2 min de lecture Premier League

Mercato : Claude Puel au chevet de Leicester

LE JOURNAL DU MERCATO - Craig Shakespeare ne sera resté que huit mois sur le banc du champion d'Angleterre 2015-2016. L'ancien entraîneur de Monaco, Lille, Lyon ou Nice a été choisi mercredi 25 octobre pour lui succéder.

Claude Puel, alors coach de Southampton, en mai 2017
Crédit Image : Sean Ryan/IPS/Shutterst/SIPA

Huit mois après l'éviction de Claudio Ranieri, Leicester est déjà à la recherche d'un nouvel entraîneur. Il se pourrait bien que celui-ci soit Français. Claude Puel, 56 ans, sans club depuis sa mise à l'écart de Southampton en juin dernier après une seule saison pourtant réussie à première vue, va s’asseoir sur le banc des Foxes. L'information a été confirmée par le club anglais mercredi 25 octobre dans la soirée.

Champion d'Angleterre à la surprise générale en mai 2016 devant tous les cadors, Leicester traverse depuis une zone de turbulences interminable. Si le club des Midlands de l'Est s'est sauvé de la descente en 2e division après le limogeage de Ranieiri et l'intronisation de Craig Shakespeare en février, il a encore vécu un début d'exercice 2017-2018 délicat avec une seule victoire et quatre revers lors des huit premières journées de Premier League.

Bel effectif avec Mahrez, Slimani, Vardy

Résultat, Shakepeare a lui-même été débarqué après un nul contre West Bromwich Albion le 16 octobre. Michael Appleton a depuis redressé la barre avec un succès à Swansea et un autre en Coupe contre Leeds. Mais les dirigeants ne voient en lui qu'un intérimaire. Ils ont préféré confier la gestion des Riyad Mahrez, Islam Slimani ou Jamie Vardy (N'Golo Kanté a filé à Chelsea) à l'ancien entraîneur de Monaco (champion de France en 2000), Lille, Lyon et Nice.

Pendant que Ranieri fait le bonheur du FC Nantes depuis le mois d'août (3e de Ligue 1 après une série de huit matches sans défaite dont six victoires), le natif de Castres va donc prolonger l'aventure outre-Manche, sur un siège aussi éjectable que désormais prestigieux. Finaliste de la Coupe de la Ligue et 8e du championnat avec Southampton, ses précédents dirigeants lui auraient notamment reprochés un management trop rigide et la défiance du vestiaire.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés