1 min de lecture Sport

Le "Club Liza" à Munich avec Uli Hoeness et Daniel Van Buyten

A la veille du 1/4 de finale retour de la Ligue des Champions entre le Bayern Munich et l'OM, Bixente Lizarazu et Sylvain Charley décentralise le "Club Liza" en Bavière, au centre d'entrainement des Munichois. L'occasion de recevoir le mythique président du Bayern Munich, Uli Hoeness, et le défenseur central belge et ancien joueur de l'OM Daniel Van Buyten, actuellement blessé. Uli Hoeness se livre sur le match face à l'OM, sur les difficultés de l'équipe de France avec un retour sur les évènements du Mondial 2012 mais aussi sur le cas Franck Ribéry et sur Olivier Giroud, l'attaquant de Montpellier, que l'on dit courtisé par le club bavarois.

Bixente Lizarazu avec le défenseur du Bayern Munich, Daniel Van Buyten, lors du "Club Liza" en direct de Bavière
Bixente Lizarazu avec le défenseur du Bayern Munich, Daniel Van Buyten, lors du "Club Liza" en direct de Bavière Crédit : Sylvain Charley

LES CONFESSIONS DE ULI HOENESS AU MICRO DE BIXENTE LIZARAZU

Le match retour face à l'OM : "Pas un gros problème pour passer" pour Hoeness


"Avant le match aller la situation n'était pas la même mais on a fait un très bon résultat à Marseille. Ce 2-0 nous donne de bonnes chances d'aller en demi-finale"

"Par principe tu ne peux pas dire on va gagner la Ligue des Champions. Je suis sûr qu'on peut aller en demi-finale parce que le résultat à Marseille a été très bon et je ne pense pas que ça sera un gros gros problème de passer demain. Ça serait une sensation si Marseille revenait dans ce quart de finale. Ensuite il faudra jouer le Real Madrid et en ce moment le Real est peut-être aussi bon que Barcelone. Et même si tu arrives en finale, ce que tous ceux qui gravitent autour du Bayern espèrent et pensent, car pour une fois dans ta vie tu as la finale dans ton stade. Tout le monde l'espère mais personne ne peut en être sûr".

Le Bayern peut-il remporter la Ligue des Champions dans son stade ? "Le Real et le Barca sont un peu meilleurs mais..."

"Il y a deux clubs peut-être un peu meilleurs que le Bayern, ce sont le Real et le Barca. Mais ces deux clubs ont dépensé le double que le Bayern en joueurs et la plus grande différence c'est que chaque année on fait des profits et que ces deux clubs font de très très grosses pertes. Je pense que si nous gagnons la Ligue des Champions je peux vous assurer qu'on aura financièrement une très très belle année."

Le fair-play financier ? Hoeness farouche partisan

"Je serais fier de gagner la Ligue des Champions seulement si nous faisons des profits !!! Il y a quelques années c'était la même chose à Manchester United quand Martin Edwards était là. Pour moi c'était Le grand club que nous voulions devenir. Ils avaient Old Trafford, ils réalisaient des profits. Ils avaient beaucoup de succès, mais depuis qu'ils ont été racheté par les Américains, il y a plus de soucis parce qu'ils ne gèrent pas leur propre argent. Ils prennent des crédits. Et c'est le plus gros problème de notre société tout le monde veut tout avoir mais seulement avec du crédit".

"C'est la différence avec moi. Moi je veux tout mais je paye cash. Et je pense que c'est aussi ce que veut Michel Platini qui en a parlé avec Karl Heinz Rumennigge.  Ils ont discuté de ce problème à de nombreuses reprises. Michel prend très au sérieux le fair-play financier et ça va changer totalement l'avenir du football. Parce que se battre à armes égales, ça risque d'être très bon pour le football allemand…"

Quand Uli Hoeness parle de Franck Ribéry : "Nous l'aidons"

"Je pense que Franck (Ribéry) est un joueur qui a besoin de se sentir vraiment bien pour être bon dans une équipe.  Dès qu'il sent qu'il y a un problème autour de lui, quelque chose qui touche sa famille, c'est très dur de l'emmener à son top niveau et je pense que nous nous l'aidons et nous l'avons aidé dans certaines situations problématiques. Franck est quelqu'un de reconnaissant qui n'oublie pas ce que vous faites pour lui. Et il y a eu quelques situations où il aurait pu partir pour d'autres clubs pour beaucoup plus d'argent et il s'est souvenu de ce qu'avait fait le Bayern dans ces moments difficiles".

"Je pense que je gère mon club comme une famille ou comme ma propre entreprise donc je traite les joueurs et les employés comme s’ils étaient de ma famille donc quand Liza ou Franck (Ribéry) ont des problèmes on les aide et pas seulement sur le terrain mais aussi en dehors. Quand la femme du joueur ou les enfants sont malades par exemple. Quand votre joueur marque 5 buts et que tout le monde lui dit super bravo. Il n'y a pas besoin d'être là. Mais quand il se fait opérer des ligaments à l'hôpital, il n'y a personne et là vous devez être le premier ! »

Uli Hoeness et le fiasco de la France au Mondial 2010 : "L'impression que le public souhaitait la défaite des Bleus"

"C'est très difficile parce que j'ai l'impression que le lien est rompu. Je vais depuis 20 ans à Antibes en vacances et lors de la Coupe du Monde 2010, j'avais l'impression que le public souhaitait la défaite de l'Equipe de France parce que le respect de l'Equipe était nul ! Le plus important c'est que tout le monde et spécialement les politiciens soit là dans la victoire comme dans la défaite et j'ai l'impression que le Ministre des sports n’est là que quand ça gagne. Ils veulent être dans la lumière mais en football il y a aussi de l'ombre.  J'ai l'impression que tout le monde en France doit dire ‘si on doit gagner quelque chose il faut être ensemble’. Et ça n'a pas était le cas ces dernières années"

"(La grêve) Je ne peux pas imaginer ça mais je pense que si on en arrive là c'est qu'il a dû arriver quelque chose avant. J'ai l'impression que les problèmes du football français ont commencé en 2008. J'ai entendu que dans certaines situations les cuisiniers faisaient des spaghettis avec 10 sauces différentes. Chaque joueur avait sa sauce. Les joueurs n'étaient plus des joueurs de foot mais des super stars trop sures d'elles qui n'ont jamais appris à vivre avec moins de succès. Tous les gens, le public la presse, dans les bons comme dans les mauvais moments. Il faut qu’ils parlent aux joueurs même pour les critiquer. C'est facile de critiquer quelqu'un quand il est bon. C'est beaucoup plus dur quand il ne l'est pas. Mais dans les moments où tu es au top. Il faut trouver un juste milieu. J'ai l'impression que quand le football  français était au top personne ne se disait que ça pouvait retomber."

L'Allemagne, favorite du prochain Euro ? Les Espagnols sur la pente descendante ?

"Avant le match face à la France je pensais que oui, mais maintenant je suis plus nuancé. L'Allemagne n'a pas été très bonne et l'Equipe de France a été très forte. Mais je pense que quand vous jouez très bien sur une si longue période c'est difficile d'être tout le temps au top donc Joachim Low doit mettre la pression sur les joueurs parce que tout le monde est trop gentil avec tout le monde. Ils pensent que parce qu'ils ont battu les Pays-Bas de façon spectaculaire et qu'ils se sont qualifiés facilement ils sont dans une situation confortable mais c'est faux ! Je pense qu'en principe l'Allemagne et l'Espagne sont les favoris. Mais si la France joue comme elle l'a fait à Brême ça pourrait être une surprise. J'ai trouvé la France très bonne, très disciplinée… si les allemands sont à 100% ils peuvent battre tout le monde, mais n'oubliez pas l'Espagne qui est toujours une super équipe… »

"Je pense que les Espagnols sont au top mais un petit peu sur la pente descendante parce qu'ils ne peuvent pas faire mieux. Ils n'ont pas de nouveaux joueurs et les anciens ont gagné tellement de titres. Ils sont un peu plus fatigués, Iniesta par exemple est moins influant, l'équipe d’Allemagne elle a surtout un très bon banc avec un effectif de 20 joueurs et je pense que pour un tournoi comme l'Euro c'est important d'avoir un banc costaud"

Ses souvenirs avec Bixente Lizarazu ? "Le plus professionnel"

"Quand je parle du parfait professionnel aux gens je mentionne toujours Bixente car je n'ai jamais vu un joueur plus professionnel que Bixente Lizarazu ! Ses recommandations recevront toujours une oreille attentive dans le club"

Le Bayern Munich intéressé par Olivier Giroud ? Piur Hoeness, il ressemble trop à Gomez

"Giroud est un très bon joueur mais d'après moi, et  je ne l'ai vu qu’une seule fois face à l'Allemagne, il a un peu le même jeu que Gomez. Donc c'est difficile aujourd'hui de vous dire qu'on va l'acheter. D'abord parce que j'espère que Gomez va signer un nouveau contrat avec nous et car nous avons besoin d'un buteur qui ait un profil un peu différent de celui que l'on a déjà. On n'a pas besoin de quelqu'un pour remplacer Gomez mais plutôt pour jouer avec Gomez. Si vous avez besoin de changer de tactique dans les 10 dernières minutes par exemple, et que vous avez besoin de deux attaquants, ce serait difficile d’aligner Giroud et Gomez"
IFG Quart de finale retour

Les réseaux sociaux du Club Liza :


Twitter
: @LeClubLiza
Facebook : @RTLFoot

Le blog Foot de RTL

Lire la suite
Sport Football Le Club Liza
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants