1 min de lecture Mercato

Mercato : Mbappé-PSG, les subtilités du contrat sous forme de prêt

DÉCRYPTAGE - Face à la volonté de son jeune attaquant de rejoindre la capitale dès cet été, Monaco a accepté un prêt d'un an à la charge du PSG, avant d'empocher 180 millions d'euros l'été prochain.

Kylian Mbappé à Clairefontaine le 28 août 2017
Crédit Image : CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

Tout n'est pas encore officiellement signé entre Kylian Mbappé et le PSG, mais c'est comme si c'était fait. L'attaquant de 18 ans (19 le 20 décembre) est depuis lundi 28 août présent à Clairefontaine avec les Bleus pour préparer les matchs contre les Pays-Bas et le Luxembourg. Pendant ce temps, les experts financiers du club parisien et de Monaco règlent les derniers détails du transferts. 

Après s'être offert le Brésilien Neymar (25 ans) à prix d'or, Paris a dû user d'un tour de passe-passe pour rester dans les clous du fair-play financier de l'UEFA, d'un artifice juridique. Un prêt avec option d'achat a été avancé par plusieurs médias, mais ce n'est pas tout à fait le cas. Cette formule aurait en effet été accompagnée de conditions, comme par exemple un nombre minimum de matches à disputer. Trop risqué pour l'AS Monaco en cas de blessure du joueur. 

Pour Matthieu Rios, agent de joueur, la pirouette comptable était de toute façon obligatoire pour le club de la capitale. "Ça permet d'éviter que la dette soit certaine", explique-t-il. Concrètement, le PSG n'aura pas à déclarer les deux transferts sur le même exercice fiscal. 222 millions d'euros pour Neymar seront donc inscrit cette année sur les documents présentés à l'UEFA, et les 180 millions pour Mbappé seulement à partir de l'an prochain, et sans doute étalés sur plusieurs saisons.

Enfin, afin de garantir à Monaco le paiement de l'intégralité de la somme, un contrat sous seing privé est rédigé et signé directement entre les deux clubs. Il sera conservé bien à l'abri, dans un coffre chez un notaire ou un avocat. Et si, hypothèse improbable, le PSG ne le respectait pas, Monaco devrait saisir non pas les juridictions sportives mais civiles afin de faire valoir ses droits.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés