1 min de lecture Thomas Voeckler

Tour de France - Thomas Voeckler : "La meilleure réponse, c'est le terrain"

Retrouvez la réaction de Thomas Voeckler après sa victoire mercredi à Bellegarde-sur-Valserine, terme de la 10ème étape du Tour de France 2012.

Thomas Voeckler
Thomas Voeckler Crédit : AFP, Joel Saget
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

Toutes les réactions :

Thomas Voeckler (FRA/Europcar), vainqueur de l'étape :
"J'ai souffert de crampes quand j'ai fait le classement du meilleur grimpeur au sommet du Grand Colombier. Mais je me suis dit: 'c'est toujours ça de pris'. Je voulais aussi jouer la victoire d'étape. Dans l'échappée, j'avais l'impression qu'ils me regardaient beaucoup. Ca fait un peu prétentieux de le dire mais j'avais l'impression que les autres étaient ligués. Quand Devenyns a attaqué, je leur ai dit: 'allez-y'. Si le final avait été sur le plat, ça ne pardonnait pas. Heureusement c'était dur. D'habitude, je n'ai pas l'oreillette dans le final. Mais cette fois, sans Andy Flickinger (directeur sportif), j'aurais joué perdant. A 1,5 kilomètre de l'arrivée, il m'a dit de faire l'effort. Après, (Michele) Scarponi et (Luis Leon) Sanchez se sont observés. A la fin, c'était une souffrance extrême. Je ressentais une telle douleur mais je me disais que c'était pareil pour les autres. On nous a un peu craché dessus avant le début du Tour. La meilleure réponse, c'est le terrain. Le maillot à pois ? Je l'ai sur les épaules, même s'il ne tient qu'à un fil. Je vais essayer de le conserver." 

Bradley Wiggins (GBR/Sky), maillot jaune : "On savait ce qui nous attendait. Dans le Tour, je sais depuis que je suis gamin que le maillot jaune est attaqué. Ce serait triste s'il n'y avait pas d'attaques. C'est aussi ce qui fait la grandeur du Tour. Le lendemain d'une journée de repos, c'est toujours difficile. Mais c'était bien aujourd'hui. L'équipe était super forte. Dans un col comme le Grand Colombier, il faut avoir les jambes. Nibali ? Je m'attendais à ce qu'il attaque dans la descente. Mais on n'a pas paniqué. Il est parti tout seul et il restait une trentaine de kilomètres jusqu'à l'arrivée. C'est sûr que lui et Cadel (Evans) sont les deux adversaires les plus dangereux. Mais je ne sous-estime personne dans le top 10. Menchov aussi est dangereux et on n'est jamais à l'abri d'une mauvaise journée. La prochaine étape est la plus dure de ce Tour." 

Cadel Evans (AUS/BMC), 2ème du général : "Quand Nibali est parti, j'ai hésité. Peut-être était-ce une occasion manquée. Mais Sky a vraiment l'équipe pour ce parcours et cette situation. Il ne reste que peu d'occasions et elles sont espacées. Avec le vent et la montée loin de l'arrivée, ce n'était pas évident aujourd'hui. Demain (jeudi), je pense que les attaquants seront plus récompensés. Mais nous devrons voir comment les autres équipes réagissent." 
  
Michele Scarponi (ITA/Lampre), 2ème de l'étape : "On s'en veut toujours quand on ne gagne pas. Si j'avais suivi Voeckler, les choses auraient pu se passer autrement. J'ai choisi de m'occuper de Luis Leon Sanchez. J'espérais qu'il réagisse mais Thomas (Voeckler) a été le plus fort. Au départ, je pensais davantage à l'étape de La Toussuire mais je me suis retrouvé devant dans l'échappée et j'ai continué." 
  
Dries Devenyns (BEL/Omega Pharma), 5ème de l'étape : "Je suis très déçu. J'ai souffert de crampes dans le Grand Colombier. Du coup, je me suis un peu économisé. Dans la (partie) finale, j'ai attaqué. J'ai vu Voigt revenir puis Voeckler m'a passé de façon impressionnante." 
  
Jurgen Van den Broeck (BEL/Lotto), 9ème de l'étape : "J'ai accéléré quatre fois. Dans le Grand Colombier, personne n'a voulu venir avec moi. C'est dommage. La quatrième fois, j'ai pu reprendre un peu de temps avec Pierre Rolland. Il faut sauter sur toutes les occasions. L'équipe de Wiggins est très forte. Les chances de le mettre en difficulté sont minces. Mais on dirait que tout le monde a peur de les attaquer. Moi, j'essaierai de nouveau demain (jeudi)." 
  
Jérôme Coppel (FRA/Saur-Sojasun), 20ème de l'étape : "Une dure journée encore. Comme l'an dernier, je n'étais pas bien en début d'étape, au lendemain du jour de repos. Je n'étais pas super au pied du Grand Colombier. Mais, comme je connais bien le col, je me suis accroché et j'ai bien assuré. Le col de Richemond m'a fait plus mal encore. Les Sky roulaient très vite. Porte a encore fait un gros boulot. Sur le haut, j'étais mieux et finalement, le rythme des Sky m'allait bien." 
  
Tejay Van Garderen (USA/BMC), 10ème du général et meilleur jeune : "C'était juste une journée difficile. J'ai lâché sur la dernière montée et j'ai dû me battre dans la descente pour être là afin de protéger (Evans) un peu plus à la fin. Dans la montée d'arrivée, j'ai atteint ma limite." 

Les classements :



Les classements complets :

Bouton classement Tour de France

Le parcours du Tour de France 2012 en vidéo :



Cliquez sur la carte pour l'agrandir :


Tour de France 2012 : le parcours officiel

LE DOSSIER COMPLET DE LA REDACTION DE RTL.FR :

Bandeau dossier tour de France

Lire la suite
Thomas Voeckler Cyclisme Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7750631473
Tour de France - Thomas Voeckler : "La meilleure réponse, c'est le terrain"
Tour de France - Thomas Voeckler : "La meilleure réponse, c'est le terrain"
Retrouvez la réaction de Thomas Voeckler après sa victoire mercredi à Bellegarde-sur-Valserine, terme de la 10ème étape du Tour de France 2012.
https://www.rtl.fr/sport/tour-de-france-thomas-voeckler-la-meilleure-reponse-c-est-le-terrain-7750631473
2012-07-11 17:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/czmczhXyfKuTGoEYbEsUZQ/330v220-2/online/image/2012/0706/7750424681_thomas-voeckler-n-a-pas-ete-selectionne-compte-tenu-de-l-etat-de-son-genou-droit.jpeg