La police a-t-elle été complice de l'importation de 40 tonnes de cannabis ?

L'opération, qui visait au démantèlement d'un réseau de trafic de stupéfiants, aurait été organisée sans l'aval de la justice.

Une saisie de cannabis par les douanes françaises le 1er février 2015 (Illustration).
Crédit : DOUANE FRANCAISE / AFP
Une saisie de cannabis par les douanes françaises le 1er février 2015 (Illustration).

L'affaire pourrait créer un véritable scandale. Et les chiffres donnent le tournis : 40 tonnes de cannabis auraient été importées en France en octobre 2015 avec la complicité de la police, sous couvert d'une opération de démantèlement d'un réseau d'acheminement. Mais la justice n'en aurait pas été informée. C'est ce que révèle Libération ce mercredi 30 novembre, avec un titre choc à la une du journal : "Nouvelles révélations sur un trafic d'État".

Il y a un peu plus d'un an, une cargaison de 7 tonnes de cannabis avait été saisie en plein Paris, boulevard Exelmans dans le XVIe arrondissement. Une saisie record saluée par François Hollande. Il s'agirait, selon Libération, d'une partie des 40 tonnes importées en France, dans un seul camion, qui a transité depuis l'Espagne pour rejoindre la région lyonnaise. 

La marchandise a ensuite été acheminée près de Paris. L'Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Ocrtis), qui a imaginé cette opération, aurait au préalable informé le procureur de Perpignan et un juge d'instruction à Lyon en évoquant une livraison surveillée, autorisée par la loi.

Au milieu d'une "guerre" des services

Il s'agirait en fait d'une livraison organisée, grâce à la présence d'un informateur. "Nous n’aurions jamais accepté la livraison d’une seule tonne de cannabis sous couvert de l’opération d’infiltration. Il était convenu que les convois de stups s’inscrivant dans ce cadre ne devaient concerner 'que' quelques centaines de kilos de cannabis", explique Bertrand Grain, le juge lyonnais en charge du dossier, cité dans Libération. L'opération était a priori connue de plusieurs hauts responsables de la police, qui devraient s'expliquer devant l'IGPN après l'ouverture d'une enquête.

Dans une note confidentielle datée d'avril 2015, la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) explique que l'opération, baptisée "Janissaire", vise à "mettre en œuvre pour la première fois en ­Europe une logistique complète d’importation de stupéfiants pour éradiquer plusieurs réseaux d’acheminement en un seul dossier judiciaire". Derrière cette opération se tramerait surtout une "guerre" des services entre la police, la gendarmerie et les douanes.

La rédaction vous recommande
par François Quivoron
Suivez François Quivoron sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786051435
La police a-t-elle été complice de l'importation de 40 tonnes de cannabis ?
La police a-t-elle été complice de l'importation de 40 tonnes de cannabis ?
L'opération, qui visait au démantèlement d'un réseau de trafic de stupéfiants, aurait été organisée sans l'aval de la justice.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/la-police-a-t-elle-ete-complice-de-l-importation-de-40-tonnes-de-cannabis-7786051435
2016-11-30 11:10:00
http://media.rtl.fr/cache/4JbPEXdzNqzjcig3dsMgWQ/330v220-2/online/image/2015/0502/7777543552_douane.jpg