1 min de lecture Mourad Boudjellal

Top 14 : quand Mourad Boudjellal essaie d'être un "lèche-cul"

Le président du RC Toulon respecte avec une discipline dont il est peu coutumier la suspension à laquelle la Ligue Nationale de Rugby l'a condamné depuis le 27 janvier. Interdit de vestiaire et de terrain jusqu'au 3 juin suite à des propos controversés envers l'arbitrage, Mourad Boudjellal est en effet étonnamment silencieux. Dans une interview au journal Sud-Ouest, le patron du club toulonnais s'explique. "J'ai décidé de faire le 'lèche-bottes blues'. Ce n'est pas toujours facile mais, dans la vie comme dans le rugby, il y a toujours un avantage pour les lèche-cul. J'essaie d'être dans cette lignée-là". Chassez le naturel...

Boudjellal ou l'art de la repentance offensive

Mourad Boudjellal semble bien décidé à calmer le jeu et jouer les repentis, à mesure que la fin de saison approche. "Je ne veux pas monopoliser le rugby français avec mes bons mots et mes états d'âme", explique t-il à Sud-Ouest. "Aujourd'hui, je suis conscient que j'ai une légitimité médiatique mais pas encore de légitimité sportive. Avant d'ouvrir sa gueule, il faut gagner des choses". Le club est en effet qualifié pour la finale du Challenge européen et les phases finales de Top 14.

Pourrait-il cependant enfreindre la sanction, maintenant que son club a accédé aux demi-finales ? "J'ai changé d'avis", explique le président, qui avait annoncé qu'il ferait fi de l'interdiction. "Après réflexion, je me suis rendu compte que, vis-à-vis des jeunes, je suis devenu un exemple, or transgresser la loi n'est pas un bon exemple. Sous mon côté provocateur, je respecte la Justice. Ce n'est pas la peine de mettre deux mecs derrière moi pour m'empêcher de mettre un pied là où je n'ai pas le droit d'aller. Même si personne ne me voit, je n'irai pas".

Mais Mourad Boudjellal n'a pas perdu son franc-parler et ne manque pas de souligner l'hypocrisie du milieu du rugby et de faire un joli pied-de-nez à ses adversaires. "Ce que j'aime, c'est dire la vérité. Dans le rugby français, quand il y a des gros riches, on ne doit pas dire qu'ils ont de l'argent, mais du talent…", affirme t-il, ajoutant que Toulon "est le plus pauvre" des "six clubs qualifiés pour les phases finales" du Top 14. Lorsque le journal lui fait remarquer que le plus petit budget est celui de Castres, la réponse est cinglante.

"Tout le monde sait que, sans les laboratoires Pierre Fabre, Castres serait en Fédérale, mais il ne faut pas le dire. C'est comme ça : il y a des patrons qui viennent au bureau en 206 pour que leurs employés ne leur demandent pas d'augmentations. Eh bien moi, je vais au boulot en Maserati et personne ne me demande d'augmentation, parce qu'ils savent que ce sera non".

Les relations entre le président de Toulon Mourad Boudjellal et le corps arbitral - et d'une manière plus générale la Ligue nationale de rugby (LNR) - ont été une nouvelle fois houleuses cette saison. Le dirigeant toulonnais avait déclaré avoir "vécu une sodomie arbitrale" après la défaite (25-19) de son équipe à Clermont le 8 janvier, ce qui lui avait valu une lourde sanction de 130 jours de suspension. Quelques semaines plus tard, c'est le manageur de Toulon, l'ancien entraîneur du XV de France et secrétaire d'Etat aux Sports Bernard Laporte, qui a été suspendu pour 60 jours pour des propos tenus envers un arbitre du Top 14.

Lire la suite
Mourad Boudjellal Rugby Top 14
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants