1 min de lecture Qatar

Qatar : "On n'a même pas le droit de mourir", lâche un ouvrier mobilisé pour le Mondial 2022

REPORTAGE - "The Guardian" a révélé la condition "d'esclave" des ouvriers présents au Qatar pour satisfaire la main d'œuvre nécessaire au Mondial 2022. "On n'a même pas le droit de mourir", lâche un Sri-lankais.

Des ouvriers asiatiques présents à Doha pour satisfaire la main d'oeuvre réclamée pour le Mondial 2022
Des ouvriers asiatiques présents à Doha pour satisfaire la main d'oeuvre réclamée pour le Mondial 2022 Crédit : AFP/G.C.Hin
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Jeudi, le quotidien britannique The Guardian dévoilait un rapport selon lequel la construction des infrastructures de la Coupe du monde 2022 au Qatar allait faire 4.000 morts. 44 ouvriers ont déjà perdu la vie sur les chantiers cet été. Des victimes venues d'Asie, du Népal au Sri-Lanka en passant par l'Inde.

On ne me donne par d'argent, pas de médicament, pas d'assurance... On n'a même pas le droit de mourir

Un ouvrier sri-lankais
Partager la citation

Sur place, RTL a recueilli les témoignages de ces travailleurs surexploités, quasiment réduits à l'esclavage, même si le discours est changeant en fonction de la présence ou non d'un contremaître à proximité. "La chaleur est trop intense, l'air chargé de poussière, explique un Sri-Lankais. On n'a même pas de temps pour se reposer. Je suis très fatigué. On ne me donne par d'argent, pas de médicament, pas d'assurance... On n'a même pas le droit de mourir", conclut l'ouvrier.

Mais ces travailleurs n'ont tout simplement pas le choix. Venus au Qatar en quête d'un emploi, ils ne peuvent que se taire ou partir. Beaucoup sont endettés auprès des agences qui les ont amenés à Doha. Le gouvernement qatari a annoncé avoir donné une charte à destination des entreprises afin qu'elles respectent les conditions de sécurité.

>
Reportage au Qatar auprès des ouvriers du Mondial 2022 Crédit Média : Nicolas Siddi | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Qatar Football Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants