2 min de lecture Euro 2016

Jamais "autant de gens ne sont rentrés sans être fouillés" au Stade de France d'après Stéphane Peu

REPLAY - Pour l'élu de Saint-Denis, le mur de sécurité voulu par l'UEFA n'est pas la bonne solution.

RTL Midi -  Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
François Xavier-Selleret - Les rendez-vous de la retraite Crédit Image : Elodie Grégoire | Date :
La page de l'émission
245-PARIZOT
Vincent Parizot et Christelle Rebière

À 18 jours de l'Euro 2016, la finale de la Coupe de France l'OM et le PSG au Stade de France a jetté un froid sur les dispositifs de sécurité prévus pour la compétition qui débute le 10 juin. Pas assez de points d'entrée, des goulots d'étranglement aux abords du Stade de France, des fouilles insuffisantes. Ce qui devait être une répétition générale du dispositif de sécurité prévu pour le Championnat d'Europe de football 2016 a tourné au fiasco. "Nous avons été débordés par la pression des supporters", a reconnu le préfet de police de Seine-Saint-Denis lundi 23 mai. L'installation d'un mur pour gérer le flux du public n'a pas été efficace.

Stéphane Peu, adjoint au maire de Saint-Denis ne décolère pas : "Nous étions sur place, nous avions depuis plusieurs mois des négociations avec l'UEFA et avec la préfecture et on a dit à quel point nous pensions que ce mur était à la fois non justifié du point de vue des principes de sécurité et privait les commerçants et les salariés des retombées économiques de l'Euro après qu'ils ont été, le 13 novembre, victimes des attentats."

Un mur "honteux sur un plan moral et inefficace sur un plan sécuritaire"

L'élu est d'autant plus consterné que, depuis le 13 novembre, la préfecture de police de Paris avait testé un autre dispositif, plus concluant. Ces derniers mois, lors du Tournoi des VI Nations et des matchs de l'équipe de France de football, la sécurité organisait une "palpation type entrée dans les grands magasins à 150 mètres du stade et ensuite un contrôle renforcé". Pour l'élu, il n'y avait rien à redire à ce système : "Ça s'était extrêmement bien passé, les 24 entrées du stade de France étaient accessibles, les commerces travaillaient et la sécurité était renforcée".

Samedi soir, ça n'a pas été le cas. D'après l'élu, ce mur voulu par l'UEFA bien avant les attentats  - et guidé par des intérêts économiques de protection des sponsors, selon lui - n'a pas été efficace. Il a réduit les entrées du stade à 4, entraînant l'engorgement du public venu par les RER B et D et il empêché les commerces locaux de profiter de l'événement. Tout ça, sans assurer une meilleure sécurité puisque "jamais nous n'avons vu une manifestation au stade - avant ou après les attentats - où autant de gens ne sont rentrés sans être fouillés, sans être contrôlés." C'est pourquoi la mairie de Saint-Denis demande le retour au dispositif précédant et la suppression de ce mur "honteux sur un plan moral et inefficace sur un plan sécuritaire".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Euro 2016 Football Sécurité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants