1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Suède-France : pourquoi Deschamps considère le match "en aucun cas décisif"
2 min de lecture

Suède-France : pourquoi Deschamps considère le match "en aucun cas décisif"

PRÉSENTATION - Les Bleus (1ers) affrontent la Suède, 2e du groupe A dans ces matches qualificatifs à la Coupe du monde 2018. Pas de quoi faire du prochain match international un tournant, selon le sélectionneur.

Didier Deschamps en novembre 2016
Didier Deschamps en novembre 2016
Crédit : Michel Euler/AP/SIPA
Luca Dangréaux & AFP

L'équipe de France est classée première de son groupe A, dans les qualifications à la Coupe du monde 2018 (en Russie). La Suède, adversaire des Bleus ce 9 juin, est deuxième avec trois points de retard et représente le principal rival des Français sur la route vers la Russie. La Bulgarie (3e, 9 pts) et les Pays-Bas (4e, 7 pts) semblent, pour l'instant, trop éloignés pour concurrencer les joueurs de Didier Deschamps.

La prochaine sortie de la France pourrait accentuer encore un peu plus l'écart entre les deux premières équipes du groupe. Depuis le dernier succès des Bleus (3-1 au Luxembourg, le 25 mars), les observateurs de football s'accordent à dire qu'une victoire en Scandinavie ouvrirait très grand les portes de la Russie

Le sélectionneur juge pourtant que ce déplacement, à Solna, est plus décisif pour les locaux que pour ses hommes : "Pour nous il est important, il l'est peut-être encore plus pour les Suédois, mais il ne sera en aucun cas décisif. Prendre trois points là-bas serait l'idéal", a-t-il admis dans une interview donnée à l'AFP.

Trois réceptions et un déplacement ensuite

Les premiers des neuf groupes sont directement qualifiés pour la Coupe du monde. Les huit meilleurs deuxièmes s’affrontent en barrages aller-retour et les quatre vainqueurs sont qualifiés. Conserver le leadership de ce groupe A est donc primordial.

À lire aussi

L'ancien capitaine de l'équipe de France fait-il de la langue de bois ? Il est désormais habituel, chez les coaches, de transposer la pression du résultat sur l'adversaire. Pour minimiser un potentiel faux-pas et alléger l'esprit de ses joueurs. Au match aller, la France avait dominé la Suède (2-1, le 11 novembre 2016 au stade de France) et la suite du programme ne s'annonce pas des plus relevés : réceptions des Néerlandais, du Luxembourg, de la Biélorussie et déplacement en Bulgarie.

Si les partenaires de Hugo Lloris ne gagnent pas en Suède, l'étau pourrait nettement se resserrer. Les Bulgares se déplacent en Biélorussie (5e, 2 points) alors que les Néerlandais reçoivent le Luxembourg (6e, 1 point).

"On a envie de faire passer un message"

"Tout ne se joue pas sur ce match, mais on a envie de faire passer un message dans ce groupe", ambitionne, pour sa part, Raphaël Varane. Un message déjà plusieurs fois envoyé. L'équipe de France est particulièrement en jambes depuis le début de cette phase de matches qualificatifs : quatre victoires, un match nul, dix buts marqués, trois encaissés.

Les Bleus avaient mal démarré (0-0 en Biélorussie) mais leur large victoire face à la Bulgarie (4-1) et leur domination collective à l'Amsterdam ArenA (1-0, 52% de possession de balle, 15 tirs et seulement cinq fautes) ont fait de cette équipe la principale favorite du groupe. Un statut à confirmer dès ce vendredi. Ou pas, donc.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/