1 min de lecture Sport

Ligue 1 : Monaco, chronologie d'une agonie

Après 34 ans passés dans l'Elite, Monaco, ancienne place forte du football français, suit les pas de Strasbourg, Metz, Nantes ou Lens, dans l'enfer des divisions inférieures. Si la défaite face à Lyon relègue Monaco en L2, les raisons de celle-ci viennent de loin. Elles sanctionnent l'incapacité à mener à bien une gestion sportive et managériale claire depuis le départ de Deschamps fin septembre 2005.

Enorme désillusion pour les Monégasques, qui évolueront la saison prochaine en Ligue 2
Enorme désillusion pour les Monégasques, qui évolueront la saison prochaine en Ligue 2 Crédit : AFP/S.Nogier

De mauvais choix en mauvais choix

Ainsi, sous l'impulsion d'Ettori, entraîneur des gardiens propulsé directeur sportif, de Brianti, influent vice-président de Pastor, et des directeurs Poullain, puis Keller (depuis juin 2006), le club alla, dès le mercato d'hiver 2005-06, ouvrir la porte à un exode massif (Evra, Adebayor, Squillaci, Givet), tout en recrutant sans stratégie avec, pour commencer, Dos Santos, Vieri, Di Vaio. Pour un Y.Touré, combien de Vargas, Leko, Pino, Legati, Pokrivac, et autres Almiron ? On découvrait la nouvelle spécialité locale: le taux exceptionnel de rotation des joueurs.

Comme, en parallèle, les choix des entraîneurs, Guidolin (oct.05-juin 06) et Bölöni (juil.-oct.06), en conflit avec leurs groupes, furent des échecs, le club, exsangue sur le plan financier, péréclita. Il fit d'ailleurs déjà appel à Banide en novembre 2006 pour le maintenir. Mission réussie, sans suite.

Sous la direction sportive suivante, celle de Ricardo s'intensifia la guerre des clans en interne. A tel point qu'en avril 2008, le Prince Albert nomma président Bontin, ami franco-américain et administrateur du club, à la place du duo Pastor-Brianti.

La valse des présidents

Tel un "costkiller", ce dernier limita les coûts, se séparant de Keller, Ettori et de nombreux joueurs à hauts revenus. Il oublia cependant la réalité du +village+ -selon laquelle un Monégasque vaut toujours mieux qu'un non-Monégasque- et s'y brisa. S'il révéla Park, il rata quelques transferts (Müller, Edu, Kaita, Simic). Après avoir préparé une restructuration capitalistique, il fut remercié en mars 2009 au profit du banquier Franzi.

Dès lors, MSP, nouvel actionaire principal en remplacement de MFI (Pastor, Houdrouge, Piccinini), nomma vice-président, Aubéry, ancien responsable de la boutique et président de l'association, et ordonna le retour de Keller -qui avait touché 1,5 million d'euros un an plus tôt-. Malgré l'austérité financière, le rigide Lacombe, nouvel entraîneur, relança Nene, mais cautionna la venue de Gudjohnsen ou Costa, onéreux et transparents, et freina la progression des jeunes.

Une finale de Coupe perdue, une brouille avec Nene plus tard, et malgré un ravalement d'effectif assumé (départs de Modesto, Mollo, Perez, arrivées d'Hansson, Niculae, Mbokani, Aubameyang, Malonga), Lacombe, 19 points en 19 matches, fut limogé en janvier 2011 après de longs atermoiements de sa direction. Banide, nouveau recours, a pris 25 points en 19 matches. Insuffisant.

Avec qui la saison prochaine ?

Aujourd'hui, Albert souhaite une remise à plat. Si le futur du peu enthousiaste président Franzi et du vice-président Aubéry (proche du prince mais à la gestion déficiente) n'est pas connu, l'organigramme va bouger. Keller devrait partir. Goiran, représentant d'une entreprise monégasque en management sportif et très proche d'Albert, pourrait intégrer la direction. D'anciens dirigeants (Ettori) pourraient revenir.

Côté terrain, outre onze fins de contrat (Feindouno, Welcome, Diarra, Maazou, Lacombe, Puygrenier, Hansson, Bulot, Gosso, Lolo), Ruffier, Nkoulou, Park, Haruna vont être pistés. Quant à Banide, sous contrat jusqu'en 2012, il a reçu des assurances, y compris au plus niveau de la Principauté.

(Avec AFP)

Lire la suite
Sport Football Ligue 1 Conforama
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7690847194
Ligue 1 : Monaco, chronologie d'une agonie
Ligue 1 : Monaco, chronologie d'une agonie
Après 34 ans passés dans l'Elite, Monaco, ancienne place forte du football français, suit les pas de Strasbourg, Metz, Nantes ou Lens, dans l'enfer des divisions inférieures. Si la défaite face à Lyon relègue Monaco en L2, les raisons de celle-ci viennent de loin. Elles sanctionnent l'incapacité à mener à bien une gestion sportive et managériale claire depuis le départ de Deschamps fin septembre 2005.
https://www.rtl.fr/sport/football/ligue-1-monaco-la-chute-du-rocher-7690847194
2011-05-30 09:20:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/nj3RhmrfwL3nZmRtMuzJkw/330v220-2/online/image/2011/0530/7690846887_enorme-desillusion-pour-les-monegasques-qui-evolueront-la-saison-prochaine-en-ligue-2.jpg