1 min de lecture Football

Euro 2012 - Groupe C : l'Italie fait trembler l'Espagne !

Le champion a vacillé. L'Espagne, championne du monde et tenante du titre à l'Euro, a failli boire la tasse pour son entrée dans le Groupe C de l'Euro 2012 face à l'Italie (1-1). Les Italiens, bien en place, ont ouvert le score par Di Natale (61ème) avant que Fabregas, aligné au poste d'avant-centre, n'égalise dans la foulée (64ème). Pourtant dominateurs, les Espagnols n'ont pas réussi à trouver la clé du solide bloc défensif d'une équipe italienne qui s'est elle rassurée. A 20h45, l'autre match du groupe oppose l'Irlande à la Croatie.

Antonio Di Natale, qui a ouvert le score pour l'Italie, a fait très peur à l'Espagne de Casillas
Antonio Di Natale, qui a ouvert le score pour l'Italie, a fait très peur à l'Espagne de Casillas Crédit : AFP/G.Casace
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

Bouton revivez

Fabregas répond à Di Natale

Dominatrice, mais sous la menace d'une Italie séduisante et compétitrice, la Roja a réussi à revenir au score au prix de nombreux efforts après l'ouverture du score de Di Natale, le génial buteur méconnu de l'Udinese, à l'heure de jeu (61). A peine entré à la place de Balotelli qui venait de gâcher une énorme occasion, l'attaquant de l'Udinese a crucifié Casillas sur une ouverture au millimètre de Pirlo.

L'Espagne n'a pas mis longtemps pour égaliser. Trois minutes plus tard, Fabregas, titulaire surprise dans l'axe de l'attaque, a trouvé la faille en devançant la sortie de Buffon à la réception d'une superbe passe en profondeur de Silva.

Comme il y a quatre ans (0-0), les deux équipes se sont quittées sur un match nul. Mais point de tirs au but à l'arrivée pour les départager (les Espagnols étaient finalement venus à bout des Azzurri 4-2 à l'époque). Cette fois leur sort dans cet Euro dépendra de leurs matches contre l'Eire pour l'Espagne et la Croatie pour l'Italie, jeudi, pour déterminer leur sort dans ce groupe C.

A l'exception des vingt dernières minutes où ils ont haussé le rythme, les hommes de Del Bosque ont été gênés aux entournures par la pression élevée des Italiens qui se sont souvent créé les occasions les plus franches, sous l'impulsion d'un Cassano irrésistible.  Les Espagnols auraient certes pu l'emporter dans la dernière ligne droite, mais Torres, entré en pointe à la place de Fabregas, a mal négocié ses deux balles de match (75e, 85e). 

Un trident espagnol aphone
 
Avant le match, Del Bosque avait voulu surprendre son monde en alignant Fabregas à la place d'un avant-centre pur comme Torres ou Negredo. Et jusqu'au but du Catalan, ce choix ne portait pas ses fruits. D'autant que l'Italie joueuse et appliquée a bien empêché les milieux espagnols de développer leur jeu.  Heureusement pour la Roja, Casillas a permis aux siens de ne pas payer comptant cette absence d'inspiration.

Le portier madrilène a d'abord détourné un coup franc signé Pirlo (13e). Avant de signer deux nouvelles interventions décisives sur une frappe de Cassano (23e), puis, juste avant la pause, sur une tête à bout portant de Thiago Motta (45), une nouvelle fois servi par Cassano.

Côté espagnol, les occasions ont été plutôt rares au cours des 45 premières minutes. Juste avant la pause, Iniesta, magnifiquement servi par Xavi, a eu l'occasion d'ouvrir le score, mais sa frappe en première intention filait au-dessus des cages de Buffon (45+1).  En seconde période, l'Espagne, consciente qu'elle n'avait pas donné son plein rendement, revenait avec d'autres intentions. Mais Di Natale a surgi...

Heureusement pour les joueurs de Del Bosque, le doute n'a pas plané longtemps, Fabregas ayant permis aux champions en titre d'éviter pareille mésaventure qu'au Mondial 2010, lorsqu'ils s'étaient inclinée d'entrée contre la Suisse (1-0)

Les Italiens, eux, semblent avoir oublié le scandale des matchs truqués qui secoue actuellement le football transalpin. Petit rappel, en 1982, le "Totonero" venait de traumatiser le Calcio et la Squadra avait remporté le titre mondial, dans le sillage d'un Paolo Rossi suspendu deux ans dans cette affaire. En 2006, l'Italie avait également remporté le titre, en plein scandale du "Calciopoli". Et les joueurs de la Juventus, dans la tourmente, avaient été décisifs. Bis repetita ?

Les réactions :

Vicente Del Bosque (sélectionneur de l'équipe d'Espagne) : "Je ne termine pas ce match frustré. Je pense que notre effort a été extraordinaire face à une équipe qui ne s'est pas contentée de bien défendre. L'Italie nous a joués d'égal à égal. Nous avons choisi de commencer avec Fabregas parce que nous voulions une certaine sécurité au milieu du terrain et pouvoir bien combiner face à un adversaire qui nous a fait subir une grosse pression.  Le fait qu'ils nous aient empêchés d'avoir une bonne maîtrise du jeu en première période ne m'a pas étonné: c'est une équipe expérimentée. Par rapport à l'entrée en jeu de Fernando Torres, je pense que le moment où je le lance en deuxième période est idéal parce que c'est un moment où le match est en train de s'ouvrir. A cet instant, c'était le profil de Torres qui pouvait nous apporter quelque chose" 

Cesare Prandelli (sélectionneur de l'équipe d'Italie): "Cela a été un match très intense. Nous avons tenté de mettre la pression sur les Espagnols et pendant 60 minutes, nous avons joué avec trois défenseurs. Quand nous étions en possession du ballon, nous en faisions bon usage. Ce qui me laisse insatisfait, c'est la rapidité avec laquelle ils égalisent. Peut-être aurions nous dû continuer à contrôler davantage le match à ce moment-là. Sur la décision de l'Espagne de jouer sans véritable avant-centre, cela nous a un peu surpris. Mais après en avoir brièvement parlé avec les joueurs, nous avons décidé de nous en tenir à notre plan de bataille. Je sens tous mes joueurs à 100%, mais pour la suite, nous devons encore améliorer de nombreux aspects."

Andres Iniesta (milieu de l'équipe d'Espagne): "Je sors de ce match avec une sensation mi-figue mi-raisin (Iniesta a été élu meilleur joueur du match). Nous commençons par un match nul alors que nous visions la victoire. Le match a été intense. L'Italie possède des joueurs d'une qualité très élevée, c'est pour moi l'une des favorites de cet Euro. Leur niveau ne m'a pas surpris. Je connais très bien ses milieux qui délivrent toujours la passe juste et devant, ils ont des pointes qui vont très vite. Notre égalisation a été fondamentale. Revenir rapidement au score nous a permis de leur résister et de nous remettre dans le match. Après nous avons eu des occasions pour l'emporter, mais nous avons péché dans la finition." 

Andrea Pirlo (milieu de l'équipe d'Italie): "Nous sommes très contents du résultat, face aux champions du monde en titre. Peut-être qu'avec un peu plus de concentration en deuxième période, nous aurions pu préserver ce score de 1-0 en notre faveur. Mais le bilan est tout de même très positif. Je pense que c'est un résultat juste. Sur le mauvais état de la pelouse (à propos de laquelle s'est plaint l'équipe d'Espagne, ndlr), il a posé des problèmes aux deux équipes, pas qu'à l'Espagne

 Point du Groupe C :
   Dimanche:
   Espagne - Italie                               1 - 1
   Eire - Croatie                                 1 - 3
   Classement:                 Pts   J   G   N   P  bp  bc dif
   1. Croatie                   3   1   1   0   0   3   1   2
   2. Espagne                   1   1   0   1   0   1   1   0
   . Italie                    1   1   0   1   0   1   1   0
   4. Eire                      0   1   0   0   1   1   3  -2 
   Reste à jouer  :
   14/06 (18h00): Italie - Croatie
   14/06 (20h45): Espagne - Eire
   18/06 (20h45): Croatie - Espagne
   18/06 (20h45): Italie - Eire 

EURO 2012 : LE DOSSIER SPECIAL DE LA REDACTION

Dossier bandeau promo Euro 2012

ANIMATION : les groupes de la compétition
(cliquez sur l'image)

Euro 2012 : les groupes

LAISSEZ VOS COMMENTAIRES SUR LE BLOG DE "ON REFAIT LE MATCH" :

Le blog Foot de RTL

Lire la suite
Football Infographie Espagne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7749304378
Euro 2012 - Groupe C : l'Italie fait trembler l'Espagne !
Euro 2012 - Groupe C : l'Italie fait trembler l'Espagne !
Le champion a vacillé. L'Espagne, championne du monde et tenante du titre à l'Euro, a failli boire la tasse pour son entrée dans le Groupe C de l'Euro 2012 face à l'Italie (1-1). Les Italiens, bien en place, ont ouvert le score par Di Natale (61ème) avant que Fabregas, aligné au poste d'avant-centre, n'égalise dans la foulée (64ème). Pourtant dominateurs, les Espagnols n'ont pas réussi à trouver la clé du solide bloc défensif d'une équipe italienne qui s'est elle rassurée. A 20h45, l'autre match du groupe oppose l'Irlande à la Croatie.
https://www.rtl.fr/sport/football/euro-2012-groupe-c-l-italie-fait-trembler-l-espagne-7749304378
2012-06-10 19:59:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Zgp2BhyAxDmbS3u1cN9liQ/330v220-2/online/image/2012/0610/7749309144_antonio-di-natale-qui-a-ouvert-le-score-pour-l-italie-a-fait-tres-peur-a-l-espagne-de-casillas.jpg