3 min de lecture FDJ Tour de France

Un directeur sportif "est un homme de terrain" explique Thierry Bricaud

PORTRAIT - Thierry Bricaud participe au Tour de France en tant que directeur sportif au sein de la formation FDJ.fr, équipe qu'il a rejoint en 2006. "On est là pour faire le lien entre tout le monde (staff, coureurs) et que tout se passe pour le mieux" explique-t-il.

L'équipe FDJ.fr durant le contre-la-montre par équipes à Nice
L'équipe FDJ.fr durant le contre-la-montre par équipes à Nice Crédit : AFP/J.Pachoud
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

"Je suis en train de préparer la journée de demain, mais je peux vous accorder quelques minutes sans problème", déclare d'entrée Thierry Bricaud ce vendredi 28 juin, veille du départ de la 1ère étape du Tour de France 2013. La pression monte à un jour du coup d'envoi de la 100ème édition et le directeur sportif de la FDJ.fr ne laisse rien au hasard.

La veille, je cale les horaires de la journée du lendemain : Qui fait quoi ? Va où ? Comment ? À quelle heure ?

Thierry Bricaud
Partager la citation

"Je décortique l'étape, je commence à faire une simulation du briefing que je ferai aux coureurs le lendemain. Ensuite je cale les horaires de la journée du lendemain, aussi bien pour les coureurs que pour le staff : qui fait quoi ? Va où ? Comment ? A quelle heure ?" L'équipe FDJ.fr compte 23 personnes sur ce Tour de France entre les coureurs, les kinés, les mécaniciens...

"Il y a du monde qui se déplacent tous les jours avec des véhicules, il y a donc des horaires à respecter. La  veille au soir, on planifie les horaires de la journée du lendemain". Le champ d'action d'un directeur sportif est donc large. Il doit s'occuper de tout ce qui touche à la course (tactique), mais également à l'aspect logistique.

À lire aussi
Thibaut Pinot et Romain Bardet le 19 juillet 2014 Tour de France
Tour de France 2016 : Pinot, Bardet, Barguil... Quelles chances pour les Français ?

Ce métier de directeur sportif, Thierry Bricaud l'exerce depuis de nombreuses années. Un choix de carrière mûrement réfléchi ? "Pas vraiment, c'est les circonstances de la vie qui ont fait ça. J'ai été cycliste amateur pendant 6 ans, mais je n'ai jamais eu l'opportunité de passer professionnel", raconte-t-il.

Du monde amateur au monde professionnel

"Dès le début de ma carrière, j'avais passé mes diplômes d'éducateur et mes brevets d'État, pour éventuellement un jour devenir éducateur sportif. Mais dans quel domaine ? Je n'avais rien de précis. L'occasion s'est présentée de devenir directeur sportif d'une équipe amateur, ce que j'ai fait pendant 3 ans. Puis après j'ai suivi un cursus pour intégrer le monde professionnel, et j'ai rejoint la FDJ.fr en 2006", poursuit-il.

Pour intégrer une équipe professionnelle, Thierry Bricaud a passé un diplôme d’État obligatoire : "Évidemment, il faut aussi avoir un vécu dans le milieu du vélo, c'est une évidence, sinon c'est compliqué de tout maîtriser", précise-t-il. 

Lorsqu'on lui demande de définir son métier, Thierry Bricaud explique qu'un directeur sportif "est un homme de terrain. On est là pour aiguiller, pour orienter, pour organiser le domaine sportif avec les coureurs. Et avec tout le staff qui gravite autour. On est là pour faire le lien entre tout le monde et que tout se passe pour le mieux".

En permanence au plus près des coureurs

Car en plus de l'aspect organisationnel, Thierry Bricaud est également en permanence au plus près des coureurs. Le matin avant la course, a lieu le briefing. "En général, sur le Tour, Marc Madiot (manager général de la FDJ.fr) revient sur l'étape de la veille puis fait un tour général de la situation de l'équipe. Ensuite mon collègue et moi, on entre plus dans le domaine tactique de la journée à venir", déclare l'ancien coureur amateur.

Ils sont deux directeurs sportifs sur la route du Tour cette année. "On fait la même chose mais pas en même temps. C’est-à-dire que celui qui se trouve derrière le peloton 'dirige la journée', et le deuxième est plutôt là pour porter assistance en fonction des échappées, des éventuelles chutes ou des éventuels coureurs lâchés", détaille Thierry Bricaud.

Quelques minutes de décompression le soir avant de se plonger dans l'étape du lendemain

On comprend donc que les directeurs sportifs travaillent d'arrache-pied avant, pendant et après les étapes. À l'arrivée, ils se donnent quelques minutes de récupération. "Il y a un petit moment de décompression, le temps de quitter l'arrivée et de rejoindre l'hôtel. Et une fois arrivé à l'hôtel, on se plonge sur l'étape du lendemain".

Pas vraiment le temps de se reposer pour ces hommes de terrain, dont le rôle est primordial dans une équipe cycliste : logistique, tactique... Rien ne leur échappe.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
FDJ Tour de France Tour de France Sport
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7763144398
Un directeur sportif "est un homme de terrain" explique Thierry Bricaud
Un directeur sportif "est un homme de terrain" explique Thierry Bricaud
PORTRAIT - Thierry Bricaud participe au Tour de France en tant que directeur sportif au sein de la formation FDJ.fr, équipe qu'il a rejoint en 2006. "On est là pour faire le lien entre tout le monde (staff, coureurs) et que tout se passe pour le mieux" explique-t-il.
https://www.rtl.fr/sport/un-directeur-sportif-est-un-homme-de-terrain-explique-thierry-bricaud-7763144398
2013-07-15 22:11:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/42sBFKlI3p0DAwrtH4OvNQ/330v220-2/online/image/2013/0702/7762813695_l-equipe-fdj-fr-s-est-classee-15eme-du-contre-la-montre-par-equipes-a-nice.jpg