1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. PSG : "Et ils sont où les procureurs de Laurent Blanc ?", s'amuse Pascal Praud
1 min de lecture

PSG : "Et ils sont où les procureurs de Laurent Blanc ?", s'amuse Pascal Praud

REPLAY / ÉDITO - Le journaliste salue l'exploit du Paris Saint-Germain qui a éliminé Chelsea et s'est qualifié pour les quarts de finale de la Ligue des champions.

Pascal Praud
Pascal Praud
Crédit : RTL
PSG : "Et ils sont où les procureurs de Laurent Blanc ?", s'amuse Pascal Praud
01:24
PSG : "Et ils sont où les procureurs de Laurent Blanc ?", s'amuse Pascal Praud
01:25
Pascal Praud

"Héroïque, magique, historique : grand retournement de veste ce matin de tous, et de moi en particulier", lâche Pascal Praud au lendemain de la qualification du PSG à Chelsea en quart de finale de la Ligue des champions. "Ce n'est pas les girouettes qui tournent, c'est le vent qui souffle", poursuit-il.

"Et ils sont où les procureurs de Laurent Blanc ?", demande le journaliste. "Quel scénario ! Quelle dramaturgie !".

"Et il n'a pas de charisme Laurent Blanc ! Et le vestiaire ne le respecte pas !", clame-t-il en écho à ce qui a pu être dit récemment sur l'entraîneur parisien. "Et ils sont où les idolâtres de José Mourinho ?", interroge-t-il encore, rappelant que l’entraîneur des "Blues" était qualifié de "génie".

Le football réclame un peu de patience, un peu de vie partagée, de défaites digérées

Pascal Praud

"Le PSG ne passera pas !", lisait-on à quelques heures encore de la rencontre. "Le PSG a mangé Chelsea, à l'aller comme au retour. C'est le miracle des loups, si deux fois le match nul a conclu les débats", lâche Pascal Praud.

À lire aussi

"Une équipe est née, non pas mercredi soir à Stamford Bridge, comme je l'entends de ceux qui semblent avoir découvert le Pérou à Orléans, mais depuis trois ans", plaide le journaliste. "Cette équipe a grandi, elle a appris, elle a vécu. Aujourd'hui, elle atteint une maturité qui lui permet de gagner la Ligue des champions".

Pour lui, "le football réclame un peu de patience, un peu de vie partagée, de défaites digérées". Il ajoute : "Et tant pis si le maillon faible du PSG s'appelle Ibrahimovic, exclu comme un enfant en début de match".

"Ibra m'a tué, mais ce n'est pas grave. Le Paris Saint-Germain n'avait pas besoin de lui à Londres", conclut-il.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/