1 min de lecture Sport

Rallye : Didier Auriol relativise les 8 titres de Sébastien Loeb

Aigri ou réaliste ? L'ancien champion du monde des rallyes en 1994 au volant d'une Toyota, le Français Didier Auriol, si il admet que Sébastien Loeb est un grand champion, relative dans une interview au site internet 20 Minutes l'étendue de son palmarès, expliquant que l'absence d'une concurrence étoffée a aidé le pilote alsacien a glaner huit couronnes mondiales.

Didier Auriol
Didier Auriol Crédit : AFP/G.Cacace

Sébastien Loeb, premier pilote dans l’histoire du sport auto à décrocher 8 titres de champion du monde, n'a finalement pas que des admirateurs.

Dans un entretien au site internet 20 Minutes, Didier Auriol, champion du monde 1994, tient à relativiser le palmarès impressionnant du pilote Citroën, décroché peut-être un peu trop facilement, l'absence de concurrents de qualité.

"Si Sébastien avait connu l’époque où on était huit à se battre à coups de secondes..."

"En ce moment, Loeb est le meilleur pilote. C’était écrit en début d’année, il a le meilleur team, la meilleure voiture", déclare Didier Auriol.

Avant de poursuivre : "C’est l’un des meilleurs de tous les temps. Chaque période a eu des pilotes rapides. (Mais) je ne crois pas aux surhommes. Il y a des limites dans tout. Si Sébastien avait connu l’époque où on était huit à se battre à coups de secondes sur tout le championnat du monde, il aurait gagné des rallyes, c’est sûr, mais il n’aurait pas gagné tous les titres."

Auriol refuse également de comparer Sébastien Loeb à Michael Schumacher, titré à sept reprises en Formule 1. "Ce n’est pas le nombre de titres qui fait la valeur et la qualité du pilote, explique Auriol, aujourd'hui patron d'un complexe immobilier à Millau. C’est tout un ensemble de chose. Dont la concurrence. S’il n’y a pas d’adversité, on peut être facilement quinze fois champion du monde".

"Un pilote a besoin d'aller démontrer dans d'autres teams ce qu'il sait faire"

Pour lui, Loeb aurait du prendre plus de risques en quittant Citroen pour une autre écurie : "Un pilote, a besoin d’aller démontrer dans d’autres teams ce qu’il sait faire. Savoir bouger, continuer à gagner, faire évoluer son nouveau team, ça fait partie pour moi du grand champion. Le jour où Citroën s’est retiré du championnat du monde (en 2006), il fallait démontrer qu’il pouvait être également champion du monde. C’est une question d’envie, de caractère. Moi, j’aurais eu besoin d‘aller voir ailleurs."

"Parlons de Valentino Rossi par exemple. Il a couru pour Honda, Yamaha. Ça c’est des champions. Ça, ça me parle beaucoup plus." a conclu Auriol pour justifier sa façon de voir les choses.

Un avis pas forcément partager par tout le monde, à commencer par Sebastian Vettel, double champion du Monde de Formule 1, qui a couvert Loeb de louanges samedi, comme Lewis Hamilton.





Lire la suite
Sport Rallye Sébastien Loeb
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants