2 min de lecture Iran

Iran : pourquoi cette élection présidentielle porte des enjeux cruciaux

ÉCLAIRAGE - Le réformateur Hassan Rohani, élu à la présidence en 2013, est candidat à sa succession.

Hassan Rohani, chef d'état iranien, aux Nations Unies
Hassan Rohani, chef d'état iranien, aux Nations Unies Crédit : TIMOTHY A. CLARY / AFP
109996784729281669890
Clarisse Martin
et AFP

56,4 millions d'Iraniens sont appelés aux urnes, ce vendredi 19 mai, pour désigner le nouveau président de la République islamique. Au début de cette journée, le guide suprême Ali Khamenei a été l'un des premiers à voter, et a exhorté la population à voter. "Lorsque l'on accomplit une bonne action, on doit le faire le plus tôt possible", a-t-il déclaré. "Le destin du pays est entre les mains des Iraniens qui choisissent le chef de l'exécutif."

Quatre candidats sont en lice pour ce scrutin aux faux-airs de référendum sur la politique à mener à l'égard de l'international. Ils étaient initialement six à avoir vu leur candidature validée. Hassan Rohani, le président sortant soutenu par le camp des réformateurs et des modérés, qui avait succédé à l'ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad (Ce dernier a vu sa candidature rejetée, ndlr) et le conservateur religieux Ebrahim Raissi, réputé proche de l'ayatollah Ali Khamenei, sont considérés comme les grands favoris.

Deux autres candidats, l'un réformateur, Mostafa Mirsalim, et l'autre conservateur, Mostafa Hashemitaba, ont maintenu leur candidature. Mais le scrutin devrait en réalité être davantage un duel alors que le premier a officiellement incité à voter en faveur de Hassan Rohani. 

À lire aussi
Une artiste de 19 ans Angelina Jolie
La sosie ratée d'Angelina Jolie, un mélange de "Photoshop et de maquillage"

Le nucléaire iranien, un dossier sensible

Le scrutin se tient deux jours après la décision américaine de renouveler l'allègement des sanctions contre l'Iran, conformément à l'accord nucléaire de 2015 entre Téhéran et six grandes puissances, dont les États-Unis et la France. Le président Rohani, élu en 2013, a consacré la majeure partie de son premier mandat de quatre ans à la négociation de cet accord ayant permis d'entamer l'ouverture économique et politique de son pays.

Un contexte crucial d'ouverture à l'international

Depuis la chute du shah d'Iran en 1979 et la révolution islamique, l'ancienne Perse a connu un repli très fort, vivant quasiment en autarcie économique pendant une trentaine d'années. Sous la présidence de Hassan Rohani, le pays a amorcé une vraie ouverture sur le monde

Cette transition vers un autre modèle n'est pas achevée, deux ans après l'aboutissement des négociations. Le scrutin présidentiel est d'autant plus crucial qu'il pourrait donner un coup d'arrêt à cette dynamique, si d'aventure Hassan Rohani n'était pas réélu. En 2013, le modéré avait été élu avec 50,7% des suffrages à l'issue du premier tour de l'élection. Si aucun candidat n'est élu au terme du premier tour du scrutin 2017, un second tour avec les deux candidats ayant remporté le plus de votes sera organisé une semaine après. Il y a un peu plus d'un an, le 29 avril 2016, les modérés avaient remporté les élections législatives.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Iran Asie Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788623654
Iran : pourquoi cette élection présidentielle porte des enjeux cruciaux
Iran : pourquoi cette élection présidentielle porte des enjeux cruciaux
ÉCLAIRAGE - Le réformateur Hassan Rohani, élu à la présidence en 2013, est candidat à sa succession.
http://www.rtl.fr/actu/international/iran-pourquoi-cette-election-presidentielle-porte-des-enjeux-cruciaux-7788623654
2017-05-19 18:26:09
http://media.rtl.fr/cache/2dwV2m0wwe2iVANgp71nLw/330v220-2/online/image/2015/0928/7779869509_hassan-rohani-aux-nations-unies.jpg