3 min de lecture Ligue des champions

PSG-Bayern : un choc entre deux philosophies diamétralement opposées

PRÉSENTATION - La confrontation de Ligue des champions entre le PSG et le Bayern Munich, sur la pelouse du Parc des Princes, se passe aussi en coulisses.

RTL Matin
PSG-Bayern : un choc entre deux philosophies diamétralement opposées
Crédit Média : Philippe Sanfourche / RTL Crédit Image : Montage / AFP

Tout les oppose. Pour le compte de la deuxième journée du groupe B de la Ligue des champions, mardi 27 septembre (20h45), le Paris Saint-Germain reçoit le Bayern Munich au Parc des Princes. À part leur ambition et leur effectif de qualité, ces deux équipes n'ont pas grand-chose en commun dans leur façon de concevoir le football et d'appréhender son business.
 
D'un côté se trouve le nouveau riche sous perfusion qatarie, né il y a 47 ans, toujours en quête du titre suprême européen et multipliant les investissements massifs pour rattraper son retard. De l'autre, il y a l'institution bavaroise, forte de 117 ans d'histoire et 5 victoires en Ligue des champions au compteur.

Le colosse allemand serait le quatrième club le plus riche du monde, avec un chiffre d'affaires estimé à 592 millions d'euros en 2016 par le cabinet Deloitte. Bien que les groupes Adidas, Audi et Allianz soient actionnaires, l'entité est majoritairement détenue par les membres du club, en vertu d'une disposition empêchant un investisseur privé de détenir la majorité des parts d'un club allemand. Celui-ci est d'ailleurs toujours dirigé par ses anciens joueurs, notamment Karl-Heinz Rummenigge.

Le Bayern Munich dépense relativement peu sur le marché des transferts. Cet été, il a payé 41 millions d'euros à l'Olympique Lyonnais pour s'attacher les services du milieu international français Corentin Tolisso. Cette opération constitue même le record du club. C'est à des années lumière des 222 millions d'euros mobilisés pour lever la clause libératoire de Neymar. C'est aussi bien éloigné des 180 millions d'euros investis par le PSG pour Kylian Mbappé.

Une morale à géométrie variable ?

À écouter Uli Hoenness, le président du club bavarois, il s'agit d'une gabegie. Ne manquant jamais une occasion de critiquer l'actionnariat étatique du Qatar, il s'affiche aujourd'hui comme l'un des principaux pourfendeurs du Paris Saint-Germain. "On me dit qu'un club travaille bien s'il dépense énormément en transferts. Au contraire : c'est un signe de faiblesse. C'est la preuve que le travail a été mal fait par le passé". Dans une interview au magazine Kicker, il en a remis une couche : "J'ai dit très clairement qu'un joueur à 100 millions d'euros est inacceptable pour le Bayern".

Le Bayern Munich, dont l'effectif ne s'appuie véritablement que sur un seul formé au club (Müller) quand le PSG en a trois (Areola, Kimpembe, Rabiot), se réfugie bien souvent derrière le fair-play financier. Si ce dispositif de l'UEFA vise à empêcher les clubs d'enregistrer plus de 30 millions d'euros de pertes comptables sur une période de trois ans, c'est aussi un moyen pour des clubs comme le champion d'Allemagne d'écarter un nouvel acteur et conserver sa position dominante.

Comme bien d'autres grandes écuries, le Bayern revendique cette posture tout en ayant passé, lui aussi durant l'été, un contrat de sponsoring avec l'aéroport international Hamad de Doha. D'autres liens avec le Qatar existent : les Munichois s'entraînent régulièrement dans l'émirat lors de la trêve hivernale. Le Bayern Munich sait aussi faire preuve d'ingéniosité pour rentrer dans les clous, comme le montre l'obtention d'un prêt payant de deux ans pour le milieu de terrain colombien James Rodriguez qui évoluait au Real Madrid, pourtant un concurrent direct en Ligue des champions. Une manœuvre qui rappelle le montage opéré pour Kylian Mbappé, prêté un an par Monaco au PSG.

Les équipes probables :
Paris Saint-Germain : Areola - Dani Alves, Silva, Marquinhos, Kurzawa - Verratti, Motta, Rabiot - Mbappé, Cavani, Neymar.
Bayern Munich : Ulreich - Kimmich, Martinez, Hummels, Alaba - Thiago, Vidal - Robben, James, Ribery - Lewandowski.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés