1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Euro 2016 : pourquoi la France va très probablement battre l'Islande
3 min de lecture

Euro 2016 : pourquoi la France va très probablement battre l'Islande

DÉCRYPTAGE - Les Bleus vont affronter l'Islande en quarts de finale de l'Euro, dimanche 3 juillet à Saint-Denis, et ont de bonnes raisons d'être confiants.

Dimitri Payet qui embrasse le pied d'Antoine Griezmann à l'Euro 2016 - 26 juin 2016
Dimitri Payet qui embrasse le pied d'Antoine Griezmann à l'Euro 2016 - 26 juin 2016
Crédit : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Sébastien Martins

C'est la belle histoire de cet Euro 2016. L'Islande, dont tout le monde sait désormais qu'elle compte 325.000 habitants, est en quarts de finale de la compétition. Les hommes de Lars Lagerback vont affronter la France au prochain tour et il serait de bon ton que le conte de fées s'arrête là. Suite à la prestation islandaise contre l'Angleterre, nombreux sont ceux qui croient en un exploit des Vikings au Stade de France, dimanche 3 juillet. Pourtant, de nombreux éléments laissent à penser que les Bleus s'en sortiront sans trembler.

Fini l'effet de surprise. Si les Three Lions ont sous-estimé l'Islande, ce ne sera pas le cas de la France. Les hommes de Didier Deschamps sont prévenus. Ils auront d'ailleurs très certainement étudié de près les performances des Islandais lors de la phases de poules et des 8es. Autant dire qu'il ne faudra pas espérer surprendre les Bleus sur des longues touches.

Plus de talent et d'expérience

Si la France peut être confiante avant cette rencontre, c'est aussi et surtout parce qu'elle est tout simplement meilleure que son adversaire. Sur le papier, les Bleus sont largement au-dessus de l'Islande. Malgré tout le courage et la combativité démontrée par les hommes de Lars Lagerback, l'équipe de France possède bien plus de talent dans son effectif. 

En effet, aucun joueur de l'Islande n'évolue dans un grand club européen. D'ailleurs, l'attaquant Kolbeinn Sigthorsson, buteur contre l'Angleterre, joue à Nantes et n'a pas impressionné dans le championnat de France (3 buts en 19 matches). Didier Deschamps dispose, lui, de joueurs tels qu'Antoine Griezmann et Paul Pogba, titulaires indiscutables dans les plus grands clubs européens.

À lire aussi

Cette équipe d'Islande ne démérite certes pas mais elle manque d'expérience au plus haut niveau. Tôt ou tard, cela va lui jouer des tours. Un rapide coup d’œil au CV de certains de nos Bleus, comme Patrice Evra (77 sélections, trois finales de Ligue des champions), permet de voir le fossé qui sépare les deux nations. Nul doute que les tombeurs des Three Lions vont ressentir une pression particulière au moment de disputer le premier quart de finale de leur carrière dans une compétition majeure.

Les Bleus aiment les équipes regroupées

L'Angleterre a été gênée par le bloc défensif islandais mais ça ne devrait pas être le cas des tricolores. Depuis le début de la compétition, les Bleus ont à chaque fois ou presque (sauf contre la Suisse) joué contre des équipes "plus faibles", jouant bas et s'appuyant sur un bloc compact. Et même si cela a parfois été compliqué, ils ont toujours trouvé la faille que ce soit contre la Roumanie (2-1), l'Albanie (2-0) ou l'Irlande (2-1). Les deux buts encaissés par les hommes de Deschamps l'ont par ailleurs été sur penalty et donc pas dans le jeu. De quoi être confiants.

Enfin, dernier motif d'espoir. En fin de match contre l'Angleterre, les Islandais sont apparus émoussés et ont failli subir le contrecoup des efforts fournis durant le premier acte. Heureusement pour eux, l'Angleterre a manqué de lucidité et de réalisme. En revanche, la France affectionne tout particulièrement le money-time, avec trois buts inscrits entre la 89ème et la 96ème minute, contre la Roumanie et l'Albanie. Les Bleus semblent plus frais physiquement que leurs adversaires depuis le début du tournoi et sont également avantagés par le calendrier (deux jours de récupération en plus). La France peut également compter sur l'apport de ses remplaçants talentueux et capables de faire des différences, à l'image de Kingsley Coman.

Euro 2016 : le tableau de la phase finale
Euro 2016 : le tableau de la phase finale
Crédit : AFP
La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/