Ligue 1 : le "naming" des stades est à la traîne

Le Stade Matmut Atlantique de Bordeaux sera la troisième enceinte de football sponsorisée en France. Loin des championnats anglais et surtout allemands, leaders en la matière.

La "MMArena", le stade du Mans
Crédit : AFP/J-F.Monier
La "MMArena", le stade du Mans

Inauguré le 18 mai 2015, le Nouveau Stade de Bordeaux était dans l'attente de trouver sa nouvelle appellation via la pratique du "naming" - donner à une enceinte le nom d'une marque ou d'une société qui la parraine. Quatre mois plus tard, la société Vinci, en charge de l'exploitation de l'enceinte de 42.000 places, a annoncé que le "Nouveau Stade" deviendrait le "Matmut Atlantique". La nouvelle a été accueillie sans grand entrain par les supporters des Girondins. La pratique du parrainage peine par ailleurs à se développer en Ligue 1 par rapport à d'autres championnats.

En France, une histoire d'assurances

Seuls trois stades de football ont fait appel au "naming" dans l'Hexagone. Et tous renvoient à des groupes d'assurances. En 2011, Le Mans FC est le premier à franchir le pas du parrainage avec la MMA. Mais plombé par une descente en Ligue 2 et par le coût des travaux de la MMArena (25.000 places), le club sarthois est placé en liquidation judiciaire et disparaît du monde professionnel en septembre 2013

La compagnie d'assurances s'était engagée à verser près d'un million d'euros par an pendant dix ans. Toujours en septembre 2013, l'OGC Nice inaugure son nouveau stade de 35.000 sièges baptisé "Allianz Riviera", référence à la multinationale allemande, et évolue encore dans l'élite. Bordeaux suit donc cette lignée avec le "Matmut Atlantique". L'Olympique Lyonnais devrait devenir le quatrième club français à recourir au parrainage avec son prochain Stade des Lumières autofinancé prévu pour janvier 2016.

L'Allemagne et l'Angleterre en leaders

Le championnat allemand est à la pointe du "naming". Les clubs les plus importants du pays évoluent tous dans des enceintes sponsorisées comme l'Allianz Arena (Bayern Munich), la BayArena (Bayer Leverkusen), le Signal Iduna Park (Borussia Dortmund) ou la Veltins Arena (Schalke 04). En Angleterre, le phénomène est moins développé mais concerne aussi quelques formations majeures de Premier League avec l'Emirates Stadium (Arsenal) ou l'Etihad Stadium (Manchester City). 

En revanche, les emblématiques stades d'Anfield (Liverpool), Old Trafford (Manchester United) ou Stamford Bridge (Chelsea) n'ont pas encore changé d'identité. En revanche, difficile de trouver trace de marques comme noms de stades en Italie ou en Espagne. Ce système paraît plus compliqué à importer dans les pays latins. Certains clubs peinent par exemple à trouver un parrain. En France, Lille a longtemps joué dans son Grand Stade, livré en juillet 2012, avant d'abandonner l'idée du "naming", un an plus tard, et d'y associer le nom de Pierre Mauroy, ancien maire de la ville nordiste décédé le 7 juin 2013.

La rédaction vous recommande



 

par Dorian Waymel
Suivez Dorian Waymel sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7779601226
Ligue 1 : le "naming" des stades est à la traîne
Ligue 1 : le "naming" des stades est à la traîne
Le Stade Matmut Atlantique de Bordeaux sera la troisième enceinte de football sponsorisée en France. Loin des championnats anglais et surtout allemands, leaders en la matière.
http://www.rtl.fr/sport/football/ligue-1-le-naming-des-stades-est-a-la-traine-7779601226
2015-09-03 18:08:41
http://media.rtl.fr/cache/5RkveOA-rfm2PczshiEgOg/330v220-2/online/image/2013/1023/7765958567_la-mmarena-le-stade-du-mans.jpg