1 min de lecture Football

L1 - 12ème journée : Nancy au bord de l'implosion, ses supporters en colère

"Faites comme nous, cassez-vous" ou encore "Jean Fernandez, un berger et ses chèvres". Ulcéré par la situation dramatique du club en Ligue 1 (dernier du classement), les supporters de Nancy ont craqué vendredi soir après la 9ème défaite en dix matchs des Lorrains face à Rennes à Marcel-Picot. Avec des banderoles colériques pendant la rencontre puis après, avec une scène surréaliste dans les coursives du stade où une cinquantaine de fans lorrains ont réussi à pénétrer (jusqu'au vestiaire!!!) pour réclamer des comptes aux joueurs de Jean Fernandez. Après un impressionnant pugilat (avec des joueurs de Nancy!!!) et l'intervention des forces de l'ordre, les responsables lorrains ont condamné ces agissements. Ok, mais maintenant, on fait quoi ?

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

Pugilat entre supporters et joueurs dans le vestiaire

Tout s'est passé très vite: une hôtesse a franchi une porte sécurisée et des supporteurs, cagoulés pour certains, en ont profité pour forcer le passage et s’engouffrer dans le couloir d'accès aux vestiaires. Certains ont même réussi à pénétrer dans le vestiaire nancéen et il y a eu des coups de poing échangés avec les joueurs, selon l'entourage du club. "En 20 ans de Jour de Foot, on n’avait jamais vu ça ", a lâché le commentateur de Canal+ David Berger. Surréaliste.



"C'est aberrant, absurde et intolérable", a tout de suite réagi le président de Nancy, Jacques Rousselot, au micro de Canal+ Sport. "Une scène ubuesque, hors du temps. Ça dépasse l'entendement. Le sport et surtout le football ne méritent pas un tel traitement. Ces pseudo supporteurs n'ont rien à faire dans le foot", a-t-il assuré. La saison dernière, après la défaite à Evian (2-0, 25e journée, le 25 février), le dirigeant lorrain était allé calmer des supporteurs qui avaient attendu les joueurs après le décrassage. Mais à l'époque, ce n'était pas allé plus loin. Vendredi, un cap a été franchi et Jacques Rousselot n'entend pas en rester là: "Je ne tolérerai jamais de tels actes et je vais chercher les auteurs. Je n'accepterai jamais ces atteintes à l'intégrité de mes joueurs. On va prôner l'union sacrée et trouver un remède à cette maladie". 

"On y croit toujours"


Au niveau sportif, l'ASNL, dernière à cinq points du premier non relégable avant les matches de samedi, semble se diriger tout droit vers la L2 sans vraiment trouver de solutions.  Son entame de match face à Rennes et même toute la première période ont été catastrophiques. Si le début de la seconde période a été encourageant avec le premier but de Zenke à la clé, les Lorrains ont encore payé très cher des erreurs individuelles. Après avoir offert le premier but à Erding à la 21e, le gardien Ndy Assembé (avec l'aide de Haïdara) a donné le troisième à Pitroipa en fin de rencontre.

"On ne gagne pas, on prend des buts à tous les matches et quand on voit la façon dont on les encaisse, c'est inquiétant", a reconnu l'entraîneur Jean Fernandez. "Il n'y a pas beaucoup de gens qui pensent qu'on va se maintenir mais dans le foot, il n'y a pas de vérité. Les joueurs et moi, on y croit toujours." Son homologue rennais, Frédéric Antonetti, y croit aussi: "Il y a deux mois, on avait trois points en cinq matches dans un contexte difficile. Ce qu'on a fait nous (Rennes était 5e vendredi soir), je pense que Nancy peut le faire".

"Cette année, je pense que le championnat va être très, très serré. Le maintien peut se jouer avec peu de points. Il suffit d'une embellie sur un mois pour recoller, ajoutait l'entraîneur de Rennes. Il faut regarder le 17e. Je reste persuadé que cette équipe a les moyens de faire comme l'année dernière." Nancy, longtemps relégable, avait terminé à la 11e place.  En attendant, la crise continue et les scènes de guérilla de vendredi soir pourrait laisser une trace indélébile.

Rousselot confirme Fernandez


"Je prends mes responsabilités, mais il n’y a pas de quoi avoir peur, a lâché le président Rousselot après les incidents. Récemment, Jacques Rousselot avait lancé un appel à des investisseurs pour venir aider son club, qui, outre les difficultés sportives, n'a pas la pêche au niveau financier. En attendant, le président lorrain regarde droit devant lui. "L’ASNL est malade, saigne et passe des moments très compliqués. On va essayer de prôner l’union sacrée pour essayer de trouver un remède à cette maladie et essayer de revenir, même si ça va être compliqué. Les vrais supporters qui ont le cœur qui bat ASNL sont malades et souffrent de la même façon que moi, mais je peux vous assurer que je mettrai toute mon énergie pour essayer de nous sortir du mauvais pas dans lequel nous sommes."

Quitte à se séparer de Jean Fernandez ? "On va continuer ensemble, affirme Rousselot Les gens qui me connaissent savent que je ne suis pas un président qui fait la valse des entraîneurs. Jean Fernandez, je l’ai pris il y a 18 mois, ça a été dur la saison passée, c’est encore dur cette saison. Je sais que ce n’est pas un magicien mais il a une expérience connue et reconnue et je suis persuadé qu’on va trouver des solutions pour éviter la chute de l’ASNL." Le plus dur n'est pas la chute, ça reste l’atterrissage.



L1 - 12ème journée : programme et classement


Vendredi 9 novembre : 
Nancy - Rennes : 1 - 3
  
Samedi 10 novembre : 
(17h00) Lille - Brest 
(20h00) Saint-Etienne - Troyes 
Bastia - Valenciennes 
Reims - Evian/Thonon 
Toulouse - AC Ajaccio  
   
Dimanche 11 novembre : 
(14h00) Marseille - Nice 
(17h00) Lorient - Bordeaux 
Sochaux - Lyon 
(21h00) Montpellier - Paris SG  

Bouton Foot - résultats classement

Lire la suite
Football Ligue 1 Conforama Nancy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7754502279
L1 - 12ème journée : Nancy au bord de l'implosion, ses supporters en colère
L1 - 12ème journée : Nancy au bord de l'implosion, ses supporters en colère
"Faites comme nous, cassez-vous" ou encore "Jean Fernandez, un berger et ses chèvres". Ulcéré par la situation dramatique du club en Ligue 1 (dernier du classement), les supporters de Nancy ont craqué vendredi soir après la 9ème défaite en dix matchs des Lorrains face à Rennes à Marcel-Picot. Avec des banderoles colériques pendant la rencontre puis après, avec une scène surréaliste dans les coursives du stade où une cinquantaine de fans lorrains ont réussi à pénétrer (jusqu'au vestiaire!!!) pour réclamer des comptes aux joueurs de Jean Fernandez. Après un impressionnant pugilat (avec des joueurs de Nancy!!!) et l'intervention des forces de l'ordre, les responsables lorrains ont condamné ces agissements. Ok, mais maintenant, on fait quoi ?
https://www.rtl.fr/sport/l1-12eme-journee-nancy-au-bord-de-l-implosion-ses-supporters-en-colere-7754502279
2012-11-10 13:28:00