2 min de lecture Ligue des champions

PSG - Leverkusen : pourquoi c'est le meilleur tirage possible

DÉCRYPTAGE - Le PSG hérite du Bayer Leverkusen en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Un vrai tirage clément si Paris aborde l'événement de la bonne façon.

Zlatan et Matuidi attendent le Bayern avec confiance
Zlatan et Matuidi attendent le Bayern avec confiance Crédit : FRANCK FIFE / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

Sur les coup de 12h15, lundi, les dirigeants et les fans du PSG ont sans doute été soulagés de voir le Bayer Leverkusen attribué comme adversaire du club de la capitale en huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Un soulagement qui devrait être tout relatif, tant affronter le deuxième du championnat d'Allemagne devrait inspirer la crainte. Mais le PSG a changé, et si bien entendu il respecte le Bayer, il est aujourd'hui de ceux que l'on craint.

Paris a passé le cap de l'outsider

"Paris est une super équipe avec un fabuleux Zlatan Ibrahimovic. Ce sera extrêmement difficile pour nous, qui sommes incontestablement dans la position d'outsider". Cette déclaration de Michael Schade, le directeur général du Bayer, montre à quel point le PSG a pris une place prépondérante dans la paysage du football européen.

En alignant des joueurs de classe mondiale, mais aussi en ne perdant pas en quart de finale de la compétition la saison passée face au Barça, malgré l'élimination, les Parisiens ont montré à la planète du ballon rond qu'ils étaient aujourd'hui à classer parmi les sérieux prétendants.

À lire aussi
Kylian Mbappé à Madrid le 26 novembre 2019 Ligue des champions
Droits TV de la Ligue des champions : "Le perdant final, c'est le consommateur"

En effet, derrière le Bayern, le Barça et le Real, il y a un deuxième groupe de "poursuivants" : des prétendants légitimes au dernier carré et à la victoire. Le PSG y accompagne le Manchester United de cette saison, Dortmund et Chelsea. Même si le club n'a pas l'habitude des grands rendez-vous européens de début de printemps, il a su recruter des joueurs expérimentés, ayant joué des Coupes du monde et des matchs éliminatoires en Champions league. Ibrahimovic, Cavani, Thiago Silva, Maxwell et Motta forment une ossature de compétiteurs rodés aux grands soirs.

Il faut quand même respecter le Bayer "Neverkusen"

Tous ces paramètres favorables doivent donner confiance au Paris Saint-Germain, et lui permettre de ne pas être inhibé par les échéances des tours éliminatoires. A charge maintenant à Laurent Blanc de faire en sorte que la supériorité assumée du club ne soit pas un handicap, car le Bayer n'est pas n'importe qui et a sans doute une histoire récente plus riche que celle du PSG en Europe. Leverkusen est ce club qui avait atteint la finale de la compétition en 2002, seulement battu par la volée magique de Zinedine Zidane et le Real.

En Bundesliga, le Bayer est deuxième à 7 points d'un Bayern stratosphérique, et compte dans son effectif des internationaux allemands, à l'image de Lars Bender, brillant milieu de terrain à tout faire. Devant, la défense parisienne devra se méfier de Stefan Kissling, Serial buteur allemand au profil atypique et au physique imposant (120 buts en 291 matchs).

Le seul défaut de ce club est de porter l'image d'un éternel perdant, toujours deuxième, jamais vainqueur, au point d'être surnommé Outre-Rhin "Nerverkusen". Paris aura donc à affronter le parfait adversaire, assez fort pour rester sur ses gardes et vigilent, mais un ton en-dessous des grosses pointures pour permettre une montée en puissance en vue de l'objectif minimal du club, les quarts de finale.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ligue des champions Paris Saint-Germain Paris Saint-Germain
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants