2 min de lecture Ligue 1

Fekir défendu par Jallet, qui estime qu'on en demande trop aux footballeurs

RÉACTION - Le défenseur de Nice, passé par Lyon de 2014 à 2017, s'élève contre l'exemplarité réclamée aux footballeurs, au lendemain de l’envahissement de terrain à Saint-Étienne lors du derby.

Les Sports du Grand Soir
Les Sports du Grand Soir du 06 novembre 2017
Crédit Média : Christophe Pacaud Crédit Image : CIAMBELLI/SIPA
Voir la suite

De Saint-Étienne à Lyon en passant par Clairefontaine, le geste de Nabil Fekir la veille au stade Geoffroy-Guichard aura occupé toute la journée de lundi 6 novembre. Provocation inacceptable pour de nombreux supporters des Verts, "petite erreur de jeunesse" pour Bafétimbi Gomis, "peut-être pas un geste à faire" pour l'intéressé, cette exhibition de maillot au pied du kop sud de Saint-Étienne a même fait réagir le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps.

En fin de journée, une voix légèrement discordante s'est faite entendre, celle de Christophe Jallet. "On en demande énormément (aux footballeurs, ndlr), on n'a pas le droit à la moindre petite erreur", regrette l'actuel défenseur de Nice, coéquipier de Fekir entre 2014 et 2017. "C'est vrai qu'on a une image et qu'on véhicule des valeurs, donc il faut essayer de le faire de la meilleure des manières. Mais ça n'empêche pas qu'on reste des hommes et qu'on a le droit à l'erreur".

C'est une fausse polémique qui est en train de se monter

Christophe Jallet, défenseur de Nice
Partager la citation

Avec les médias, les réseaux sociaux, chaque événement "prend tout de suite des proportions un petit peu démesurées", poursuit le latéral de 34 ans. "Maintenant, on demande à des joueurs de rester maîtres d'eux sur le terrain quand il y a des choses qui ne font pas plaisir, quand il y a des décisions arbitrales qui ne sont pas en votre faveur, quand on reçoit des coups. Donc, on peut imaginer qu'on demande la même chose à des supporters quand on les chambre un petit peu".

"C'est une fausse polémique qui est en train de se monter, conclu Jallet (...) Moi, le geste que je retiens, c'est l'attentat qu'il a subi plus le fait qu'il a nargué le public. C'est vraiment de bonne guerre, c'est un derby. Il (Fekir, ndlr) a ramassé tout le match, c'était peut-être une façon de dire 'vous m'en avez mis plein la tête mais je suis encore présent et j'ai répondu de la meilleure des manières sur le terrain'".

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés