1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. PSG-Monaco : deux clubs en recherche de continuité
4 min de lecture

PSG-Monaco : deux clubs en recherche de continuité

PRÉSENTATION - Après sa victoire face au Barça, le PSG doit confirmer qu'il est bien de retour à son meilleur niveau. Monaco doit également hisser son niveau de jeu, décevant jusqu'à présent.

Le match PSG-Monaco du 9 février 2014
Le match PSG-Monaco du 9 février 2014
Crédit : AFP/V.Hache
Julien Quelen & AFP

Qui aurait parié que deux mois après le début du championnat, le match PSG-Monaco opposerait le quatrième au quatorzième ? Pourtant, le choc de cette 9e journée n'est pour l'heure pas au sommet de la Ligue 1.

Malgré un début de saison en demi-teinte, le champion de France compte bien confirmer contre son dauphin que sa saison est enfin lancée après son exploit européen contre Barcelone (3-2). Monaco, qui montre également un visage séduisant en Ligue des champions, cherche à prolonger la dynamique jusqu'en championnat.

Paris a son "match référence"

"C'est notre match référence", avait reconnu Laurent Blanc à l'issue du réveil de son équipe sur la scène européenne face à la bande à Messi, mercredi. Après un match nul face à l'Ajax Amsterdam en ouverture de leur campagne continentale, les Parisiens sont en tête d'un groupe où tout le monde lui assurait la deuxième place derrière l'ogre blaugrana. 

Avec ce succès retentissant, les Parisiens ont en partie levé les doutes qui ont accompagné leur mois de septembre (2 victoires, 4 nuls), même s'ils n'ont au fond pas encore connu le goût amer de la défaite en 11 rencontres toutes compétitions confondues. 

À lire aussi

"Contre Monaco, on retrouvera le même PSG", avait ainsi promis un Blaise Matuidi, enfin retrouvé, pimpant et buteur, comme un gage des bonnes intentions retrouvées par le champion de France auquel a été fait le reproche de choisir ses matches pour assumer son statut.  

Le champion doit montrer qu'il est taillé pour toutes les compétitions

Un reproche dont a convenu Laurent Blanc mardi : "Avec l'odeur de la Ligue des champions et Barcelone chez soi, inconsciemment on est plus motivés, déterminés. Dans notre situation, il nous fallait un tel match dans cette compétition pour aller chercher ces valeurs-là". 

Un état d'esprit une nouvelle fois confirmé, non sans agacement cette fois, devant la presse samedi : "Vous dites que Paris choisit ses matches. Vous avez raison, mais l'ambiance n'est pas la même avant un match de Ligue des champions, la préparation n'est pas la même. Ça ne veut pas dire qu'on laisse tomber le championnat". 

Plus important qu'il n'y paraît

Laurent Blanc, qui n'a pas tardé à reconnaître le caractère "important" du match, aurait peut-être choisi un mot encore plus fort après la victoire de l'OM face à Caen, qui creuse l'écart en tête du championnat, avec 8 points d'avance sur le PSG et 12 sur Monaco avant leur confrontation. 

"Important" ce match l'est à plus d'un titre, ne serait-ce que pour ne pas laisser les hommes de Marcelo Bielsa s'échapper trop loin en tête. Et il se trouve, hasard du calendrier, que l'adversaire est Monaco. Pas de problème de motivation en perspective donc, même si l'ASM, 12e de L1, a perdu en clinquant et en ambition en l'espace de quelques mois. 

Monaco aussi va mieux

Après un début de saison difficile, Monaco semble avoir enfin recouvré sa solidité, même s'il s'est fait surprendre le week-end dernier à domicile par Nice. Un match qui précédait l'encourageant nul ramené en C1 de Saint-Petersbourg (0-0). 

Et de voir surgir sur le Rocher aussi ce problème de motivation qui ne touche donc pas que Paris. "Pour chaque match, on doit naturellement avoir le même état d'esprit qu'en Ligue des champions, une compétition dans laquelle on fait peut-être preuve d'un peu plus de rigueur et de concentration", a rappelé le milieu Kondogbia. 

Ce PSG-Monaco n'a pas tout à fait le même éclat que ceux de l'an passé (1-1 à chaque fois), alors baptisés "cashico" en référence aux budgets pharaoniques et aux dépenses onéreuses des deux clubs rivaux.  

Deux équipes amputées de leurs meilleurs joueurs

Les départs de James Rodriguez et de Radamel Falcao cet été ont singulièrement affaibli l'équipe du Rocher, qui devra contre Paris faire sans sa star bulgare Berbatov (cheville), ni son taulier du milieu de terrain, Toulalan, suspendu. 

"Nous perdons deux joueurs importants. Mais j'ai confiance en ceux qui vont jouer", a dit Leonardo Jardim avant d'affirmer que "le favori, c'est celui qui joue à domicile. Paris est une bonne équipe avec des joueurs de qualité. Elle est la même que la saison dernière avec David Luis en plus. Elle est donc plus forte que la saison dernière."

Sauf que le PSG ne se présentera pas non plus avec son onze-type, Ibrahimovic (talon) et Marquinhos (cuisse) sont forfait, alors que Thiago Silva (cuisse) et Lavezzi (cuisse) sont encore en rééducation.  

Concours pronostics
La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/