Emploi : François Hollande prône une "flexisécurité à la française"

REPLAY / ÉDITO - Pour vaincre le chômage, le chef de l'État annonce l'association de la flexibilité pour les employeurs et de la sécurité pour les salariés.

Un salarié dans son entreprise (image d'illustration) >
Emploi : François Hollande prône une "flexisécurité à la française" Crédit Image : DENIS CHARLET / AFP | Crédits Média : RTL | Durée : | Date :
1/

La "flexisécurité" est inspirée d'un modèle de l'Europe du Nord, en particulier au Danemark, qui a mis cela en œuvre au début des années 1990. C'est l'association de la liberté totale de licencier pour les entreprises et d'un filet de sécurité substantiel pour les salariés. Les salariés licenciés ont droit à des indemnités de chômage importantes, mais sont obligés de chercher un emploi ou d'aller en formation, faute de quoi ils perdent le bénéfice de leur allocation. Cela fonctionne : le chômage est faible là-bas depuis vingt ans. C'est un modèle qui correspond bien à la culture et à l'histoire sociale du Danemark. Il est d'abord très coûteux, parce qu'il garantit un haut niveau de protection sociale, qui est socialisée.

Pour le financer, les Danois ont mis en place, les premiers, la TVA sociale, au tout début des années 1990. Mais c'est un modèle qui a aussi sa dureté, justement parce qu'on peut être licencié sans autre motif que la décision de l'employeur. Un chômeur qui rentre chez lui deux soirs de suite un peu allumé par la bière a toutes chances d'être dénoncé par ses voisins, qui vont penser qu'il ne cherche pas vraiment du travail et qu'il escroque le système. C'est la culture protestante : on ne triche pas avec l'argent public.

La "flexisécurité à la française", c'est du Canada Dry

Ce modèle n'a absolument aucune chance d'être transposé en France. Il n'y aura pas la liberté de licenciement pour l'employeur. Elle ne sera jamais acceptée ni par la gauche, ni par les syndicats. Nous n'aurons pas davantage de protection élevée pour les salariés, parce qu'on n'a pas l'argent. Rappelons que le déficit de l'assurance-chômage approche 30 milliards d'euros. La "flexisécurité à la française", c'est du Canada Dry. En fait, François Hollande veut parler du compte personnel d'activité. Chaque salarié devrait avoir une sorte de dossier personnel, dans lequel seront consignés ses droits éventuels à une retraite anticipée, au titre de la pénibilité, des droits à  la formation, des jours de RTT non pris que vous aurez accumulés. Des droits portables d'un emploi  à l'autre, c'est la nouveauté.

Côté flexibilité, le chef de l'État a ré-annoncé, une nouvelle fois, l'éventuelle possibilité, pour une entreprise, de négocier son propre horaire de travail. Reste à voir avec quelles modalités. Car avec ce gouvernement, les paroles sont toujours flamboyantes, l'intention est louable, et finalement les textes contiennent des restrictions et des complexités invraisemblables.

La rédaction vous recommande
LoïcFarge42
par Journaliste RTL
Suivez Loïc Farge sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781846407
Emploi : François Hollande prône une "flexisécurité à la française"
Emploi : François Hollande prône une "flexisécurité à la française"
REPLAY / ÉDITO - Pour vaincre le chômage, le chef de l'État annonce l'association de la flexibilité pour les employeurs et de la sécurité pour les salariés.
http://www.rtl.fr/actu/economie/emploi-francois-hollande-prone-une-flexisecurite-a-la-francaise-7781846407
2016-02-12 08:28:00
http://media.rtl.fr/cache/GDaLnF6W0T3-O-_B511xWQ/330v220-2/online/image/2016/0104/7781151941_un-salarie-dans-son-entreprise-image-d-illustration.jpg