1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Michel Platini : "Que se serait-il passé si la FIFA avait la capacité de prononcer la peine de mort ?", se demande l'un de ses avocats
1 min de lecture

Michel Platini : "Que se serait-il passé si la FIFA avait la capacité de prononcer la peine de mort ?", se demande l'un de ses avocats

REPLAY / RÉACTION - La radiation à vie a été requise mardi 24 novembre à l'encontre Michel Platini par la chambre d'instruction de la justice interne de la FIFA.

Michel Platini en mars 2015
Michel Platini en mars 2015
Crédit : AFP/J.Klamar
Platini : "Que se serait-il passé si la FIFA avait la capacité de prononcer la peine de mort ?" se demande l'un de ses avocats
01:08
Gregory Fortune & Jérôme Millagou

Ce n'est pas une surprise. La FIFA ne fera décidément aucun cadeau à Michel Platini. Le Français espère toujours avoir l'opportunité de présenter sa candidature pour l'élection présidentielle du 26 février prochain. Mais mardi 24 novembre, la chambre d'instruction a requis la suspension à vie, soit la peine maximale, à son égard, pour le versement suspect de 1,8 millions d'euros reçu en février 2011. Pour Thomas Clay, l'un des avocats du président de l'UEFA, "on est dans une décision absurde, invraisemblable, grotesque. On se demande ce qu'il se serait passé si la FIFA avait la capacité de prononcer la peine de mort : nul doute que Michel Platini en aurait été également gratifié. Il y a une volonté manifeste de chasse à l'homme en réalité, et la cible, c'est Michel Platini".

"Certains à la FIFA, je ne dis pas toute la FIFA, ne veulent pas que Michel Platini soit président, poursuit-il. On tente d'assimiler Michel Platini à des sanctions gravissimes, qui ont été portées dans les dossiers de corruption. Or ici, naturellement, la corruption n'est même pas requise à l'encontre de Michel Platini. Dans ce rapport qui est d'ailleurs truffé d'approximations, qui ne repose sur aune preuve et uniquement sur une apparence de ce qui serait, peut-être, un conflit d'intérêt, on a une sanction demandée qui est totalement disproportionné. Non seulement je vous le dis, je vous l'affirme, Michel Patini sera à terme complètement blanchi et n'a rien à se reprocher mais la démesure de la sanction montre à quel point on est passé à autre chose, qui n'a plus rien à voir ni avec le droit ni même avec l'éthique. La question qu'on peut se poser c'est : 'quelle est l'éthique de ceux qui sont chargés de faire respecter l'éthique ?'" La chambre de jugement de la FIFA qui doit rendre le verdict final en décembre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/