1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. FFF : un candidat à la présidence dénonce "une secte" et "une dictature"
1 min de lecture

FFF : un candidat à la présidence dénonce "une secte" et "une dictature"

RÉACTION - David Donadei souhaite "donner le droit de vote à chaque licencié" pour l'élection suprême du football français, actuellement régie par un système de grands électeurs.

Noël Le Graët sera-t-il réélu pour un 2e mandat à la tête de la Fédération française de football ? Verdict le samedi 18 mars 2017
Noël Le Graët sera-t-il réélu pour un 2e mandat à la tête de la Fédération française de football ? Verdict le samedi 18 mars 2017
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
FFF : un candidat à la présidence dénonce "une secte" et "une dictature"
00:28
Gregory Fortune & Nicolas Georgereau

2017, année d'élections présidentielles en France. Un peu plus d'un mois avant le choix du futur chef de l'État, les dimanche 22 avril (1er tour) et 6 mai (2e tour), se déroule celui du prochain patron de la Fédération française de football, le samedi 18 mars. Quatre listes seront en concurrence, menées par le président en exercice depuis juin 2011, Noël Le Graët, le président du club de Nancy, Jacques Rousselot, le président de l'Association française du football amateur (AFFA), Éric Thomas, et David Donadei. 

Ce dernier a présenté son programme lundi 27 février en tirant tous azimuts sur ses adversaires. La principale volonté de ce personnage iconoclaste de 48 ans : donner le droit de vote à chaque licencié, alors que le président est actuellement élu par des grands électeurs. "Moi j'ai pas peur de le dire, je trouve que c'est une secte le football en France, tacle-t-il. C'est géré par des gens qui aiment leur intérêt. Tout le monde sert sa personne mais ne sert pas le football. Pourquoi un licencié aurait le droit de se présenter et n'aurait pas le droit de voter ? Je trouve que c'est anti-démocratique, totalement obsolète et complètement de la dictature".

Éducateur, comédien, ancien président d'un club du 20e arrondissement de Paris radié de la FFF en août dernier, entraîneur d'un club au Rwanda durant quelques mois en 2015, David Donadei n'a visiblement pas peur des mots et ne manque pas d'ambition. "On va être la liste qui va peser sur la candidature, lance-t-il encore. Pourquoi ? Parce qu'on a quand même beaucoup de billes". Lesquelles ? "Des choses que la presse et le monde du football devra connaître" et qu'il promet de "sortir", sans en dire davantage. Il lui reste 19 jours pour le faire.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/