3 min de lecture Mondial 2014 au Brésil

Noël Le Graët : "La France s'améliore, elle est prête" pour les barrages

INVITÉ RTL - Au lendemain de la victoire des Bleus contre la Finlande, le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët, était dans "On refait le match" mercredi.

Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football.
Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football. Crédit : AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune
et Le Service des Sports

L'équipe de France de football connaîtra lundi son adversaire pour les barrages du Mondial 2014 au Brésil (15 et 19 novembre). Ce sera soit le Portugal, soit l'Ukraine, soit la Grèce, soit la Croatie. Noël Le Graët a déclaré mardi soir sur RTL qu'il n'avait "pas de préférence" parmi ces quatre adversaires, admettant toutefois une crainte pour l'un d'entre eux... qui n'est pas le Portugal.

"Le tirage, ça donnera ce que ça donnera, un match n'est jamais joué. J'ai peut-être un peu plus peur de la Croatie, c'est une équipe qui peut bien jouer. Mais quelque soit l'adversaire, l'équipe de France, j'espère, sera présente sportivement et avec beaucoup de motivation".

J'imagine que les mots de Cristiano Ronaldo ont largement dépassé sa pensée

Noël Le Graët, président de la Fédération française de football
Partager la citation

Le président de la Fédération française de football a ensuite livré son sentiment sur les propos de Cristiano Ronaldo, qui a assuré que "la seule sélection" contre laquelle il n'aimerait pas jouer, "c'est la France", faisant référence aux "nombreux intérêts qui entourent ces matches", sous-entendant à demi-mots que les Bleus serait une nation protégée. "Je trouve que c'est un peu bizarre, a commenté Noël Le Graët. Ronaldo est un énorme joueur qu'on apprécie. J'imagine que ses mots ont largement dépassé sa pensée. La France respecte le Portugal, respecte ce joueur. C'est un grand pays de football. Les rencontrer ne serait pas une partie de plaisir. En tout cas, la France s'améliore, elle est prête".

Classement Fifa : la France aurait du faire sa demande "au début des éliminatoires"

Autre thème abordé avec l'ancien président de Guingamp, la récente requête avortée de la France auprès de la Fifa pour modifier le calcul pour déterminer les têtes de série aux barrages. La France, qui était dans un groupe de 5 équipes, contrairement aux autres groupes de 6 dans la zone Europe, jouait donc moins de matches de qualification et donc ne pouvait pas engranger autant de points au classement Fifa que les autres (les amicaux rapportent moins que les matches de compétition). Au final, il a manqué un point aux Bleus au classement Fifa pour figurer dans les têtes de série pour les barrages.

À lire aussi
L'Arena Pantanal de Cuiaba, le 13 juin 2014 (archives). Mondial 2014 au Brésil
Brésil : "interventions d'urgence" sur l'un des stades du Mondial

Noël Le Graët l'a reconnu sur RTL : la France aurait du faire sa demande "au début des éliminatoires (...). On a effectivement fait des petits calculs il y a seulement quelques jours, en constatant effectivement qu'il y avait quelque chose d'incomplet dans le classement (...). On pensait aussi pouvoir être dans les quatre têtes de séries, on n'avait pas envisagé d'avoir un point de retard sur le 4e (l'Ukraine)".

Taxe à 75% : "Je crois que la réalité économique n'a pas été bien sentie"

Dernier sujet évoqué, sujet sensible dans l'actualité du ballon rond : la projet du gouvernement de taxer à 75% les entreprises lorsqu'elles versent des salaires de plus d'un million d'euros. Selon le site internet du Journal du Dimanche, une menace de grève sur une journée de Ligue 1 et de Ligue 2 serait à l'étude. Noël Le Graët "ne souhaite pas" qu'une telle action soit mise en place, mais ne voit pas cette taxe d'un bon œil.

"Ce qui est important, selon lui, c'est de souligner l'incohérence de cette décision. La France va organiser l'Euro 2016, elle a besoin de clubs forts. Or, on pénalise les entreprises qui sont plutôt en difficulté. (...) Il y a deux clubs au dessus : le PSG et Monaco, qui n'ont aucun souci financier. Les autres, ce qui peut leur arriver de mieux, c'est de jouer la 3e place. (...) Il y a un tel décalage financier qu'on peut comprendre nos clubs, qui ont du mal à gérer, et qui dans le même temps sont taxés. (...) Or, l’État, qui dans le même temps est très proche du sport, a envie que l'Euro se passe bien, pénalise nos clubs. (...) Là il y a erreur. Taxer Lille, Lyon, Bordeaux..., ça manque de vision. (...) Je crois que la réalité économique n'a pas été bien sentie.

>
Noël Le Graët était l'invité de "On refait le match". Ecoutez son interview Crédit Média : Le service des sports | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mondial 2014 au Brésil Noël Le Graët Football
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants