1 min de lecture Karim Benzema

Ukraine-France : le conseil de classe des Bleus

Laurent Blanc avait décidé de changer et d'apporter de la vitesse au jeu offensif des Bleus. Et ça a marché, avec un Ménez buteur et très actif face aux Ukrainiens (2-0). Mexès qui assure encore, Cabaye et Ménez qui brillent, Benzema qui donne des passes décisives malgré une prestation en demi-teinte : décryptage du match des Bleus, ligne par ligne, joueur par joueur.

Jérémy Ménez, après trois tentatives infructueuses, ouvre le score pour les Bleus face à l'Ukraine
Jérémy Ménez, après trois tentatives infructueuses, ouvre le score pour les Bleus face à l'Ukraine Crédit : AFP/P.Monteforte

La composition de départ

Lloris (cap.) - Clichy, Mexès, Rami, Debuchy - Nasri, Diarra, Cabaye - Ribéry, Benzema, Ménez

Défense : Mexès confirme, Lloris serein, Rami à la peine

Hugo Lloris : Son palpitant s'est excité très vite, dès la 2ème minute de jeu, avec une hasardeuse passe en retrait de Mexès. Et le capitaine ne s'est pas raté. Serein sur une frappe supersonique de Shevchenko, le Lyonnais a assuré l'essentiel. Une prestation solide.

Gael Clichy : Il était censé apporté plus offensivement que Patrice Evra tout en contenant le rapide Gusev. Mais il s'est surtout contenté de défendre, et plutôt bien. Hormis une intervention ratée en seconde période, il n'a rien laissé passer. Offensivement, il a tenté quelques montées mais sans aller au bout. Solide malgré tout.

Philippe Mexès : Il a très mal commencé, avec une passe en retrait presque suicidaire pour Lloris. Mais ensuite, on a a retrouvé le Mexès du premier match face à l'Angleterre. Parfait dans ses interventions, le Milanais a de nouveau prouvé qu'il avait le niveau. Il a largement compensé la partition fébrile de Rami. Seul bémol : un carton jaune reçu en fin de match pour un tacle mal maitrisé. Il faudra ne pas en prendre un face à la Suède sinon...

Adil Rami : Laurent Koscielny doit se demander quand il aura sa chance. Car ce soir, comme face aux Anglais, Adil Rami  a fait frissonner tous les supporters français. Complètement dépassé, le Valencian a souffert face à Shevchenko, étant constamment pris de vitesse par le vétéran ukrainien. Inquiétant. En seconde période, ça n'a pas été mieux, avec notamment un tacle ridicule, raté, à 80 mètres de son but, offrant un contre et une situation chaude aux Ukrainiens. Un seul duel gagné face à Sheva, qui court quand même moins vite qu'en 2004, ça fait peur...

Mathieu Debuchy : Appliqué, le Lillois a fait le boulot, défendant très bien et montant à bon escient. Avec un Ménez plus actif sur le coté que Nasri lors du premier match, Debuchy avait moins d'espaces devant lui et n'a pas cherché à surjouer. Solide.

Et au milieu règne Diarra

Alou Diarra : Si il a toujours du mal dans le jeu court, notamment sur une pelouse humide, Diarra reste un combattant hors-pair. Sa présence physique permet de récupérer beaucoup de ballons. Et son jeu de tête défensif est une belle soupape de sécurité. Il n'a pas semblé affecté par son erreur de marquage lors du premier match face à l'Angleterre. La question qui se pose désormais :  doit-il sortir du 11 avec le retour de blessure de M'Vila ? Loin d'être évident.

Yohan Cabaye : Discret en première mi-temps malgré quelques ballons grattés, le joueur de Newcastle est monté en puissance en deuxième période. En jouant plus haut, il a plus participé au jeu et surtout, a inscrit le deuxième but des Bleus, sur un service millimétré de Benzema. Plein de sang froid, Cabaye a tranquillement ajusté Pyatov du gauche. Auteur également d'une belle frappe sur le poteau, Cabaye a de nouveau brillé. Et devient, petit à petit, indispensable. Yann M'Vila, entré à la 70ème, a assuré pour son retour.

Samir Nasri : Il était attendu. Buteur lors du match face à l'Angleterre, Nasri devait de nouveau sortir un gros match pour faire oublier son "ferme ta gueule" de lundi dernier. Si il n'a pas étincelé, Nasri a assuré l'essentiel. Replacé dans l'axe du terrain, le Mancunien a bien fait tourner la balle, évitant d'en faire trop. Si sa première mi-temps a été très incertaine, avec un apport offensif réduit à néant, Nasri a retrouvé du jus en seconde, régulant bien le jeu des Bleus et passant tout près d'un but sur un coup-franc bien sorti par le portier ukrainien.

Un trio offensif actif en manque d'efficacité


Jérémy Ménez : Agaçant mais tellement doué. Titularisé sur le coté droit de l'attaque bleue, Ménez a fait du Ménez. Provocation balle au pied, courses dans la profondeur, gestes techniques osés : le Parisien a beaucoup tenté face à une défense ukrainienne qui s'en souviendra longtemps. En première période, il rate deux énormes occasions. La deuxième, dans un face à face contre Pyatov, irritant beaucoup les "suiveurs" de la rencontre. Mais Ménez, c'est sa force, ne lâche jamais rien et oublie vite ses échecs. A la 53ème minute, bien servi par Benzema, il élimine son adversaire d'un sublime crochet et fait mouche, du pied gauche. Comme avec le PSG, c'est pas le plus régulier mais pour faire plier une défense regroupée, c'est toujours très utile. Remplacé par Marvin Martin, qui a assuré la circulation de balle, Ménez a marqué des points.

Franck Ribéry : Quelle envie pour Francky ! Le Munichois a été omniprésent, multipliant les courses et les percussions sur le flanc gauche. Sans la maladresse de Ménez, il aurait pu signer une passe décisive. Ribéry est en grande forme et ça se voit. Ne reste plus qu'à être décisif et la France peut viser haut, très haut.

Karim Benzema : A son remplacement, en fin de match, par Giroud, Karim semblait faire la gueule. Ok, il n'a pas marqué. Ok, il a semble longtemps impuissant face à une défense ukrainienne qui a semblé faire de son cas une priorité. Mais Benzema termine le match avec deux passes décisives à son compteur. La deuxième, pour Cabaye, est une merveille, dans l'intervalle, "à la barcelonnaise". Petit bémol : ses incessants décrochages, non compensés dans l'axe par les montées de Nasri ou Cabaye, donne parfois l'impression qu'il n'évolue pas comme un avant-centre typique. Benzema, c'est pas Mario Gomez. Mais ça ne doit pas devenir Anelka non plus.

 EURO 2012 : LE DOSSIER SPECIAL DE LA REDACTION

Dossier bandeau promo Euro 2012

ANIMATION : les groupes de la compétition
(cliquez sur l'image)

Euro 2012 : les groupes

ANIMATION - Les stades de l'Euro 2012 et le programme des matchs
(cliquez sur l'image)
ANIMATION : Les stades de l'Euro 2012

LAISSEZ VOS COMMENTAIRES SUR LE BLOG DE "ON REFAIT LE MATCH" :

Le blog Foot de RTL

Jeu pronostic Euro 2012

Lire la suite
Karim Benzema Franck Ribéry Football
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7749574423
Ukraine-France : le conseil de classe des Bleus
Ukraine-France : le conseil de classe des Bleus
Laurent Blanc avait décidé de changer et d'apporter de la vitesse au jeu offensif des Bleus. Et ça a marché, avec un Ménez buteur et très actif face aux Ukrainiens (2-0). Mexès qui assure encore, Cabaye et Ménez qui brillent, Benzema qui donne des passes décisives malgré une prestation en demi-teinte : décryptage du match des Bleus, ligne par ligne, joueur par joueur.
https://www.rtl.fr/sport/football/france-ukraine-le-conseil-de-classe-des-bleus-menez-benzema-7749574423
2012-06-15 21:05:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/WnUACBcT383Cny49aZPPxw/330v220-2/online/image/2012/0615/7749571506_jeremy-menez-apres-trois-tentatives-infructueuses-ouvre-le-score-pour-les-bleus-face-a-l-ukraine.jpg