4 min de lecture Allemagne

Ligue des Champions : Ribéry et Robben ont brillé, pas Lewandowski

Arjen Robben, avec un but et une passe décisive, a été le grand homme du Bayern Munich lors de sa victoire en finale de la Ligue des champions contre Dortmund (2-1), et a mis fin à la malédiction qui le poursuivait dans les finales ces dernières années.

Franck Ribéry à la lutte avec Robert Lewandowski
Franck Ribéry à la lutte avec Robert Lewandowski Crédit : AFP/G.Kirk
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Ils ont brillé


Arjen Robben :

Il était presque devenu indésirable à la suite de sa finale de C1 ratée en mai 2012, assortie d'un loupé sur penalty, lui qui avait déjà été malheureux avec les Pays-Bas en finale de la Coupe du monde 2010. Samedi, l'ailier a d'abord donné une passe décisive, en débordant Weidenfeller pour servir parfaitement Mandzukic (60), puis a inscrit le but de la victoire à l'issue d'un slalom inspiré (89). Le Néerlandais avait auparavant perdu deux face-à-face avec le gardien adverse (30, 43), mais a persévéré.

Franck Ribéry :

Si Robben s'est détaché, c'est aussi parce que Ribéry l'a mis sur orbite, sur le premier but, puis directement sur le second, d'une délicieuse petite talonnade. Les deux ne s'apprécient pas forcément dans la vie, eux qui en sont déjà venus aux mains, mais sur le terrain, le duo fonctionne. Le Français a mis du temps à entrer dans son match, mais c'est son bon centre pour la tête de Mandzukic (25), première occasion bavaroise, qui lançait la partie des champions d'Allemagne. Un "Kaiser Franck" très utile aussi dans la bataille, dans le repli défensif.

À lire aussi
Lea Schüller avec l'Allemagne face à l'Afrique du Sud de Janine Van Wyk le 17 juin 2019 Mondial féminin
Coupe du Monde féminine 2019 : la Suède s'offre la demi-finale

Les gardiens :

Ils ont longtemps été les hommes du match, notamment lors de la première période. Neuer a sorti des frappes dangereuses (14, 19, 22) et gagné deux duels (14, 35), avant une deuxième période plus tranquille, où il ne s'est incliné que sur un penalty. Quant à Weidenfeller, ce fut un festival similaire, entre arrêts de classe (25, 76, 87) et face-à-face remportés (30, 43). Il ne peut pas grand-chose sur les buts bavarois.

Marco Reus et Ilkay Gündogan :

le premier a été un poison permanent, par ses prises de balle, ses chevauchées, son coup d'oeil, et victime de beaucoup de fautes sur lui. Il a deux bonnes occasions, annihilées par Neuer (14, 19) et a lancé parfaitement Lewandowski, en vain (35). Derrière lui, Gündogan a fait valoir son toucher soyeux et sa hargne dans la récupération, mine de rien. Il réussit aussi le penalty de l'égalisation, à 22 ans. 

Ils sont restés dans l'ombre


Thomas Müller :

le meneur de jeu bavarois, en grande forme ces derniers temps et notamment contre le FC Barcelone en demi-finales, fut méconnaissable, comme en témoignent ses imprécisions lors de deux contre-attaques (25, 45). Peu en verve, il s'offre néanmoins deux belles occasions, une tête non cadrée (37) et un tir tout juste sauvé par Subotic sur sa ligne (72).

Robert Lewandowski :

Le buteur du Borussia n'était pas vraiment dans son assiette, en tout cas clairement un cran en-dessous de son potentiel. Il a échappé quelquefois à Boateng mais ensuite perdu cet avantage, en poussant trop son ballon (13) ou en se heurtant à Neuer (35), qui a aussi détourné la seule belle tentative du Polonais (14). Symbole de cette impuissance, ce mauvais geste, quand il marche sur la cheville d'Alaba (79). Ce n'était pas le "Lewi" de la demi-finale aller contre le Real Madrid, auteur d'un quadruplé.

Les défenses centrales :

Les charnières centrales ont dégagé pas mal de fébrilité, peut-être tendues par l'enjeu et la pression. La palme revient sans doute à Dante, étrangement à côté de son sujet alors qu'il le maîtrise habituellement très bien en Bundesliga. Des fautes en pagaille (dont un carton jaune), et surtout un grossier coup de pied dans le ventre de Reus amenant le penalty égalisateur. Son compère Boateng a laissé quelquefois partir Lewandowski. Leurs homologues Subotic et Hummels sont fautifs sur les deux buts, marqués plein axe. Subotic a bien sauvé sur sa ligne (72), mais aussi fait une faute qui aurait pu coûter cher au Borussia (77). 


Fiche technique :

A Londres (Wembley): Bayern Munich bat Dortmund 2 à 1 (0-0)  
Terrain: en excellent état 
Eclairage: satisfaisant 
Spectateurs: 86.298 
Arbitre: N. Rizzoli (ITA)  
Buts: 
Dortmund: Gündogan (68 s.p.) 
Bayern Munich: Mandzukic (60), Robben (89)  
Avertissements: 
Dortmund: Grosskreutz (73) 
Bayern Munich: Dante (29), Ribéry (73)  
Les équipes: 
Dortmund: Weidenfeller (cap) - Piszczek, Subotic, Hummels, Schmelzer - Blaszczykowski (Schieber 90+1), S. Bender (Sahin 90+1), Reus, Gündogan, Grosskreutz - Lewandowski 
Entraîneur: Jürgen Klopp  
Bayern Munich: Neuer - Lahm (cap), Boateng, Dante, Alaba - Robben, Javi Martinez, Müller, Schweinsteiger, Ribéry (Luiz Gustavo 90+1) - Mandzukic (Gomez 90+4) 
Entraîneur: Jupp Heynckes  
Ligue des Champions : le palmarès

2013 : Bayern Munich
2012: Chelsea (ENG)
2011: FC Barcelone (ESP)
2010: Inter Milan (ITA)
2009: FC Barcelone (ESP)
2008: Manchester United (ENG)
2007: AC Milan (ITA)
2006: FC Barcelone (ESP)
2005: Liverpool (ENG)
2004: FC Porto (POR)
2003: AC Milan (ITA)
2002: Real Madrid (ESP)
2001: Bayern Munich (GER)
2000: Real Madrid (ESP)
1999: Manchester United (ENG)
1998: Real Madrid (ESP)
1997: Borussia Dortmund (GER)
1996: Juventus Turin (ITA)
1995: Ajax Amsterdam (NED)
1994: AC Milan (ITA)
1993: Marseille (FRA)
1992: FC Barcelone (ESP)
1991: Etoile Rouge Belgrade (YOU)
1990: AC Milan (ITA)
1989: AC Milan (ITA)
1988: PSV Eindhoven (NED)
1987: FC Porto (POR)
1986: Steaua Bucarest (ROM)
1985: Juventus Turin (ITA)
1984: Liverpool (ENG)
1983: Hambourg (GER)
1982: Aston Villa (ENG)
1981: Liverpool (ENG)
1980: Nottingham Forest (ENG)
1979: Nottingham Forest (ENG)
1978: Liverpool (ENG)
1977: Liverpool (ENG)
1976: Bayern Munich (GER)
1975: Bayern Munich (GER)
1974: Bayern Munich (GER)
1973: Ajax Amsterdam (NED)
1972: Ajax Amsterdam (NED)
1971: Ajax Amsterdam (NED)
1970: Feyenoord Rotterdam (NED)
1969: AC Milan (ITA)
1968: Manchester United (ENG)
1967: Celtic Glasgow (SCO)
1966: Real Madrid (ESP)
1965: Inter Milan (ITA)
1964: Inter Milan (ITA)
1963: AC Milan (ITA)
1962: Benfica Lisbonne (POR)
1961: Benfica Lisbonne (POR)
1960: Real Madrid (ESP)
1959: Real Madrid (ESP)
1958: Real Madrid (ESP)
1957: Real Madrid (ESP)
1956: Real Madrid (ESP) 
  
Record de titres par club:
  
9: Real Madrid
7: AC Milan
5: Liverpool
4: Ajax Amsterdam, Bayern Munich, FC Barcelone
3: Inter Milan, Manchester United 

Lire la suite
Allemagne Bayern Munich Borussia Dortmund
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants