1 min de lecture Sport

Equipe de France : la deuxième vie de Réveillère

"Quand on m'appelle, je viens en courant", a assuré lundi à Metz, où l'Equipe de France disputera mardi son match de qualification de l'Euro 2012 contre le Luxembourg, le défenseur Anthony Réveillère, bon samedi contre la Roumanie après avoir remplacé Sagna au pied levé. Un retour en fanfare pour le Lyonnais, qui, à 30 ans, retrouve une seconde jeunesse en bleu.

Le Lyonnais n'a pas eu peur face à la Roumanie
Le Lyonnais n'a pas eu peur face à la Roumanie Crédit : AFP/B.Horvat
Jerome Millagou
Jérôme Millagou Journaliste RTL

Sa conférence de presse de lundi, c'est par ici :

Q: Pensez-vous être devenu le N.1 après votre match de samedi?

R: "Je ne me pose pas cette question. A la base, je n'étais pas dans la liste et j'ai été rappelé. Malheureusement, Bacary s'est blessé. On a fait appel à moi, j'ai eu la chance de rejoindre le groupe et de jouer contre la Roumanie.  Je suis satisfait. Quand on m'appelle, je viens en courant parce que ce groupe est formidable. Jouer pour son pays n'a pas de prix. Je le prends comme tel et je ne revendique rien de spécial. Je profite du moment présent. On verra ce que  prédit l'avenir". 

Q: Diriez-vous quand même que vous avez marqué des points ?

R: "Je suis content de ma prestation individuelle mais aussi collective. C'est ça le plus important. Je dirais que quand on fait appel à moi, je réponds  présent dans toutes les circonstances. En club ou en sélection, c'est ma philosophie. Je suis content de représenter l'Equipe de France et de jouer pour  mon pays quand il a besoin de moi. Auparavant aussi j'avais fait des bons matches même si je n'ai pas beaucoup de sélections". 

Q: Vous être malgré tout chez les Bleus depuis longtemps. Quelles sont les différences avec le passé ?

R: "Je n'aime pas les comparaisons. A Lyon, on m'a souvent demandé de comparer les générations. Il faut vivre avec le groupe présent. Il est jeune et  la plupart des joueurs ont peu d'expérience internationale. Le groupe se construit au fur et à mesure. Il a beaucoup d'avenir, il a un gros potentiel et  c'est le plus important. On demande des résultats rapidement. Même si on a mal démarré contre la Biélorussie, on s'est bien rattrapé en Bosnie. Il faudrait bien conclure demain contre le Luxembourg". 

Q: Ce rappel international est-il idéal pour un joueur en fin de contrat ?

R: "C'est bien, je ne me prends pas la tête. Je ne pense pas à ma fin de contrat. On m'a appelé pour pallier une blessure. Dans la vie de footballeur, c'est comme ça. Les opportunités se passent bien parfois, parfois pas. Je ne suis pas mécontent de mon sort à l'heure où je vous parle et j'ai envie que ça continue en club comme en sélection". 

Q: Contre un adversaire peu ambitieux, la solution miracle est-elle de passer par les couloirs ?

R: "Pour en avoir parlé avec Miralem Pjanic qui les a déjà joués, c'est une équipe très regroupée, qui défend bien. Il m'a parlé de leur bloc même si pour eux ça s'est bien passé car ils avaient marqué rapidement. Contre un bloc regroupé c'est bien car ça permet de les faire sortir par la suite. A nous d'être patient. Comme dans pas mal de matches, les solutions sont sur les côtés  mais il faudra aussi varier le jeu". 

Q: La gestion de la fatigue est-elle aussi une des clés du match pour mardi ?

R: "Ca va, on récupère. Hier on a fait de la thalasso, des massages et après  le match on avait fait un décrassage au stade. Par rapport aux autres équipes qui ont joué samedi on a un temps de récupération plus court, mais on est habitué à enchaîner les matches tous les trois jours en club". 

Q: En face, vous allez retrouver Joubert, que vous connaissez depuis longtemps...

R: "C'est un clin d'oeil car on était ensemble en sélections de jeunes, chez  les moins de 15 ans. A l'époque, c'était Henri Emile notre sélectionneur et on en a rigolé ce matin. C'était sympa. A l'époque, il y avait Frei, Vercoutre et lui. C'était un gardien déjà grand, avec des qualités athlétiques pour notre âge. On a tous fait notre chemin depuis. Certains ont réussi, d'autres pas. On a eu une trajectoire différente mais ce sera un plaisir de le revoir". 

Lire la suite
Sport Football Équipe de France de football
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
5954911698
Equipe de France : la deuxième vie de Réveillère
Equipe de France : la deuxième vie de Réveillère
"Quand on m'appelle, je viens en courant", a assuré lundi à Metz, où l'Equipe de France disputera mardi son match de qualification de l'Euro 2012 contre le Luxembourg, le défenseur Anthony Réveillère, bon samedi contre la Roumanie après avoir remplacé Sagna au pied levé. Un retour en fanfare pour le Lyonnais, qui, à 30 ans, retrouve une seconde jeunesse en bleu.
https://www.rtl.fr/sport/football/equipe-de-france-la-deuxieme-vie-de-reveillere-11102010-5954911698
2010-10-11 18:06:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/DNRFRXUr_9HtDQS65B2p7w/330v220-2/online/image/2010/1011/5954911293_le-lyonnais-n-a-pas-eu-peur-face-a-la-roumanie.jpg