4 min de lecture Coupe du Monde

France-Luxembourg : les 3 choix de Deschamps qui posent question

DÉCRYPTAGE - Reconduire la même équipe que face aux Pays-Bas à une exception près, Mbappé à droite de l'attaque, n'a pas porté ses fruits, dimanche 3 septembre à Toulouse face au 136e au classement FIFA.

Kylian Mbappé sert la main de son sélectionneur dimanche 3 septembre 2017 à Toulouse
Kylian Mbappé sert la main de son sélectionneur dimanche 3 septembre 2017 à Toulouse Crédit : FRANCK FIFE / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune
Journaliste RTL

Candidats désignés au titre mondial l'été prochain en Russie dans la foulée de leur festival face aux Pays-Bas, les Bleus reprennent le chemin de leur club sans même avoir la certitude de se rendre en Russie, quatre jours plus tard. Incapables de marquer un but au Luxembourg (0-0) malgré une possession de balle de 76%, 34 tirs à 3 ou encore 635 passes réussies contre 140, les voila dans l'obligation de remporter leur deux derniers matches sous peine de se retrouver, au mieux, barragiste. 

Or, il faudra se rendre chez une Bulgarie intraitable sur ses terres sans Paul Pogba, suspendu (7 octobre), puis se frotter de nouveau à une équipe repliée sur son but, la Biélorussie (10 octobre), qui avait déjà tenu aux Bleus en ouverture de ces éliminatoires (0-0), en septembre 2016. Dans le même temps, la Suède recevra le Luxembourg, qui ne réussira pas forcément à chaque fois un tel exploit, avant un décisif déplacement aux Pays-Bas. 

Avec un point d'avance avant le sprint final, la situation de la France n'est pas catastrophique. Mais ce match au Stadium de Toulouse renvoie le vice-champion d'Europe aux doutes nés après la défaite en Suède, à son incapacité à aligner deux victoires de suite depuis près d'un an. Didier Deschamps pensait avoir trouver la bonne formule face aux Pays-Bas. Le sélectionneur a opté pour la continuité trois jours plus tard, souhaitant renforcer les automatismes. Peut-être une première erreur, même si l'idée de départ est évidemment louable.

À lire aussi
L'Australie rejoint les 8es et élimine la Jamaïque, le 18 juin 2019 Mondial féminin
Coupe du Monde féminine 2019 : l'Australie rejoint les 8es et élimine la Jamaïque

1. Un seul changement au coup d'envoi

"Ne pas être à 100% de son potentiel, ça pose moins de problème sur un match que sur un enchaînement de matches", expliquait "DD" avant de se frotter à la Hollande lorsqu'un journaliste lui soulignait le manque de temps de jeu de certains de ces cadres. Il y avait pourtant bien un deuxième match à disputer, mais un seul changement opéré par rapport au 11 aligné au coup d'envoi à Saint-Denis : Kylian Mbappé à la place de Kingsley Coman sur la droite de l'attaque. 

Reconduire Laurent Koscielny, une titularisation depuis le début de la saison avec Arsenal, aux côtés de Samuel Umtiti, n'a rien d'effarant compte tenu de la nécessité d'une complémentarité dans ce secteur particulier. En revanche, Olivier Giroud et ses 76 minutes en trois matches avec les Gunners, soit autant que contre les Pays-Bas, n'a jamais existé face à la défense luxembourgeoise.

Fallait-il lancer Mbappé d'entrée à sa place (lire ci-dessous) ? Opter pour Alexandre Lacazette, qui lui est passé devant dans la hiérarchie d'Arsène Wenger ? Prendre le risque de laisser sur le banc Antoine Griezmann, Thomas Lemar et/ou Layvin Kurzawa, trois des Bleus les plus décevants au regard de leur prestation majuscule face aux Bataves ? 

Avec Nabil Fekir, Adrien Rabiot, Corentin Tolisso, Blaise Matuidi ou Florian Thauvin, d'autres solutions existaient, même si rien ne dit que l'issue aurait été différente avec un ou plusieurs d'entre eux au coup d'envoi. Comme toujours, le débat agitera, probablement pas 65 millions de sélectionneurs, mais une quantité d'observateurs. Or, un seul homme est en poste, avec ses idées, ses choix, qui seront in fine peut-être les bons.

2. Mbappé pas à son meilleur poste

Cela n'empêche pas de poursuivre les interrogations. Kylian Mbappé peut-il jouer sur tout le front de l'attaque, était-il demandé au capitaine des champions du monde 1998 et champions d'Europe 2000 avant le match contre le Grand-Duché ? Réponse : "Oui. C'est vrai qu'il préfère un poste ou système plutôt qu'un autre (...) Il est plus attaquant axial dans un système à deux, c'est là où il fait voir de très bonnes choses, mais il a aussi été performant par moments sur le côté gauche, quelquefois à droite, mais moins". 

Pourquoi, alors, lui offrir sa première titularisation justement à droite ? Dès les premières minutes, le néo-Parisien de 18 ans a d'ailleurs permuté avec Thomas Lemar, avant de reprendre son rôle premier. S'il a été l'attaquant le plus en vue durant 30 minutes, il s'est ensuite peu à peu éteint, donnant parfois l'impression de vouloir plus jouer dans l'axe, au risque de se marcher dessus avec ses trois compères de devant.

3. Pas de changement tactique en fin de match

Plutôt que de le repositionner face au but, Deschamps a finalement décidé de le faire sortir dès l'heure de jeu, en même temps qu'Olivier Giroud. Avec Alexandre Lacazette et Kingsley Coman, le sélectionneur a pris le parti du poste pour poste, de même qu'avec Nabil Fekir à la place d'Antoine Griezmann (81e). Pas de changement tactique donc, d'attaquant supplémentaire à la place d'un milieu dans le "money-time", même si empiler les éléments offensifs ne garantit pas forcément une meilleure efficacité. 

Pas de changement non plus du côté des latéraux, alors que Layvin Kurzawa et Djibril Sidibé ont pêché dans les grandes largeurs dans leurs tentatives de centres (0 réussi sur 17 pour le premier, 1 sur 17 pour le second). Benjamin Mendy, certes, n'était pas là pour suppléer Kurzawa à gauche. À droite, la convocation de Christophe Jallet (33 ans), en difficulté avec Nice, laisse songeur. Son expérience aurait toutefois pu payer dans ce genre de rencontre cadenassée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coupe du Monde Équipe de France de football Didier Deschamps
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789953524
France-Luxembourg : les 3 choix de Deschamps qui posent question
France-Luxembourg : les 3 choix de Deschamps qui posent question
DÉCRYPTAGE - Reconduire la même équipe que face aux Pays-Bas à une exception près, Mbappé à droite de l'attaque, n'a pas porté ses fruits, dimanche 3 septembre à Toulouse face au 136e au classement FIFA.
https://www.rtl.fr/sport/football/france-luxembourg-les-3-choix-de-deschamps-qui-posent-question-7789953524
2017-09-04 13:50:34
https://cdn-media.rtl.fr/cache/G27qFiB4re1wWTJnpxoUbw/330v220-2/online/image/2017/0904/7789953552_kylian-mbappe-sert-la-main-de-son-selectionneur-dimanche-3-septembre-2017-a-toulouse.jpg