal. En petit comité, l'ancienne ministre de l'Écologie confierait : "Ça se regarde. Mais uniquement si Anne Hidalgo n'y allait pas".

Si cette hypothèse fait surface, c'est avant tout parce que l'ancienne candidate à l'élection présidentielle de 2007 "coche les cases" : expérience ministérielle, maîtrise des dossiers environnementaux, "aura sur la scène internationale". 

Hugues Renson : un besoin d'alternance à Paris

Le vice-président de l'Assemblée nationale, Hugues Renson, assure que l'heure n'est pas encore au commentaire de rumeurs sur les élections municipales à Paris. Mais son nom "est régulièrement cité comme potentiel candidat pour l'Hôtel de Ville. Le jeune député parisien, qui a fait ses armes en politique au côté de Jacques Chirac manque de notoriété mais pourrait séduire les nostalgiques de l'ancien maire de Paris", note Le Parisien.

Le député de Paris reconnaît cependant qu'il existe un "besoin d'alternance". Dans L'Opinion, il explique que "la bataille de Paris n'est pas lancée" mais qu'il faut "réfléchir à un calendrier, à une méthode et élaborer un programme. Si nous lançons une bataille en parlant d'ambitions personnelles et de stratégie partisane, nous perdrons la bataille". 

Rachida Dati : un "mandat de rêve"

"Paris, si j'y vais, je gagne". Cette phrase est signée Rachida Dati en octobre 2017. D'après des propos rapportés par Le Parisien, l'ancienne ministre aurait confié : "Maire de Paris ? C'est le mandat de rêve. Tout le monde connaît Paris. Personnellement, je préférerais mille fois cela à un portefeuille de ministre".

Mais "peu de conseillers y croient", souligne le journal. "Elle dit qu'elle rêve de Paris pour faire parler d'elle, c'est tout", dit un conseiller. Un autre ajoute : "Elle est quand même revenue à des réunions". À l'antenne de BFM, Rachida Dati a indiqué : "Si ma famille politique dit 'pourquoi pas', alors je mènerai le combat (...) Mais je suis légitimiste. Vous ne pouvez pas y aller que si vous avez tout le monde derrière vous, mais sinon ce n'est pas la peine".

"La maire du VIIe arrondissement fera officiellement son retour lors du prochain Conseil de Paris mi-décembre", pouvait-on lire dans Le Parisien. Sa présence avait été suspendue en septembre 2015 pour non-paiement de ses cotisations depuis plusieurs années. Certains élus n'ont pas hésité à manifester leur mécontentement quant à ce retour : "Qu'elle soit là ou pas, ça ne change pas grand-chose à la vie du groupe puisqu'elle ne fait rien ! On n'attend rien d'elle", indiquait un conseiller de Paris.

Édouard Philippe : candidat d'une union droite-REM ?

Selon nos informations, "le nom du premier ministre Édouard Philippe aurait été cité au groupe Les Républicains du Conseil de Paris comme candidat potentiel d'union entre la droite et La République En Marche pour déloger Anne Hidalgo de l'Hôtel de ville en 2020", explique Pauline de Saint-Rémy, journaliste politique chez RTL.

Cette rumeur "n'est pas la première concernant l'avenir politique d'Édouard Philippe. Car décidément, on lui prête beaucoup d'intentions. Il y a quelques semaines, son nom était évoqué comme tête de liste possible pour la majorité lors des élections européennes - qui tombent en 2019, à mi-mandat. Une hypothèse déjà balayée d'un revers de la main à l'époque par ses proches qui n'y voyaient, pour certains, qu'une tentative de fragilisation du Premier ministre", ajoute-t-elle.

Xavier Niel : "Merci, mais non merci"

Si l'on ne connaît pas encore officiellement les candidats à la mairie de Paris, on connaît cependant les noms de ce qui ont préféré décliner l'invitation lancée par les partis politiques. Xavier Niel, le PDG de Free, aurait été sollicité par La République En Marche. Selon Le Parisien, "il a fermement décliné et fait savoir qu’il n’entendait pas quitter le monde des affaires", en déclarant à un proche d'Emmanuel Macron : "Est-ce que tu sais comment on devient millionnaire ? Eh bien, c'est très simple : tu es milliardaire et tu te présentes à la mairie de Paris !".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections municipales à Paris Anne Hidalgo Benjamin Griveaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793722621
Municipales à Paris : Griveaux, Philippe, Royal, Gantzer... De futurs candidats ?
Municipales à Paris : Griveaux, Philippe, Royal, Gantzer... De futurs candidats ?
DÉCRYPTAGE - Ils ne sont pas encore officiellement candidats, mais c'est tout comme. Ces personnalités politiques multiplient les signaux en vue des élections municipales de 2020.
http://www.rtl.fr/actu/politique/municipales-a-paris-griveaux-philippe-royal-gantzer-de-futurs-candidats-7793722621
2018-06-12 16:03:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/rBqwVjmPhK5x5Qk0LgcqHg/330v220-2/online/image/2018/0612/7793723139_l-equipe-de-gagnant.jpg