1 min de lecture Sport

Miami : si Tsonga a perdu, c'est que l'arbitre a peur de Nadal...

Visiblement, Jo-Wilfried Tsonga digère difficilement sa défaite face à Rafael Nadal mercredi soir en quart de finale du Masters 1000 de Miami. Battu en trois sets par le N.2 mondial espagnol, Tsonga a regretté le comportement de l'arbitre de la rencontre, l'Argentin Damian Steiner, qu'il a jugé beaucoup trop clément à l'égard de Nadal. "Parce que si Rafa ne l'aime plus, il n'arbitrera plus des finales ou des demi-finales. Parfois ce n'est pas juste". Donc, si Nadal a remporté 10 titres du Grand Chelem (contre 0) pour Tsonga, c'est uniquement grâce son physique et l'aide des arbitres ?

Jo-Wilfried Tsonga éliminé par Rafael Nadal à Miami
Jo-Wilfried Tsonga éliminé par Rafael Nadal à Miami Crédit : AFP/A.-C. Poujoulat

"Quand c'est Rafa et c'est tout le temps pareil"

Le Français Jo-Wilfried Tsonga a fustigé le juge de chaise de son quart de finale perdu face à Rafael Nadal, mercredi au Masters 1000 de Miami, estimant en substance qu'il fermait les yeux sur des balles litigieuses pour ne pas contrarier le N.2 mondial.

 Jo-Wilfried Tsonga, qui avait déjà dominé Rafael Nadal trois fois en neuf affrontements, a raté le coche mercredi soir en quart de finale du Masters 1000 de Miami, s'inclinant en trois sets (6-2, 5-7, 6-4) face à l'Espagnol, pourtant loin de sa meilleure forme et visiblement touché à un genou.

Et pour Tsonga, qui aime rappeler qu'il n'a rien à envier, au niveau tennis, à Nadal (en résumé, il est plus fort physiquement uniquement), cette défaite est en partie à mettre au crédit du juge de chaise de la rencontre, l'Argentin Damian Steiner. Le Français estimant en substance qu'il fermait les yeux sur des balles litigieuses pour ne pas contrarier le N.2 mondial.

Juste après la perte de son service à 4-4 dans le troisième set, Tsonga a pris à parti le juge de chaise lors du changement de côté en accusant l'Argentin Damian Steiner de ne pas oser juger faute des balles de Nadal et de ne pas utiliser ses facultés de contredire un juge de ligne ("overrule").

"Je me suis plaint parce que durant tout le match, j'ai dû 'challenger' (demander le recours à l'arbitrage vidéo) et que j'ai très souvent eu raison, a expliqué Tsonga en conférence de presse. Il n'a jamais pris l'initiative (de déjuger) quand c'est Rafa et c'est tout le temps pareil. Si la balle est vraiment près de la ligne, il ne va jamais dire qu'elle est faute contre Rafa. Mais contre moi, oui. Parce que si Rafa ne l'aime plus, il n'arbitrera plus des finales ou des demi-finales. Parfois ce n'est pas juste."

"Moi je dois prendre une décision (de demander l'arbitrage vidéo) mais lui il ne prend jamais de décision. Il donne le score. C'est pour ça que ça m'énerve parfois, a poursuivi le Français. C'est le double de travail pour moi: je dois jouer mais en même temps surveiller les lignes. Après, ça te monte à la tête et tu peux perdre ta concentration à cause de ça."  Prendre un coach pourrait peut-être aide les Français a rester dans le match plutôt que de s'éparpiller ?

Nadal calme le jeu mais...


Ce n'est pas la première fois qu'un joueur critique la mansuétude des arbitres envers le Majorquin, accusé notamment par Federer de prendre trop de temps entre deux services (25 secondes dans le règlement) et surtout de n'être jamais sanctionné, et même rappelé à l'ordre. Tsonga, lui, avait déjà attaqué le Majorquin lors du dernier US Open, jugeant le malaise de Nadal en conférence complètement bidon.

Nadal a de son côté tenu à calmer le jeu en expliquant comprendre parfois la "frustration dans ces situations". "C'est vrai qu'avec l'arbitrage vidéo, les juges de chaise déjugent (overrule) moins souvent qu'avant. Je l'ai déjà dit cent fois. Mais ce n'est pas parce que c'est moi en face de lui. Cela m'est déjà arrivé plein de fois (ndlr: il cite alors un exemple à l'Open d'Australie contre Tomas Berdych). C'est quelque chose de général avec les arbitres aujourd'hui qui pensent qu'ils ont moins de pression avec l'arbitrage vidéo. Ils ne prennent pas le risque de déjuger en sachant qu'il y a la vidéo (qui peut leur donner tort)."

"Jo a juste sur un point mais il a faux sur l'autre", a conclu Nadal d'un beau passing de revers. Pleine ligne.

Lire la suite
Sport Tennis Jo-Wilfried Tsonga
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7746036713
Miami : si Tsonga a perdu, c'est que l'arbitre a peur de Nadal...
Miami : si Tsonga a perdu, c'est que l'arbitre a peur de Nadal...
Visiblement, Jo-Wilfried Tsonga digère difficilement sa défaite face à Rafael Nadal mercredi soir en quart de finale du Masters 1000 de Miami. Battu en trois sets par le N.2 mondial espagnol, Tsonga a regretté le comportement de l'arbitre de la rencontre, l'Argentin Damian Steiner, qu'il a jugé beaucoup trop clément à l'égard de Nadal. "Parce que si Rafa ne l'aime plus, il n'arbitrera plus des finales ou des demi-finales. Parfois ce n'est pas juste". Donc, si Nadal a remporté 10 titres du Grand Chelem (contre 0) pour Tsonga, c'est uniquement grâce son physique et l'aide des arbitres ?
https://www.rtl.fr/sport/miami-si-tsonga-a-perdu-c-est-que-l-arbitre-a-peur-de-nadal-7746036713
2012-03-29 14:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/WolDpY2RtLBdZRgQzOIuPw/330v220-2/online/image/2012/0328/7746000242_jo-wilfried-tsonga-elimine-par-david-nalbandian-a-indian-wells.jpg