1 min de lecture Sport

Noël Le Graët élu à la tête de la FFF

Noël Le Graët crée la surprise. L'ancien président de la Ligue a été élu samedi président de la Fédération française de football en obtenant 54,39% des voix au premier tour de l'élection présidentielle, organisée pour la première fois au scrutin de liste, contre 45,40% à Fernand Duchaussoy et 0,19% à Eric Thomas. Duchaussoy, qui était donné favori, quitte la Fédération pour retourner au plus petit échelon dans le football amateur, dans le Nord-Pas-de-Calais : "Je quitte définitivement le football national pour repartir là où j'ai commencé". A peine élu, Noël Le Graët a quant à lui souhaité "travailler ensemble dans les meilleurs délais". Et dans la discrétion.

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et Le Service des Sports

Battu en 2000 alors qu'il briguait un troisième mandat à la tête de la LNF, l'ancêtre de la Ligue de football professionnel (LFP), Noël Le Graët revient au pouvoir par la grande porte, cette fois comme président de la Fédération française de football (FFF).
  
Même s'il repousse toute idée de vengeance, le Costarmoricain (né en 1941 le 25 décembre, ce qui lui vaut son prénom) peut savourer son retour aux commandes, qui fait déjà grincer des dents chez certains, comme ce président de district qui confie: "Lui, il est resté patron de droit divin, il a une ambition, c'est celle de prendre sa revanche sur la Ligue. Il veut revenir par la grande porte et fermer sa g... à Frédéric Thiriez (président de la LFP)".

Le Graët visait la présidence depuis 2005

Elu une première fois à la tête de la LNF en 1991, Le Graët en avait été chassé, par les urnes, en 2000 au bénéfice de Gérard Bourgoin, lui aussi revenu récemment aux affaires à la tête d'Auxerre. Le Breton s'était posé à l'époque en victime des grands clubs désireux de modifier la répartition des droits télé.
  
Dans les années 1990, Le Graët ne s'était pas fait que des amis, imposant un toilettage de la gestion des clubs, avec l'instauration de la DNCG. Il était entré notamment en collision frontale avec Bernard Tapie, président de Marseille, et avait dû mener la barque de la LNF sur les remugles de l'affaire VA-OM.
  
Vice-président de la FFF à partir 2005 en charge des dossiers économiques, il nourrissait depuis l'ambition d'accéder à la présidence. "Mais, avec le système électoral de l'époque - aujourd'hui réformé - le président du foot amateur était élu par tradition. Escalettes (alors élu), en bonne intelligence, m'avait laissé la partie économique", a rappelé durant sa campagne ce chef d'entreprise.
  
A la tête d'un petit empire breton dans l'agro-alimentaire (160 millions d'euros de chiffre d'affaires, 700 employés environ), l'ancien représentant en électroménager et hi-fi à ses débuts est le grand artisan de la nouvelle donne économique à la FFF avec le juteux contrat Nike (42 millions d'euros par an). 


Noël Le Graët : "Travailler ensemble dans les meilleurs délais"

Juste après son élection, Noël Le Graët s'est dit partagé entre "une certaine émotion", la "tâche immense" qui l'attend, et sa volonté de "travailler ensemble dans les meilleurs délais".
  
"Je comprends la déception de Fernand (Duchaussoy, son grand rival). J'ai pour lui une profonde estime. Il mérite beaucoup de respect".
  
"Je dirai à Jean-Pierre Escalettes (ancien président de la FFF, ex-membre d'honneur du conseil fédéral) et à Fernand Duchaussoy que ma porte est ouverte, j'ai besoin de conseils et on ne travaille pas tout seul", a-t-il commenté.
  
"Nous n'étions pas favoris, nous avons travaillé discrètement. Le boulot commence. Dès la semaine prochaine, tous au travail ! Je veux remercier le football professionnel d'avoir été uni. Au foot amateur, merci d'avoir apprécié mon discours et d'avoir poussé. J'ai beaucoup appris. L'objectif est clair: moins on parlera de la FFF, mieux on aura travaillé", a-t-il conclu. 

Fernand Duchaussoy : "Je quitte définitivement le football national"


Fernand Duchaussoy, président sortant, a aussitôt tiré les conclusions de cet échec : "Je quitte définitivement le football national pour repartir là où j'ai commencé, dans le foot de club dans le Nord-Pas-de Calais. Je suis fier de ce que j'ai fait pour le foot français. J'ai essayé de faire tout cela avec beaucoup de courage", a explique M. Duchaussoy.
  
"Je souhaite à Noël Le Graët beaucoup de chance et de courage, il en faut. Je retourne vers ma famille que j'ai abandonnée pendant de longues années. Elle sera heureuse de me retrouver", a-t-il conclu. 

Jean-Pierre Escalettes : "Duchaussoy a payé un an de pouvoir"

L'ancien président de la Fédération française de football, Jean-Pierre Escalettes, a estimé samedi que Fernand Duchaussoy, président sortant battu par Noël Le Graët, a payé "l'année difficile qu'il a passée" à la tête de l'instance après le fiasco du mondial sud-africain.
  
"Je suis étonné de la différence des 10 points, presque, entre les deux premiers candidats. C'est beaucoup pour le sortant. Mais je sais ce que Fernand a payé: un an de pouvoir. Celui qui est aux affaires n'est pas celui qui a le plus de chances d'être élu, car c'est lui qui prend tous les mauvais coups et Fernand a passé une année difficile", a commenté M. Escalettes.
  
Escalettes avait démissionné en juin dernier après le fiasco du Mondial sud-africain et Duchaussoy lui avait alors succédé, comme intérimaire, puis comme président à part entière. Duchaussoy avait dû gérer l'après-Knysna, le dossier des primes, puis plus récemment l'affaire des quotas.

Eric Thomas est "déçu"

Eric Thomas, candidat de l'Association française du football amateur qui n'a recueilli que 0,19% des voix samedi lors de l'élection à la présidence de la FFF, a reconnu sa "déception" mais s'est félicité d'avoir été "un animateur de la campagne".

"Je ne vous cache pas notre déception. On espérait mieux mais on accepte bien sûr le résultat. Je note que l'Assemblée a exprimé un désir de changement", a-t-il dit en conférence de presse.

"Ce sont les balbutiements d'une démocratie. J'ai été un animateur de la campagne, avec peu de moyens mais une équipe formidable. On a joué jusqu'à la dernière seconde le jeu de la démocratie", a-t-il ajouté

Frédéric Thiriez salue"la force de la démocratie"

"Le foot sait se remettre en cause, et ça c'est une très bonne nouvelle", a commenté Frédéric Thiriez, président de la Ligue de football professionnel (LFP), à l'issue de l'élection à la présidence de la FFF de Noël Le Graët samedi.
  
"Je voudrais qu'on cesse d'opposer pros et amateurs, cette distinction n'a pas lieu d'être, nous sommes dans la même famille, sur le même bateau, a ajouté M. Thiriez. Pour certains, le résultat de cette élection est une vraie surprise, mais cela prouve la force de la démocratie et la puissance de la réforme que nous avons fait passer".
  
"Autrefois l'élection se résumait à une cooptation à l'ancienneté, aujourd'hui c'est une vraie élection, avec un programme, un homme, une équipe", a-t-il conclu.

Les présidents de la FFF:

   Jules Rimet (1919-1942 puis 1944-1949)
   Henri Jevain (1942-1944)
   Emmanuel Gambardella (1949-1953)
   Pierre Pochonnet (1953-1963)
   Antoine Chiarisoli (1963-1968)
   Jacques Georges (1969-1972, puis par intérim du 29 décembre 1993 au 19 février 94)
   Fernand Sastre (1973-1984)
   Jean Fournet-Fayard (1985-1993)
   Claude Simonet (1994-2005)
   Jean-Pierre Escalettes (2005-2010)
   Fernand Duchaussoy (intérim du 23 juillet au 18 décembre 2010, puis de plein droit jusqu'au 18 juin 2011)
   Noël Le Graët (à partir du 18 juin 2011) 
 
(Avec AFP)

Lire la suite
Sport Football
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7696220082
Noël Le Graët élu à la tête de la FFF
Noël Le Graët élu à la tête de la FFF
Noël Le Graët crée la surprise. L'ancien président de la Ligue a été élu samedi président de la Fédération française de football en obtenant 54,39% des voix au premier tour de l'élection présidentielle, organisée pour la première fois au scrutin de liste, contre 45,40% à Fernand Duchaussoy et 0,19% à Eric Thomas. Duchaussoy, qui était donné favori, quitte la Fédération pour retourner au plus petit échelon dans le football amateur, dans le Nord-Pas-de-Calais : "Je quitte définitivement le football national pour repartir là où j'ai commencé". A peine élu, Noël Le Graët a quant à lui souhaité "travailler ensemble dans les meilleurs délais". Et dans la discrétion.
https://www.rtl.fr/sport/football/noel-le-graet-elu-a-la-tete-de-la-fff-7696220082
2011-06-18 19:07:00