1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Pays-Bas - France : 4 points qui pénalisent Paul Pogba
4 min de lecture

Pays-Bas - France : 4 points qui pénalisent Paul Pogba

DÉCRYPTAGE - Le milieu de l'équipe de France cristallise les critiques autour de ses performances et de son manque d'engagement.

Paul Pogba lors de l'Euro, le 3 juillet 2016
Paul Pogba lors de l'Euro, le 3 juillet 2016
Crédit : FRANCISCO LEONG / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani

Paul Pogba doit avoir ce matin le sentiment du devoir accompli, après son but inscrit lors du match Pays-Bas - France, unique réalisation de la rencontre pour une victoire précieuse des Bleus. Car depuis plusieurs matches, le jeune milieu de Manchester United est au centre des critiques, résultant autant de ses prestations moyennes que de l'attente immense qu'il suscite. Le talent brut du joueur, son activité sur les réseaux sociaux, une image "fun" et un gros battage médiatique en ont fait une figure forte des Bleus y compris à l'étranger. Épanoui à la Juventus durant plusieurs saison, il semblait grandir petit à petit en club, mais tardait à devenir un cadre sur le terrain avec l'équipe de France. Globalement décevant pendant l'Euro, Paul Pogba a pris une nouvelle dimension durant l'été en devenant le transfert le plus cher de l'histoire du football, accentuant encore la pression sur les épaules du jeune homme. 

La presse anglaise commence déjà à sortir les plumes aiguisées afin d'analyser les prestations de "Pogboom", figure de proue du Manchester United de Mourinho. En bleu, ce n'est toujours pas reluisant sur la durée, et là encore les questions sont soulevées et l'analyse des matches de Pogba devient un sport national. Un revers de la médaille pour le joueur surexposé. 

1. Un transfert qui pèse lourd, injustement

Paul Pogba est ce qu'on appelle aujourd'hui "un joueur à 110 millions d'euros". Un transfert pharaonique, le plus cher de l'histoire. Un chiffre certes flatteur pour le joueur de ManU, mais qui le dessert aujourd'hui, alors que son rendement sur le terrain est attendu à la hauteur de son record. Dans l'esprit du supporter moyen, Pogba est le plus cher du monde, il doit donc jouer comme le joueur le plus cher du monde. Il paie ainsi une spéculation financière qu'il n'a pas demandé. Pogba reste un joueur de 23 ans, un diamant pas encore taillé à la mesure du potentiel. Or, si le potentiel se monnaie, son rendement footballistique et sa maturation sont soumis à plusieurs aléas, dont la capacité du joueur à avoir une bonne éthique de vie et de travail. 

2. Victime de son image et de sa communication

On n'affirmera certainement pas que Paul Pogba néglige son hygiène de vie. Le joueur n'a jamais eu ce genre de problème auparavant, mais il était épargné car bien encadré à la Juve par des joueurs et une institution qui se plaçaient au-dessus de lui. Il était sans doute plus libéré, bien que moins libre. Aujourd'hui, il est victime d'un côté très extraverti, avec une grosse activité sur Instagram (9,5 millions d'abonnés), et une présence appuyée dans la communication de ses différents sponsors. Une image qui peut perturber l'image du sportif de haut niveau à la vie d'ascète, qui doit manger sainement et se coucher tôt. Pogba est victime de ce retour d'image qui ne pardonne pas la performance moyenne, d'autant que le style de jeu du joueur brouille aussi le message. Sa célébration sur le but de mardi à Amsterdam, signe d'un joueur agacé par la critique, pourrait être là encore à double tranchant. 

3. Un style nonchalant qui pénalise

À lire aussi

C'est le problème de tous les joueurs du style de Paul Pogba. Facile techniquement, grand et délié, le milieu de terrain des Bleus est toujours relâché dans le jeu, au point de pouvoir paraître nonchalant. Depuis plusieurs semaines, Pogba rate des choses qu'il est techniquement capable de faire les yeux fermés. Mais il est dans une phase de moins bien, et ses transversales n'arrivent pas dans les pieds mais trop haut ou à côté. Immanquablement, les critiques pleuvent car visuellement Pogba donne l'impression de ne pas s'investir. Face à la Bulgarie, il a été absent dans la création mais aussi dans le travail ingrat au milieu de terrain, le joueur a en plus tenté des choses compliquées qu'il a raté, se montrant à contresens du collectif. Contre les Pays-Bas, il y a eu du mieux. 

4. Un jeu brouillon mais la confiance de Deschamps

Roulette, petit pont, coup du foulard. Pogba peut tout faire avec un ballon, mais on aimerait parfois le voir faire des choses bien plus simples. Passes sans contrôle, une-deux, appels dans la profondeur, repli et tacle, le joueur de Manchester zappe en ce moment les fondamentaux du jeux. Il est victime sans doute de son amour du beau, mais le fait de manière superflue. Pire, ses arabesques pénalisent le jeu des Bleus et le desservent lui aussi en fin de compte. Sa seule chance actuellement est d'avoir encore la confiance de Didier Deschamps, alors que Matuidi ou Kanté ont connu le banc après des prestations moyennes. Un blanc-seing qui interpelle, mais le sélectionneur croit en lui et surtout veut lui montrer qu'il a confiance en lui, il prend le temps de lui expliquer ce qu'il attend de lui et ne veut pas l'enfoncer dans un moment compliqué. Mardi, il a été plus sobre, et par conséquent plus efficace, il doit s'en inspirer pour ne pas se gâcher. 

Deschamps avait eu la même politique avec Karim Benzema, qui avait passé plusieurs mois sans marquer. Il avait fini par le mettre sur le banc, pour le sortir de la mauvaise spirale. Pogba aura sans doute encore une chance ce lundi face aux Pays-Bas, à lui de montrer qu'il est un football capable d'épurer son jeu.

France-Pays-Bas, la France doit confirmer son statut de favori
France-Pays-Bas, la France doit confirmer son statut de favori
Crédit : Maxime Carignano / RTL
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/