En Arctique, la banquise a fondu de 40%

EN IMAGES - À 350 kilomètres au-delà du cercle polaire se tient jusqu'au vendredi 23 janvier une conférence sur l'Arctique, une région du globe particulièrement sensible au réchauffement climatique.

L'Arctique se réchauffe deux fois plus vite que le reste de la planète. La température moyenne a augmenté de près de deux degrés en 100 ans. Conséquence : la banquise fond comme le montrent les images satellites qu'on collecte depuis 1979.

"L'été, la banquise a diminué de 40%", explique Nalan Kotch, directrice scientifique de l'institut polaire de Tromso. "En plus, la glace est moins épaisse. Elle faisait 4 à 5 mètres d'épaisseur ; maintenant, elle ne dépasse pas un ou deux mètres. On s'attend à ce que d'ici la fin du siècle, elle disparaisse complètement pendant les mois d'été", ajoute-t-elle.

Pourquoi le réchauffement climatique est plus rapide en Arctique ?

En plus du réchauffement global, s'ajoute un phénomène diabolique. Plus la neige fond, plus la température augmente. Plus il fait chaud, plus la neige fond. C'est un cercle infernal.

L'explication est la suivante : la neige, parce qu'elle est très blanche, renvoie jusqu'à 90% de l'énergie solaire vers le ciel. Cela maintient le froid en Arctique. Mais si elle fond, elle laisse la place à des surfaces sombres, comme la Toundra ou la Taïga. Là, le sol absorbe l'énergie solaire et la température augmente.

Trois-quarts des émissions d'impuretés sont directement dues aux activités humaines

Jean-Charles Gallet, chercheur et spécialiste du manteau neigeux

Ce phénomène est en plus aggravé par la pollution et par le rejet dans l'atmosphère de particules très sombres qui salissent la neige.

"Cela vient de tout ce qui tourne autour du pétrole : les voitures, les avions, les camions, les bateaux, les feux de forêt, l'agriculture ou les feux de cheminée", décrypte Jean-Charles Gallet, chercheur et spécialiste du manteau neigeux.

Il cible l'Amérique du Nord, l'Europe, la Russie et la Sibérie. "On peut estimer que trois-quarts des émissions d'impuretés sont directement dues aux activités humaines", poursuit-il.

Quelles conséquences sur la faune et la flore de l'Arctique ?

Sans sa banquise, l’ours blanc ne peut pas vivre. Le plancton évolue. Des crustacés deviennent moins nombreux et privent certains animaux de leur nourriture habituelle.

C'est le cas du Guillemot de Brünnich, un oiseau de la famille des pingouins. Dans l'archipel du Svalbard, au nord de la Norvège, sa population diminue de 4% à 5% par an.

"Certaines espèces vont s'en sortir, car elles sont capables de se nourrir sur tout et n'importe quoi. D'autres, très spécialistes, recherchent un type de proies très spécifiques. Là, le moindre changement peut avoir des conséquences importantes", lance Sébastien Descamps, spécialiste des oiseaux polaires à Tromso.

L'influence dévastatrice de l'homme

Comme si cela ne suffisait pas, l'homme a décidé de continuer à mettre l'Arctique en péril en industrialisant davantage.

Il continue l'exploration du gaz et du pétrole toujours plus au Nord, en intensifiant le trafic des bateaux via la route maritime au nord de la Sibérie, où un passage s'ouvre dans la glace seulement cinq mois par an, l'homme continue son entreprise de destruction.

À la clé : des risques de pollution, encore plus de rejets de CO2 et des températures qui continueront de grimper.

>
En Arctique, la banquise a fondu de 40% Crédit Image : RTL Crédit Média : Sophie Joussellin Télécharger
La rédaction vous recommande
par Sophie JoussellinJournaliste RTL
Suivez Sophie Joussellin sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7776279884
En Arctique, la banquise a fondu de 40%
En Arctique, la banquise a fondu de 40%
EN IMAGES - À 350 kilomètres au-delà du cercle polaire se tient jusqu'au vendredi 23 janvier une conférence sur l'Arctique, une région du globe particulièrement sensible au réchauffement climatique.
http://www.rtl.fr/actu/sciences-environnement/a-tromso-une-conference-pour-comprendre-le-rechauffement-climatique-7776279884
2015-01-21 09:59:00
http://media.rtl.fr/cache/ZrPP-5pqWdmTdAupVyEWWQ/330v220-2/online/image/2015/0120/7776279955_le-centre-ville-de-kirkenes-au-nord-de-la-norvege-a-la-frontiere-avec-la-russie.jpg