1 min de lecture Football

Euro 2012 - Groupe C : l'Italie et la peur du "'biscotto"

L'Italie a impérativement besoin d'une victoire contre l'Eire de Giovanni Trapattoni, lundi à Poznan (20h45), pour aller en quarts de finale de l'Euro 2012, avant de s'inquiéter d'une entente (le fameux "biscotto") entre Espagne et Croatie qui l'éliminerait.

Gianluigi Buffon ne croit pas à un arrangement entre l'Espagne et la Croatie
Gianluigi Buffon ne croit pas à un arrangement entre l'Espagne et la Croatie Crédit : AFP / F.Coffrini
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

Bouton action par action

Buffon n'y croit pas, Piqué dégonfle la polémique


"Mamma mia... Ca fait deux jours qu'on ne parle que de ça", peste Gianluigi Buffon sur sa page Facebook. Biscotto-ci, biscotto-là, biscotto partout, Comme si les autres n'avaient pas le droit de se sentir offensé par de telles allusions, qui n'appartiennent en fait qu'à nous."  Le gardien et capitaine de la "Nazionale" martèle que ni lui ni les joueurs n'envisagent qu'il puisse y avoir un nouveau "biscotto".

"Comme si admettre que nos adversaires ont été meilleurs que nous était un camouflet inacceptable pour notre ego, ajoute-t-il, comme si pour cacher notre manque de confiance et notre fragilité nous avions toujours besoin d'alibis (...), comme si, au bout de ces jours de chasse aux sorcières, on découvrait qu'à l'étranger ils sont meilleurs que nous."

A l'Euro-2004, l'Italie avait été éliminée par un 2-2 entre la Suède et le Danemark, après avoir cru à la qualification sur un but d'Antonio Cassano dans le temps additionnel contre la Bulgarie (2-1). Mais la Suède avait égalisé contre le Danemark, dans un match joué à fond, et au-dessus de tout soupçon.

Les adversaires de 2012 nient en bloc. "Les Italiens peuvent être tranquilles, assure le Croate Luka Modric. Ce sont des idioties de parler de pacte, ça ne fait pas de bien au football. Je suis sûr que les deux équipes joueront toutes les deux pour gagner".

"On jouera pour gagner. Les combines, ça ne nous intéresse pas", ajoute l'Espagnol Gerard Piqué. Buffon emporte le dernier mot: "Pensons à nous et cherchons à gagner, le reste ce sont des paroles en l'air, discours de bistrot, conjectures de médiocres et arguments de perdants." 

L'Irlande, un fragile adversaire

"Comme si on avait déjà gagné le match contre l'Eire", s'énerve Gianluigi Buffon sur sa page Facebook. Pour leur gardien et capitaine, les Italiens ne doivent pas sous-estimer l'orgueil des Verts, corrigés par l'Espagne (4-0) et soucieux de ne pas rentrer "les mains vides", comme dit l'attaquant Robbie Keane.

Les Irlandais ont concédé un but dans les cinq premières minutes de leurs deux premiers matches. Ils vont finir par retenir la leçon, et les Italiens pourraient s'énerver s'ils ne trouvent pas le chemin du but. Cesare Prandelli a analysé les fins de matches fébriles de son équipe comme le fruit d'une certaine fragilité mentale, après avoir d'abord cru à une panne physique.

Le sélectionneur a annoncé "trois à quatre changements" dans son onze de départ. La défense à cinq alignée aux deux premiers matches reste la plus probable, mais il a aussi testé samedi selon des journalistes italiens qui ont levé son huis clos, un schéma à quatre défenseurs.

Andrea Barzagli, de retour de blessure, pourrait reprendre sa place au centre de la défense. Prandelli pourrait également intervertir ses arrières-milieux excentrés, qui ont beaucoup donné physiquement, Ignazio Abate pour Christian Maggio à droite, et Federico Balzaretti pour Emanuele Giaccherini à gauche. 

Balotelli ou not Balotelli ?
 
La grande inconnue concerne l'attaque. Prandelli croit en Mario Balotelli, mais n'a pas envie de "s'époumoner" après lui pour qu'il respecte la tactique. Si le boudeur buteur de Manchester City n'est pas titularisé une troisième fois de rang, Antonio Di Natale jouera au côté d'Antonio Cassano.

"Balo", qui a connu une petite alerte à l'entraînement la veille, figure dans le groupe. Mais s'il joue, il faut qu'il "se lâche", l'encourage le milieu Claudio Marchisio, et retrouve son instinct de buteur.

Les Italiens ne comptent que deux points. Ils se sont déjà trouvés dans une telle situation. Au Mondial 2010, ils étaient passés à la trappe en perdant contre la Slovaquie (3-2), mais en 1982 cela ne les avait pas empêché de terminer champions du monde. Au Mondial 1994 ils étaient passés par un chas encore plus étroit (un point en deux matches, après une défaite... contre l'Eire) pour atteindre la finale.

Les "Azzurri" ne peuvent compter sur aucune complaisance de l'Eire et de ses techniciens italiens, Trapattoni et Marco Tardelli, son adjoint. Eliminés, "nous jouerons avec moins de pressions", assure ce dernier à la Gazzetta dello sport. "C'est un match décisif pour nous et pour eux, nous ne voulons pas terminer avec zéro point, et c'est aussi une question d'orgueil et de respect pour notre public, qui est venu si nombreux", assure Tardelli.

Les différents cas de figure :


L'Espagne est qualifiée:
   - si elle ne perd pas
   - si elle perd et si l'Italie ne bat pas l'Eire 

La Croatie est qualifiée :
   - si elle bat l'Espagne
   - si l'Italie perd
   - si elle fait match nul par au moins 2 à 2
   - si elle fait match nul 1 à 1 et si l'Italie gagne (1-0, 2-0 ou 2-1) 

L'Italie est qualifiée :
   - Si elle gagne et que l'Espagne ou la Croatie perd
   - Si elle gagne et que la Croatie fait match nul 0 à 0
   - Si elle gagne par une autre victoire que 1-0, 2-0, 2-1 ou 3-2, pendant que la Croatie fait match nul 1 à 1 contre l'Espagne (pour info à 3-1, l'Italie passe au coeff UEFA) 

L'Eire est éliminée 

Euro 2012 : le point sur le groupe C :

Jeudi :
Italie - Croatie : 1 - 1
Espagne - Irlande : 4 - 0 
 
Classement:                 Pts   J   G   N   P  bp  bc dif
1. Espagne                   4   2   1   1   0   5   1   4
2. Croatie                   4   2   1   1   0   4   2   2
3. Italie                    2   2   0   2   0   2   2   0
4. Irlande                      0   2   0   0   2   1   7  -6 ELIMINEE 
  
Reste à jouer :
18/06 (20h45): Croatie - Espagne
18/06 (20h45): Italie - Irlande

EURO 2012 : LE DOSSIER SPECIAL DE LA REDACTION

Dossier bandeau promo Euro 2012

ANIMATION : les groupes de la compétition

(cliquez sur l'image)

Euro 2012 : les groupes

ANIMATION : présentation des 16 équipes de l'Euro 
(cliquez sur l'image)

 Les groupes, le calendrier, les équipes : présentation des 16 équipes de l'Euro

ANIMATION - Les stades de l'Euro 2012 et le programme des matchs
(cliquez sur l'image)
ANIMATION : Les stades de l'Euro 2012

LAISSEZ VOS COMMENTAIRES SUR LE BLOG DE "ON REFAIT LE MATCH" :

Le blog Foot de RTL

Jeu pronostic Euro 2012

Lire la suite
Football Infographie Italie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7749637266
Euro 2012 - Groupe C : l'Italie et la peur du "'biscotto"
Euro 2012 - Groupe C : l'Italie et la peur du "'biscotto"
L'Italie a impérativement besoin d'une victoire contre l'Eire de Giovanni Trapattoni, lundi à Poznan (20h45), pour aller en quarts de finale de l'Euro 2012, avant de s'inquiéter d'une entente (le fameux "biscotto") entre Espagne et Croatie qui l'éliminerait.
https://www.rtl.fr/sport/football/euro-2012-groupe-c-l-italie-et-la-peur-du-biscotto-7749637266
2012-06-18 08:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Rnjpl3iWgnZeWM9xQuYXzA/330v220-2/online/image/2012/0602/7748970576_gianluigi-buffon-n-a-joue-qu-une-mi-temps-morgan-de-sanctis-febrile-l-a-remplace.jpg