Paris 2024 : pourquoi le retrait de Rome n'est pas forcément une bonne nouvelle

INTERVIEW - La capitale française aura sans doute une concurrente de moins dans la course aux 33èmes JO d'été. Cela ne renforce pourtant pas ses chances de victoire.

La maire de Paris Anne Hidalgo présente le logo de la candidature de Paris aux JO 2024 le 17 février 2016
Crédit : ISA HARSIN/SIPA
La maire de Paris Anne Hidalgo présente le logo de la candidature de Paris aux JO 2024 le 17 février 2016

Clap de fin pour la candidature de Rome aux Jeux Olympiques d'été de 2024. La nouvelle maire de la "ville éternelle", Virginia Raggi, a jugé "irresponsable" l'organisation des 33èmes JO d'été, mercredi 21 septembre. Le dossier romain n'est pas encore totalement enterré puisque - le président du Comité olympique italien a estimé qu'il restait "ouvert" jusqu'au 7 octobre, date à laquelle le CIO attend la deuxième partie des dossiers de candidature - mais techniquement, le Conseil municipal devrait voter le retrait définitif dans les prochaines semaines
À un peu moins d'un an du verdict, le 13 septembre 2017 à Lima, il n'y a donc plus que trois villes en lice : Los Angeles, Paris et Budapest. Avant Rome, Hambourg s'était retirée après consultation de ces citoyens. La capitale hongroise devrait en faire autant dans les prochaines semaines. Un match Paris-Los Angeles n'est donc pas à exclure. Or, dans cette optique, le retrait de Rome n'est pas forcément une bonne nouvelle pour la France.

D'autres pays européens pensent à 2028 et à 2032

D'une part, l'élection d'une ville hôte se déroule par élimination et il était possible d'imaginer un accord entre les deux villes européennes, pour que les soutiens de l'une ou de l'autre bascule sur la mieux placée au moment opportun. D'autre part, comme l'explique Yannick Cochennec, qui travaille sur les questions olympiques, les éventuels candidats européens à l'organisation des Jeux de 2028 seront sûrement tentés de voter en faveur de Los Angeles.
"L'Allemagne avec Munich, la Russie avec Moscou, l'Espagne avec Madrid ou même à nouveau l'Italie avec Milan songeraient à 2028 et 2032", détaille-t-il pour RTL.fr. Avec un succès de Paris pour 2024, leurs espoirs seraient quasiment réduits à néant, en vertu de l'alternance entre les continents - pour les Jeux d'été, car les deux prochains d'hiver auront lieu en Asie, en Corée du Sud (Pyeongchang 2018) puis en Chine (Pékin 2022) avant et après Tokyo 2020. 

Stratégies

Chaque désignation d'une ville hôte relève ainsi en partie de "stratégies" de la part de certains des 98 membres du CIO appelés à voter, poursuit Yannick Cochennec. Paris pourra a priori compter sur les voix de ses deux représentants, Guy Drut et Tony Estanguet, pas forcément sur celle des Allemands (2), des Espagnols (3), ou des Suisses (4). Lors de la précédente élection, les Français auraient opté pour Tokyo plutôt que Madrid et Istanbul, en pensant à 2024.

Douze après ceux de Londres, l'Europe accueillera-t-elle à nouveau les JO d'été ou devra-t-elle attendre encore quatre ans, voire huit ? Selon Yannick Cochennec, "Paris a un très bon dossier technique, le CIO sait qu'elle peut les organiser. Mais le contexte sécuritaire peut être un handicap. Et surtout, 95% des installations sont déjà présentes à Los Angeles, alors qu'il faut construire une piscine, un village olympique et un centre des médias, à Paris". La "cité des anges" n'est "pas largement favorite" mais elle est bien "favorite".

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7784956611
Paris 2024 : pourquoi le retrait de Rome n'est pas forcément une bonne nouvelle
Paris 2024 : pourquoi le retrait de Rome n'est pas forcément une bonne nouvelle
INTERVIEW - La capitale française aura sans doute une concurrente de moins dans la course aux 33èmes JO d'été. Cela ne renforce pourtant pas ses chances de victoire.
http://www.rtl.fr/sport/autres-sports/paris-2024-pourquoi-le-retrait-de-rome-n-est-pas-forcement-une-bonne-nouvelle-7784956611
2016-09-23 12:08:10
http://media.rtl.fr/cache/vi81MeJRKSHVg8XphCjd7Q/330v220-2/online/image/2016/0823/7784558562_la-maire-de-paris-anne-hidalgo-presente-le-logo-de-la-candidature-de-paris-aux-jo-2024-le-17-fevrier-2016.jpg