3 min de lecture FC Barcelone

FC Barcelone : les conséquences de l'élection de Bartomeu à la présidence du club

DÉCRYPTAGE - Josep Maria Bartomeu a été reconduit à la tête du Barça après avoir recueilli 54,63% des voix lors de l'élection de samedi.

Le président du Barça, Josep Maria Bartomeu, lors d'une conférence de presse, le 24 janvier 2014, à Barcelone (archives).
Le président du Barça, Josep Maria Bartomeu, lors d'une conférence de presse, le 24 janvier 2014, à Barcelone (archives). Crédit : JOSEP LAGO / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon
Journaliste RTL

Le FC Barcelone a fait le choix de la continuité. Les socios, supporters membres et actionnaires du club espagnol, ont fait le choix de reconduire Josep Maria Bartomeu à la présidence, samedi 18 juillet. L'homme d'affaires de 52 ans a obtenu 54,63% des suffrages. Bien qu'il reste à la tête de la direction, c'est en fait la première fois qu'il est directement élu car il avait hérité du pouvoir en 2014 après la démission de Sandro Rosell.

Avec ce résultat, le club omnisports catalan ne devrait pas connaître de grands bouleversements. Mais l'homme de 52 ans avait besoin de ce résultat pour asseoir sa légitimité et apporter quelques petites retouches à cette puissante structure économique et sportive.

Pogba, ça se refroidit

Comme la plupart des autres grands clubs de football et même s'il est interdit recrutement jusqu'en janvier 2016, le FC Barcelone porte un intérêt tout particulier pour Paul Pogba, considéré comme l'un des tout meilleurs espoirs. Mais si Josep Maria Bartomeu a déjà fait savoir qu'il apprécie et suit de près le Français, il a toutefois d'ores et déjà prévenu qu'une signature n'est pas d'actualité, précisant que le milieu de la Juventus "n'est pas une priorité" de l'entraîneur Luis Enrique.

De surcroît, une récente déclaration de l'agent de Paul Pogba semblait indiquer qu'une élection de Joan Laporta aurait été plus intéressante pour les négociations. "Si Laporta gagne l'élection présidentielle, Pogba a de bonnes chances de rejoindre le Barça. Il faudra bien entendu parler avec moi et avec la Juventus, mais ça peut se faire", déclarait récemment Mino Raiola à l'agence de presse espagnole EFE.

L'entraîneur Luis Enrique prend du galon

À lire aussi
Lionel Messi à Paris le 2 décembre 2019 Ballon d'Or
Ballon d'Or 2019 : Lionel Messi sacré pour la 6e fois

Pour sa campagne, Josep Maria Bartomeu s'est appuyé sur un bilan sportif exceptionnel étant donné que l'équipe de Luis Enrique a remporté le championnat d'Espagne, la Coupe du Roi mais aussi la Ligue des champions. Un triplé dû en grande partie aux performances du trio d'attaque Messi-Suarez-Neymar. Excepté le Ballon d'or argentin, les deux autres ont été recrutés sous la direction de l'actuel président. Pour Neymar, il était plus précisément vice-président, ce qui l'a d'ailleurs conduit à être mis en examen pour fraude fiscale dans le cadre de ce transfert opaque du Brésilien.

Du coup, le patron du Barça ne compte pas faire de folies pour renforcer un effectif déjà riche en qualité, d'où la réticence de recruter Pogba. En fait, il a obtenu aux élections la confiance qu'il avait lui-même donnée à Luis Enrique lorsque ce dernier était en froid avec Lionel Messi. Au vu des résultats, force est de constater que les bonnes décisions ont été prises au sujet de l'entraîneur. D'ailleurs, le coach compte bien l'écouter et c'est pour cela qu'il a fait venir Aleix Vidal et Arda Turan, deux joueurs loin des meilleures références mais demandés par Luis Enrique, dont l'influence sur la politique sportive a grandi.

L'ouverture du Barça à l'international va continuer

C'est probablement le point où les divergences avec Joan Laporta étaient les plus fortes. D'un côté, ce dernier prônait une mise en valeur de l'identité catalane du club. De l'autre, Josep Maria Bartomeu préfère donner une "impulsion à la mondialisation du club". C'est d'ailleurs avec Rosell et lui, en 2013, que la compagnie aérienne Qatar Airways est devenue le sponsor maillot de l'équipe. Un partenariat renouvelé jusqu'en 2019 sous sa présidence et souvent dénoncé par ses principaux détracteurs. Et alors que Laporta faisait de la relation avec l'Unicef une des priorités, en pied de nez aux liens avec le Qatar, Bartomeu a mis en avant dans son programme une "nouvelle ouverture à New York et dans deux marchés principaux : l'Asie et l'Amérique latine.

Vers une refonte du Camp Nou

L'élection de Bartomeu a également permis de valider le gigantesque projet dit Espai Barça ("Espace Barça" en français). Ce projet d'un coût de près de 600 millions d'euros vise à ré-urbaniser le stade Camp Nou et ses alentours, à construire une nouvelle salle Palau Blaugrana pour les sections de basket et de handball notamment et même à faire naître un nouveau Mini Estadi, le terrain utilisé par l'équipe B de football.

Pour le Camp Nou, le club souhaite faire passer la capacité d'accueil de 99.000 à 105.000 places. L'enceinte serait reconstruite portion par portion, au même endroit, et pourrait continuer à accueillir des matches pendant les travaux. Enfin, Bartomeu souhaite ouvrir un "observatoire et université du FC Barcelone", afin de proposer, entre autres, des formations de marketing et communication, relations internationales et médecine du sport.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
FC Barcelone Foot étranger Liga
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants