1 min de lecture Carlo Ancelotti

L1 - 13ème journée : neuf Rennais humilient le PSG au Parc des Princes

Après Saint-Etienne, le PSG a subi sa deuxième défaite de la saison en championnat samedi lors de la 13ème journée de Ligue 1 contre Rennes. Les Bretons ont pourtant joué toute la dernière demi-heure à neuf après les expulsions de Benoît Costil à la 25ème et de Jean II Makoun à la 52ème minute de jeu. Déjà tenus en échec sur la pelouse de Montpellier, les Parisiens montrent leur difficulté à s'imposer sans leur buteur Zlatan Ibrahimovic, suspendu depuis deux rencontres.

Les Rennais battent Paris
Les Rennais battent Paris Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Micro générique
La rédaction numérique de RTL

Paris sombre dans le ridicule au Parc face à 9 Rennais 

Incapable de prendre le dessus sur des Rennais réduits à dix au bout de 25 minutes, puis à neuf juste après la pause, le PSG a concédé un deuxième revers consécutif au Parc des Princes (2-1) qui laissera peut-être des traces, samedi lors de la 13e journée de L1, confirmant ses insuffisances actuelles. 

La défaite contre Saint-Etienne à Paris (2-1), il y a deux semaines, n'était donc pas un accident. Avec 3 matches d'affilée sans succès en championnat (2 revers, 1 nul), le club de la capitale n'avance plus et sa première place provisoire ne tient désormais plus qu'à un fil. Un comble pour le grandissime favori de la L1. 

Tout est allé de travers pour le PSG qui a rapidement été mené sur une magnifique reprise en demi-volée d'Alesandrini, coutumier des buts splendides, son 4e en L1 pour sa première saison parmi l'élite (13e). Ni l'égalisation de Nene (20e), qui effectuait son retour après sa fracture de la pommette le 20 octobre, ni les exclusions de Costil, pour une faute sur Ménez (25e), et de Makoun pour un 2e carton jaune (52e) n'ont toutefois aidé les Parisiens, de nouveau surpris sur un coup franc de Féret (34e). 

Cette prestation sans relief, une de plus, ne sera sans doute pas du goût des décideurs qataris, qui ne s'atttendaient sûrement pas à voir leur club aussi malmené après avoir investi des sommes faramineuses (plus de 140 millions d'euros) pour le renforcer cet été. 

Est-ce le fameux syndrome automnal du Paris SG? Cette chute brutale des hommes de Carlo Ancelotti a en tout cas de quoi interpeller et après avoir critiqué l'arbitrage et l'eclusion de Sakho à Montpellier (1-1), le 11 novembre, les responsables du PSG pourront difficilement se plaindre cette fois-ci des décisions de M. Fautrel alors qu'ils avaient toutes les cartes en main pour dominer les Bretons.  

Nene échappe au marasme 

Tout va bien en revanche pour Rennes, qui remonte petit à petit au classement avec ce 3e succès consécutif. 

Certes, Paris était privé encore de sa superstar Ibrahimovic, qui purgeait son 2e et dernier match de suspension, de Sakho, Van der Wiel (suspendus), Jallet et Thiago Motta (blessés). Mais ces absences n'expliquent pas tout et surtout pas cette apathie parisienne en dépit d'une supériorité numérique durant la quasi-totalité du match. 

  Certaines individualités ont ainsi failli, à l'image de Matuidi, qui semble payer l'accumulation des rencontres, ou de Pastore, auteur d'une passe décisive mais dont l'influence sur le jeu parisien reste insuffisante même s'il a trouvé le poteau juste après une tête de Hoarau sur la barre transversale (60e). 

L'un des rares joueurs à avoir émergé du marasme aura été Nene. Avec son masque de protection, le Brésilien a tout tenté et a été le seul à quelque peu secouer le PSG. Outre son but, le premier en L1 cette saison, le Brésilien a lui aussi touché du bois (19e). Sans empêcher pourtant son équipe de sombrer dans le ridicule.  

Fiche technique 

A Paris (Parc des Princes): Rennes bat Paris SG 2 à 1 (2-1)  
Spectateurs: 43.000 
Arbitre: F. Fautrel  
Buts: 
   Paris SG: Nene (21) 
   Rennes: Alessandrini (13), Féret (35)  
Avertissements: 
   Paris SG: Chantôme (5), Z. Camara (32), Nene (72) 
   Rennes: Makoun (26)  
Exclusions: 
   Rennes: Costil (25), Makoun (52, 2e avertissement)  
Les équipes: 
   Paris SG: Sirigu - Z. Camara (cap) (Gameiro 63), Alex, Silva, Maxwell - Chantôme (Rabiot 46), Matuidi, Nene - Pastore - Lavezzi, Ménez (Hoarau 39) 
   Entraîneur: Carlo Ancelotti  
  
    Rennes: Costil - Theophile-Catherine, Kana-Biyik, Boye, Mavinga - Pitroipa, Mvila (Pajot 46), Féret (cap), Makoun, Alessandrini (Danzé 54) - Erding (C. Ndiaye 28) 
   Entraîneur: Frédéric Antonetti  

Les réactions :

Frédéric Antonetti (entraîneur de Rennes): "Ce que je retiens, c'est que les joueurs ont été héroïques et fantastiques dans des conditions extrêmes. C'est une victoire pour toutes les composantes du club. On nous a souvent reproché un manque de caractère mais on avait face à nous une très belle équipe. Je ne vais pas revenir sur les événements du match mais tout le monde est d'accord pour être arbitré normalement. Je ne vais pas en rajouter, je vais seulement savourer cette victoire. Il faut que ce soit un acte fondateur pour faire la plus belle saison possible. C'est ce qui m'intéresse, après les péripéties du match... Il y a eu un peu de réussite aussi mais j'espère que c'est un déclic. Cela ne sert à rien de gagner ici si c'est pour gâcher après."  

L1 - 13ème journée : programme et classement
Vendredi 16 novembre:
Lorient - Lille  2 - 0

Samedi 17 novembre:
Paris SG - Rennes 1 - 2
   (20h00) AC Ajaccio - Sochaux
   Troyes - Nancy
   Evian/Thonon - Saint-Etienne
   Brest - Bastia
   Valenciennes - Montpellier 

Dimanche 18 novembre:
   (14h00) Lyon - Reims
   (17h00) Nice - Toulouse
   (21h00) Bordeaux - Marseille 
 

Bouton Foot - résultats classement

Lire la suite
Carlo Ancelotti Leonardo Frédéric Antonetti
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants