4 min de lecture Ligue des champions

Ligue des champions : 4 raisons de ne pas rater PSG-Celtic Glasgow

ÉCLAIRAGE - Déjà qualifié pour les 8es de finale avant son cinquième match de phase de poule, mercredi 22 novembre (20h45), Paris a tout de même encore plusieurs objectifs dans le viseur.

Neymar sous les couleurs du PSG en septembre 2017
Crédit Image : ALAIN JOCARD / AFP

L'AS Monaco éliminée avant même la dernière journée de la phase de poule, la France ne peut plus compter que sur le Paris Saint-Germain pour aller loin en Ligue des champions cette saison et y décrocher de précieux points au classement UEFA. En Europa League, la Ligue 1 est encore représentée par Lyon, Marseille et Nice, qui joueront jeudi 23 novembre. 

Lors de ses quatre premiers matches, le club de la capitale a réalisé un carton plein. Il est déjà assuré de disputer les 8es fin février et début mars (tirage au sort le lundi 11 décembre). Cinq autres clubs ont déjà leur billet en poche pour la phase suivante à élimination directe : Manchester City, Tottenham et Besiktas en tant que 1ers de groupe, le Real Madrid en tant que 2e et le Bayern Munich dans le groupe de Paris.

1. Se rapprocher de la 1re place ou la décrocher

En démonstration face au Bayern au match aller (3-0) et vainqueur de ses trois autres matches contre le Celtic à Glasgow (0-5) et Anderlecht (0-4 en Belgique, 5-0 au Parc des Princes), le club de la capitale peut s'assurer la 1re place du groupe B mercredi 22 novembre (20h45). Il lui faut pour cela décrocher un meilleur résultat à domicile face aux Écossais que les Allemands du Bayern qui se déplacent chez les Belges d'Anderlecht.

Si Paris et le Bayern s'imposent tous les deux, ce qui semble probable, la 1re place se jouera en Bavière le mardi 5 décembre. Les hommes d'Unay Emeri pourront se contenter d'un nul et même d'une défaite 2-0 ou 4-1. L'an passé, ils avaient laissé filer la tête de leur groupe à Arsenal à cause d'un match nul au Parc contre les Bulgares de Ludogorets (2-2). Résultat : pas de statut de tête de série lors du tirage au sort, et la "remontada" que l'on connaît du Barça.

2. Ne pas prendre de buts pour viser un record inédit

Aucune équipe n'a réalisé une telle performance depuis la mise en place de la nouvelle formule de l'épreuve en 2003-2004 : le PSG a l'opportunité de boucler cette phase de poules sans encaisser le moindre but. Il reste deux rencontres à boucler sans que le ballon ne fasse trembler les filets d'Alphonse Areola.

Parallèlement, le PSG entend bien continuer de faire tourner son compteur buts. Il en affiche pour l'heure 17 (4,25 par rencontre en moyenne), le meilleur total des 32 équipes engagées, même celles qui ont joué un match de plus comme Liverpool (16), le Real Madrid (14) ou Manchester City (13) - le FC Barcelone n'en a marqué que sept.

3. Retrouver un grand Neymar

Marquer, ce sera bien sûr l'objectif de Neymar. Éteint contre Nantes samedi 18 novembre (5-0), le Brésilien n'a plus été décisif depuis (but ou passe) depuis le dernier match de Ligue des champions et une réalisation dans les arrêts de jeu de la 1re période contre Anderlecht (5-0). Suspendu contre Nice (3-0) quatre jours plus tôt, le numéro 10 était forfait à Angers (0-5) début novembre. 

Sans lui, Paris se balade quand même. En larmes au moment d'évoquer sa situation en club avec sa sélection, le joueur le plus cher de l'histoire semble plus épanoui loin des terrains ces dernières semaines. Jusqu'à présent, Unai Emery l'aligne systématiquement lorsqu'il est apte et ne le sort jamais. Il semble temps de justifier sa confiance inébranlable. La Ligue des champions, ses étoiles, sa musique vont-elles réveiller son immense talent ?

4. Des remplaçants attendus

Thiago Motta sur la touche pour une durée indéterminée mais qui pourrait s'éterniser (l'Italien vient d'être opéré par arthroscopie du genou droit aux États-Unis), une place se libère dans l'entrejeu parisien. Contre Nantes, l'Argentin Javier Pastore a su saisir sa chance, marquant et délivrant une passe décisive. 

Face au Celtic, c'est l'Allemand Julian Draxler qui devrait débuter au poste de milieu gauche. Pastore devrait de nouveau bénéficier de temps de jeu en 2e période. Ses compatriotes Angel Di Maria et Giovani Lo Celso ont aussi une bonne chance d'entrer, surtout sur l'écart est vite creusé. Le Brésilien Lucas, en revanche, n'est pas dans le groupe, de même que Hatem Ben Arfa.

PSG-Celtic Glasgow : les équipes probables

PSG : Arrola - Alves, Thiago Silva, Marquinhos, Kurzawa- Verratti, Rabiot, Draxler - Mbappé, Cavani, Neymar

Celtic : Gordon - Lustig, Bitton, Boyata, Tierney - Forrest, McGregor, Brown, Sinclair - Armstrong, Dembélé  

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés