1 min de lecture Mourad Boudjellal

Top 14 : Mourad Boudjellal attaque encore le monde du rugby

A peine sa suspension de 130 jours terminée, Mourad Boudjellal a de fortes chances de retourner en tribune pour le début de la saison prochaine. Le président du Racing Club de Toulon n'a pas retenu ses mots après la défaite de son équipe en finale du Top 14 face à Toulouse samedi soir au Stade de France (18-12). Il s'est encore une fois montré virulent vis-à-vis des instances du rugby mais aussi des journalistes.

Le président de Toulon, Mourad Boudjellal
Le président de Toulon, Mourad Boudjellal Crédit : AFP/Archives, Gérard Julien
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Après la défaite du RCT, Mourad Boudjellal s'en est pris au monde du rugby. "Je prend des coups depuis six ans mais que peut-on me reprocher ? J'entends des présidents qui disent, pourquoi il est sur le terrain? Je vais te le dire, pourquoi je suis sur le terrain: parce que je mets du pognon. (...) Essayez d'investir autant que ce que j'ai fait et vous pourrez jugez mes attitudes, ma façon de parler, mes émotions", a insisté le patron du RCT.

"Le monde a changé. Déjà le minitel, c'est hyper moderne pour eux, ils sont largués ! Il faut laisser s'élever les nouvelles générations. Ils sont vieux, ils s'accrochent, ils se liquéfient presque pour certains. Ils vont rester et nous emmerder jusqu'à quand ? (...) Voilà ce que je pense du monde du rugby, et je pense qu'ils vont devoir me supporter encore un an, voire un peu plus." 

"Je voulais dire aussi que Toulouse est un beau champion, je leur souhaite plein de choses. (...) Et malheureusement pour eux, ils vont devoir me supporter un petit peu plus dans le rugby. Si on avait été champions ce soir, je ne suis pas certain que je serais resté dans ce monde", a-t-il avoué, accusant ses détracteurs d'être "vieux à mourir".

La suspension de Carl Hayman passe toujours mal

"Ce qui est surprenant, c'est que cette année on a changé le jour et l'horaire de la finale. On a joué à 18h samedi et on a joué vendredi. On l'a tous vu. Ca fait beaucoup", a accusé devant la presse M. Boudjellal, en référence à la réunion de vendredi durant laquelle la Commission d'extension de la Fédération française de rugby et de la Ligue nationale a refusé de lever la sanction prise contre l'ancien pilier All Black.

Carl Hayman avait été suspendu quatre semaines par une Commission de discipline de la Coupe d'Europe pour avoir reçu un carton jaune lors de la finale du Challenge européen. Mais la commission de la FFR et de la LNR réunie vendredi, à la demande du RC Toulon, a refusé de revenir sur cette mesure, demandant simplement "un complément d'information" à l'ERC, l'organisateur des compétitions européennes.

En fait, selon le président toulonnais, "l'accusation (NDLR: l'ERC) n'avait pas de preuve. On a donc demandé à l'accusation de fournir des preuves. Mais en attendant, on a pénalisé la défense. En droit, ça ne peut pas exister", a-t-il accusé. 

Et le président toulonnais de s'étonner que "l'on puisse accepter dans le rugby français que trois cartons rouges aient joué dès le match suivant alors qu'un carton jaune (NDLR: Hayman) ne joue pas les quatre suivants", une allusion aux cas récents du Toulousain Maestri, du Montpelliérain Gorgodze et du Castrais Tekori, trois autres des six clubs qualifiés pour la phase finale du Top 14.

Les médias en partie fautifs selon Boudjellal

Pour M. Boudjellal, les médias "ont tous une part de responsabilité. Dans le rugby, il y a des gens qui sont en place depuis très longtemps (...) et qui profitent du fait qu'il n'y ait pas de presse d'investigation, que les journalistes soient silencieux, qu'ils ne fassent pas toujours leur boulot".

"Ils savent qu'ils sont en sécurité et qu'on peut faire passer n'importe quoi (...) alors ils continuent !", a insisté le président du RCT, tout en précisant qu'"il n'y a rien à redire de la victoire de Toulouse, car je ne veux pas dire du mal de Toulouse, je respecte vraiment ce club".

Un personnage détonnant dans le monde ovale

M. Boudjellal a souvent fait parler de lui, s'attirant notamment une suspension de 130 jours pour avoir critiqué l'arbitrage en parlant de "sodomie arbitrale" après une défaite à Clermont en janvier.

Rebelle patenté, celui qui s'est fait un nom dans l'édition de bandes dessinées, cite Gainsbourg, Cavanna, roule en Ferrari et affiche des tee-shirts à l'effigie de Mohamed Ali, sait qu'il dérange. "Ca fait six ans que je suis dans le rugby, ça fait six ans que je prend des coups parce que j'essaie de dire des vérités, des choses difficiles", a encore plaidé Mourad Boudjellal samedi soir. 

Et de rappeler que son arrivée dans le rugby "est un choix, contrairement à d'autres qui étaient formatés pour ça (...), qui ont gravi des échelons en ayant un langage consensuel, en ne dérangeant pas les choses".

(avec AFP)

Bouton rugby-revivezlarencontre

Lire la suite
Mourad Boudjellal Rugby Top 14
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants