2 min de lecture Sepp Blatter

Mondial 2022 au Qatar : Blatter admet "une erreur" et cible la France

Le président de la Fifa Joseph Blatter a reconnu que son comité exécutif avait commis "une erreur" en attribuant le Mondial 2022 au Qatar, aidé par la pression politique de nations qui y trouvent leur compte.

Sepp Blatter, le 21 mars 2014
Sepp Blatter, le 21 mars 2014 Crédit : AFP/M.Buholzer
Julien Quelen
Julien Quelen
et AFP

Sepp Blatter a encore le temps de retourner sa veste, et peut-être changera-t-il encore d'avis quant à l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Face à la fronde internationale qui grimpe au rythme de l'accumulation des couacs liés à l'organisation, le président de la Fifa tente de joindre les deux bouts. 

On ne l'avait plus entendu sur le sujet depuis sa dernière sortie où il faisait part de son souhait de jouer la compétition en fin d'année 2022, par rapport aux températures bien trop élevées qui ne permettraient pas son bon déroulement en plein été. 

Une communication bien maîtrisée

Sepp Blatter n'a pas attendu d'annoncer son souhait de briguer un cinquième mandat à la tête de la Fédération internationale pour mesurer à quel point le sujet est épineux. Il a en revanche à peine attendu que l'annonce de sa future candidature soit digérée pour se positionner avec appoint et reconnaître que l'attribution de la Coupe du monde au Qatar était " une erreur"

"Oui bien sûr", a-t-il lancé jeudi soir à un journaliste de la radio-télévision suisse RTS qui lui demandait si le choix de ce très riche pays du Golfe avait été une erreur. "Vous savez, on commet beaucoup d'erreurs dans la vie", a-t-il ajouté. "Le rapport technique du Qatar indiquait bien qu'il faisait trop chaud en été, mais le Comité exécutif (de la Fifa) avec une majorité assez large a décidé qu'on jouerait au Qatar"

Blatter implique la France, Sarkozy et Platini

À lire aussi
Sepp Blatter le président de la Fifa le 15 mai 2015. FIFA
FIFA : "J'ai déjà vu un tirage au sort truqué", assure Sepp Blatter

Avec la volonté à peine dissimulée de se dédouaner un tant soit peu de cette "erreur", Sepp Blatter a rappelé que cette attribution servait les intérêts économiques de certaines nations parmi lesquelles la France de "son poulain", Michel Platini.

"On sait très bien que des grandes maisons françaises et des grandes maisons allemandes travaillent au Qatar. Mais ils ne travaillent pas seulement pour la Coupe du monde !", a souligné M. Blatter, affirmant que la Fifa "ne pouvait pas intervenir dans les considérations politiques". 

Des propos auxquels la France a réagi par le biais du Ministères des Affaires Etrangères qui dénonce des "allégations sans fondement". 

L'organisation se poursuit envers et contre presque tous

Le Valaisan de 78 ans fait directement allusion à une réunion que Nicolas Sarkozy avait organisé à l'Elysée avec Michel Platini, le président de l'UEFA, et le premier ministre du Qatar de l'époque

Paré de polémiques en tout genre, des conditions de jeu à celles des ouvriers exploités qui décèdent sur les chantiers, le Qatar continue son organisation bancale. Puisqu'il ne semble pas question de voter pour une nouvelle attribution, l'Émirat accueillera bien la compétition pour laquelle il construit de nouvelles villes avec des stades climatisés, dans lesquels la température serait maintenue autour de 26-28 degrés.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sepp Blatter Mondial 2022 FIFA
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants