Guy Georges, le tueur en série de l'Est parisien

REPLAY - Entre 1991 et 1998, Guy Georges a violé et tué sept jeunes femmes en région parisienne... A l'occasion de la sortie du film SK1 qui revient sur l'enquête, Jacques Pradel vous raconte le parcours criminel de ce tueur hors du commun

>
Guy Georges, le tueur en série de l'Est parisien Crédit Média : Jacques Pradel Télécharger

Vous pouvez à tout moment soumettre une affaire à Jacques Pradel. Laissez votre message avec les principales informations nécessaires à l'équipe de l'émission pour programmer, peut-être prochainement, ce fait-divers dans L'Heure du Crime.

Crédit : Elodie Grégoire
Jacques Pradel

L'édito de Jacques Pradel

Nous revenons aujourd’hui sur la longue traque qui a permis à la Brigade Criminelle du 36 quai des Orfèvres, d’arrêter, en 1998, l’un des pires tueurs en série français : Guy Georges.
1991 – 1998 : 7 ans ! Il aura fallu 7 ans aux seigneurs de la crim, pour boucler une des enquêtes les plus difficiles de leur carrière. Pendant toutes ces années, Guy Georges à violé, tué ou agressé au moins douze jeunes femmes choisies au hasard, sur un simple regard.

Cette absence de lien entre le tueur et ses victimes explique la difficulté de la traque à laquelle il faut ajouter une incroyable série de coincidences qui ont emmené les enquêteurs sur de fausses pistes.

Le film de Frédéric Tellier, SK1 (pour sérial killer n°1), qui sort Mercredi, raconte magnifiquement cette histoire tragique. En voyant ces images, on comprend pourquoi, malgré son procès et sa condamnation à perpétuité, les crimes de Guy Georges constituent encore une énigme que n’ont pu expliquer ni les policiers ni les psychiatres.

Nous revenons sur l’ensemble de l’affaire dans un instant, avec madame Martine Monteil qui dirigeait la brigade criminelle à l’époque et avec Patricia Tourancheau, la journaliste de Libération dont le livre a inspiré le film…

Guy Georges, le prédateur

Lorsqu'il était jeune, placé dans une famille d’accueil près d'Angers par la Ddass, Guy Georges était passionné par la chasse. Il partait, son couteau à la main, chasser les oiseaux et les lapins. Ce comportement de traqueur, il ne l'a pas abandonné lorsqu'il est arrivé à Paris, vivant de squat en hôtels miteux. C'était en chasseur qu'il s'imaginait, errant dans Paris, attaquant et tuant des femmes jeunes et jolies. Entre 1991 et 1998, sept femmes vont mourir. C'est finalement grâce à des traces ADN retrouvées sur les lieux du crime que celui qu'on appelait " le tueur de l'Est parisien" sera arrêté. Lors de son procès, en 2001, il ne sera pas considéré comme fou. Pourtant, sa personnalité échappe à tous les critères d'analyse...

Une enquête historique

7 ans d'enquête, 4000 policiers, l'affaire la plus complexe du quai des Orfèvres

Bande annonce du film l'Affaire SK1

Le QI de 101 de l'accusé, et sa double personnalité rendent la tâche difficile aux policiers : Guy Georges est difficilement traçable. Un portrait-robot inexact les mène sur de fausses pistes... De plus Guy Georges a plusieurs fois profité de permissions de sortie alors qu'il était en prison pour commettre ses agressions, ce qui détournait les soupçons. Le film de Frédérick Tellier revient sur une enquête historique : c'est la première fois que l'on parvient à trouver l'empreinte génétique d'un tueur en série.  La titre du film, SK1, reprend le code donné au profil génétique de Guy Georges. Ce pas décisif dans l'enquête va directement mener à l'arrestation de Guy Georges, en mars 1998 à Paris. 

>
L'AFFAIRE SK1 : le film sur l'affaire Guy Georges - Bande Annonce

Le film revient sur l'affaire avec comme point de départ le procès,qui a eu lieu en mars 2001, avec de nombreux coups de théâtre et rebondissements. En effet, bien qu'il ait avoué peu après son arrestation, Guy Georges revient sur ses aveux lors de l'audience et plaide, avec son avocat maître Ursulet, non coupable. C'est finalement la ruse des avocats des familles des victimes, ses propres avocats, et les témoignages au procès qui vont l'amener à avouer, enfin, le 28 mars 2001.  

Nos invités

Patricia Tourancheau, journaliste au journal Libération et auteure du livre  Guy Georges, La Traque  qui a en grande partie inspiré le film L'affaire SK1.
Martine Monteil, ancienne patronne de la Police Judiciaire

par Laure Broulard
Suivez Laure Broulard sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7776073191
Guy Georges, le tueur en série de l'Est parisien
Guy Georges, le tueur en série de l'Est parisien
REPLAY - Entre 1991 et 1998, Guy Georges a violé et tué sept jeunes femmes en région parisienne... A l'occasion de la sortie du film SK1 qui revient sur l'enquête, Jacques Pradel vous raconte le parcours criminel de ce tueur hors du commun
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/guy-georges-le-tueur-en-serie-de-l-est-parisien-7776073191
2015-01-05 08:40:00
http://media.rtl.fr/cache/N88IO5ZTWpPWk_ldBOdLOg/330v220-2/online/image/2015/0102/7776073219_guy-georges.jpg