1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Fifa : Maradona et Romario veulent nettoyer le football sud-américain
3 min de lecture

Fifa : Maradona et Romario veulent nettoyer le football sud-américain

À la suite de la vague d'arrestations de dirigeants de la Fifa mercredi 27 mai à Zurich, des gloires du football sud-américain ont exprimé leur satisfaction.

Maradona a toujours été critique envers Joseph Blatter
Maradona a toujours été critique envers Joseph Blatter
Crédit : KHALIL MAZRAAWI / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

C'est le grand scandale du jour dans le monde du football, et dans l'actualité tout court. Sept membres de la Fifa ont été arrêtés à Zurich à la suite d'une vaste enquête du FBI. Sur les sept responsables de la Fifa soupçonnés de corruption et arrêtés, cinq sont latino-américains: un coup dur pour ce continent, habitué à fournir les plus grandes stars du football, dont plusieurs élèvent déjà la voix. 

"Je me réjouis, car j'en parlais depuis longtemps", s'est empressé de déclarer l'Argentin Diego Maradona, rappelant que cela fait quinze ans qu'il dénonce la corruption dans ce sport, notamment en Amérique du Sud où plusieurs clubs et fédérations ont déjà été impliqués dans des scandales. 

Un mal endémique en Amérique du Sud

"On m'a traité de fou. Aujourd'hui le FBI dit la vérité", a-t-il expliqué sur une radio argentine, ajoutant amer: "Aujourd'hui, il n'y a plus de football, il n'y a pas de transparence. Arrêtez de mentir aux gens et de faire un dîner spectacle pour réélire Blatter". Il y a quelques jours, le vainqueur de la Coupe du monde avec l'Argentine en 1986 qualifiait Joseph Blatter, à la tête de la Fifa depuis 1998 et en quête d'un cinquième mandat, de "dictateur à vie". 

Parmi les détenus mercredi figurent l'Uruguayen Eugenio Figueredo, vice-président exécutif de la Fifa et ex-président de la Confédération sud-américaine (Conmebol), et le Brésilien José Maria Marin, membre du Comité d'organisation de la Fifa pour le football olympique. Le Paraguayen Nicolas Leoz, ancien président de la Conmebol, est lui aussi mis en cause par la justice américaine, mais se trouve actuellement dans son pays.  
   
Figueredo et Leoz, octogénaires tous les deux, sont les derniers représentants d'une génération menée par l'Argentin Julio Grondona, ancien vice-président de la Fifa aujourd'hui décédé, et le Brésilien Joao Havelange, ancien président de l'organisation. Signe des problèmes qui existaient déjà dans l'institution sportive, tant Grondona que Havelange ont été éclaboussés au cours des années par différents scandales de corruption et malversation. 

Romario et Chilavert à l'avant-garde de la critique

À lire aussi

Dans un continent où le football est roi, l'annonce d'un nouveau scandale a suscité l'indignation. Au Brésil, le gouvernement et la Confédération de football (CBF) ont apporté immédiatement leur soutien à l'enquête, malgré l'implication présumée de José Maria Marin, vice-président de la CBF. "Je pense que cela ne peut être que bénéfique pour le Brésil. Et je pense que si l'on enquête, il faut enquêter sur toutes les Coupes, toutes les activités", a déclaré la présidente Dilma Rousseff. 

La justice américaine va enquêter sur l'attribution du Mondial-2014 au Brésil, selon les médias brésiliens. "Il n'y a aucune preuve en ce qui concerne notre Coupe du monde, nous sommes très tranquilles", a assuré le ministre des Sports George Hilton. Par ailleurs, d'autres anciennes stars du ballon rond sud-américain ont manifesté leur dégoût. 

"La place du voleur, c'est en prison!", a lancé l'ancien attaquant vedette de la Seleçao Romario, aujourd'hui sénateur de Rio de Janeiro. "Beaucoup de corrompus et de voleurs qui font du mal au football ont été arrêtés", a affirmé Romario, et "j'espère que cela aura des répercussions positives et que ce sera appliqué en Amérique du Sud". 

Blatter doit démissionner pour raisons d'éthique

José Luis Chilavert

"Je pense que quelque chose va changer, parce qu'il y a une attente, du moins de ma part, pour que Blatter aussi soit arrêté. Et que nous puissions avoir des dirigeants qui soient des personnes dignes". Même attente pour l'ancien gardien de but et capitaine de l'équipe du Paraguay, José Luis Chilavert: "Blatter doit démissionner pour raisons d'éthique et des candidats nouveaux doivent se présenter, pour le bien du football".

Romario et Chilavert avaient formé ensemble un courant d'ex-footballeurs qui ont tenté à une époque de prendre le pouvoir des instances footballistiques  sud-américaines. Ce courant voulait en finir "avec le gaspillage qui venait de Havelange, de Blatter. Le chef de la mafia n'est plus là : c'était Grondona", a affirmé Chilavert. 

L'Amérique latine est notamment critiquée pour son habitude de diviser les droits des joueurs en plusieurs propriétaires, dont des fonds d'investissement,  une pratique qui génère beaucoup d'argent mais fragilise les footballeurs. La Fifa a annoncé en septembre sa prochaine interdiction.  

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/